AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   Ven 4 Nov - 10:34


“i am a loner, but i feel more lonely
in a crowed room with boring people than i feel on my own.”

©️ Henry Rollins (citation) / featuring Chris Pine

Kyle Fleming

35 ANS|$$$$|EXPERT EN ART, AGENT INACTIF DE LA CIA|YANKEES

origines et nationalité: Né à Belgrade, en Serbie de son vrai nom Danila Lapčević. Il est de nationalité américaine cependant.
à new york depuis: L’âge de six ans, où il a été adopté par les Fleming, une artiste mondialement connue et un riche collectionneur new-yorkais.
orientation sexuelle: Hétérosexuel.
situation amoureuse: Amoureux et fiancé.
quartier de résidence: Soho
type d'habitation: Un loft bien trop grand à son goût.

caractère: Ce qui définit Kyle c'est sa confiance. C'est un homme qui n'a peur de rien et qui déborde d'assurance. Aller de l'avant est une chose facile pour lui. Il considère que la vie est trop courte pour ralentir la cadence et qu'il faut toujours voir plus loin. C'est cependant quelqu'un qui a perdu espoir, depuis longtemps. Gamin il se sentait impuissant, insignifiant. Alors, à partir du moment où on a besoin de lui, Kyle est présent et plus que ravie de faire partie de la vie des gens. Il a besoin de savoir qu'il marque les mémoires. Il a besoin de captiver l'attention. D'être le centre des conversations. Et il le fait, rien que par sa présence. Il suffit qu'il entre quelque part et le tour est joué. Il s'est créé un vrai personnage au fil des années, incarnant cet homme mystérieux et attirant qui fascine, mais aussi qui est parfois maladroit et attachant. C'est loin de représenter qui il est en réalité. Dès son plus jeune âge Kyle est un homme organisé, raisonnable. Il considère que c'est son devoir de toujours prendre la bonne décision, pour lui comme pour les autres. Pourtant, on pourrait très vite le croire égocentrique, voire égoïste. La vérité c'est qu'il ne pense pas à lui, jamais. Il est prêt à souffrir si cela peut aider. Son ancien travail comptait énormément à ses yeux, c'était devenu une véritable partie de lui-même et maintenant il se reconstruit. Il doit aussi faire face à faire la différence entre qui il est vraiment et qui il a été. Il arrive parfaitement à séparer les choses, mais il reste parfois des séquelles de ses précédentes missions. Il se fait facilement des relations, mais tout cela reste superficiel. Il a beaucoup de mal à s'attacher aux gens, voyant cela comme une véritable faiblesse. C'est justement quelqu'un qui ne veut pas montrer ses sentiments et qui veut faire croire, et croire lui-même, qu'il est au-dessus de tout ça. Derrière ces airs de robots se cache donc un coeur, palpitant, parfois très naïf. Il est toujours impressionné par les petites choses, toujours attendri par des petits gestes. Il ne regrette pas la vie qu'il mène maintenant, bien au contraire. Il n'a jamais été aussi vivant qu'en étant ce qu'il est aujourd'hui, surtout avec Arya à ses côtés. Il accorde beaucoup d'importance à la famille, à ses origines. Il en veut beaucoup a ses parents de ne pas être resté dans son pays natal, dont il possède quelques souvenirs. Il a cependant grandi à New York et il considère les États-Unis comme son pays, à lui. Sa maison. Il est fanatique des sensations fortes. La mort ne lui fait pas peur. Très peu de choses peuvent le déconcentrer. Il est capable de réfléchir en plein milieu d'une conversation. Il est très perspicace et a pris l'habitude de tout de suite analyser les personnes qui sont en face de lui. Après toutes ses années il a aussi développé une paranoïa suite à son métier. Il sait cependant faire la différence entre l'ennemi et une personne innocente. Passionné, il est parfois obsédé par ce qu'il fait. Enfin, il a passé ces dernières année à manipuler facilement ceux autour de lui pour qu'ils finissent tout simplement par le laisser tomber. Chose qui a radicalement changer depuis qu'il n'est plus un agent actif de la CIA. C'était plus simple ainsi. Il a, en réalité, beaucoup de mal à devoir quitter les gens du jour au lendemain, alors il préfère que les gens partent d'eux-mêmes. Il préfère qu'on l'abandonne. Le fait d'avoir trouver Arya, le fait d'avoir été oublié par la CIA, lui donne la sensation qu'il n'a plus à avoir peur d'être abandonné, mais une partie de lui redoute ce moment : c'est inévitable.


gimme more: La première fois qu'il avait une arme entre les mains, c'était à l'âge de 4 ans. ○ Il a toujours eu un lien fort avec son père et sa mère. Mais il n'a jamais compris pourquoi ils ont fait ce qu'ils ont fait. ○ Sa grande soeur est la personne la plus importante de sa vie. Elle compte plus que tout à ses yeux. ○ Il est mal à l'aise face aux enfants. ○ Il est incollable en couteau. ○ Il était noté comme extrêmement violent durant son année d'apprentissage pour le CIA ○ Il sait contrôler ses pulsions, ses sentiments, ses émotions. C'est ce qui faisait de lui un agent exceptionnel. ○ Il a la capacité de faire ce qu'on lui demande sans prendre en considération les conséquences. ○ Il a vécu seul dès qu'il en avait l'âge, ayant une relation assez conflictuel avec son père adoptif ○ Il possède une haine étrange pour le ketchup ○ Il n'a jamais été doué en cuisine, ça ne s'est pas amélioré avec le temps ○ Il a frôlé la mort plusieurs fois. ○ Il apprécie énormément les combats au corps-à-corps, il en fait encore aujourd'hui, en salle. ○ Il connait la loi sur le bout des doigts ○ Il adore apprendre de nouvelles choses ○ Les mots sont aussi forts qu'une balle en plein coeur pour lui ○ Il ne supporte pas qu'on le dérange quand il est occupé. ○ Il ne supporte pas quand on lui parle alors qu'il est au téléphone ○ Il n'est pas très « calin » et à du mal avec la proximité, mais c'est étrangement naturel avec Arya ○ C'était un véritable voyou durant son enfance ○ Il a subi des mois d'interrogation et d'enquêtes sur lui avant de pouvoir se former en tant qu'Agent. On le soupçonnait d'être un espion adverse. ○ Il est formaté pour refoulé la douleur ○ Il existe un protocole qui peut lui demander de mettre fin à ses jours en cas de danger imminent s'il n'a aucun moyen - aucune chance de rentrer aux pays vivant. ○ Il parle couramment 15 langues différentes : L'anglais, le serbe, l'italien, le russe, l'allemand, le français, l'espagnol, le grec, l'hindi, le chinois, le japonais, le portugais, le croate, le slovène et polonais. ○ Il apprécie énormément les exercices de relaxations et de médiation. ○ Il n'a jamais été ivre de sa vie, mais il a déjà prétendu que c'était le cas. ○ Il a fumé une fois lorsqu'il avait 16 ans et cela à mal fini. Il n'a plus recommencé depuis. ○ C'est un mauvais perdant. ○ Il adore les jeux de société. ○ Il possède quelques cicatrices, dont une le long de son dos ○ Il adore la chasse et continue aujourd'hui encore à pratiquer. ○ Il n'a jamais été très littéraire, mais cela lui arrive d'avoir un livre sous la main. ○ Il ne bois pas de café, mais du thé. ○ Il adore le fromage ○ Il écoute beaucoup de musique, surtout du classique ○ il a toujours rêvé d'apprendre à jouer du piano. ○ Il mange tout ce qu'il trouve. ○ Il parle durant son sommeil - souvent dans une autre langue ○ Il est obsédé par la gastronomie française. ○ Sa couleur préférée est le bleu ✈️ Il lui arrive de dormir en chaussette. ○ Mentir est automatique chez lui, voilà pourquoi tout semble toujours si vrai.

welcome to new york

○ TRIBECA, NEW YORK, 1987
Ils ne comprenaient pas, ni lui, ni sa soeur. Assis sur la seconde marche de l'escalier, Evica répondait aux questions de l'agent du FBI alors que son petit frère, Danila, observait les autres hommes en noir faire des aller et retour entre la cuisine et le salon. Sa soeur était l’aînée, alors forcément, elle répondait à sa place. Lui n'avait que six ans, elle treize. Jamais il ne compris pas ce qui arriva ce jour-là et sa soeur n'en parla pas. C'était devenu un tabou que de prononcer même le prénom de leurs parents ou encore de parler en serbe. Danila répondait toujours d'un simple geste de la tête. Il faisait partie de ces enfants qui ne parlait pas. Il n'était pas muet, il avait juste décidé de ne plus parler. Il lui arrivait rarement de dire un nom ou un mot, mais il n'y arrivait simplement pas. C'était comme si parler lui demandait trop d'efforts. Il communiquait par des gestes, par des sons et les mots ne sortaient que lorsqu'il semblait désespéré. Peu de temps après, le FBI décida d'intégrer les deux enfants dans leur programme de protection des témoins. Danila était désormais Kyle et Evica, Elena. Les deux enfants s'aimaient, énormément et ils savaient qu'ils ne pouvaient compter que sur l'un et sur l'autre. Placés en famille d'accueil dans le New-Jersey, Elena était séparé de Kyle. La famille Fleming qui avait choisi Kyle était assez importante dans le milieu. Des gens gentils, un peu trop d'ailleurs. Ils n'étaient pas forcément les meilleurs en tant que parents, mais au moins ils étaient là et ils permettaient à l'enfant de grandir et de s'épanouir. Quand Kyle fêta ses 14 ans il se rendit compte qu'il ne se souvenait plus de ses véritables parents. Il n'avait plus en tête ni le visage de son père, ni celui de sa mère. Elena ne voulait rien lui dire, alors il chercha. Et ce n'était pas difficile de retomber sur son véritable nom dans la presse. Ses parents étaient une véritable menace à l'époque. Liés à la mafia locale, ils étaient tueurs à gages professionnels. Ils avaient foutu la merde à l'étranger avant de venir se cacher en Amérique. Kyle se demandait au final si Danila était son véritable prénom. Si en réalité, ce n'était pas aussi une couverture... Malheureusement, il ne découvrit jamais la réponse à cette question.

○ UNITED STATES ARMY AIRBORNE SCHOOL, GEORGIA, 1999
Le casque bien en place, Kylel regardait l'arme devant-lui. La plupart des jeunes militaires présents dans la salle d'entrainement aux tirs, attendaient, un peu perplexe. Certains prenaient l'objet dans les mains, l'évaluaient du regard sans pour autant se mettre réellement en position. Sans lancer le moindre coup d'oeil, sans attendre que qui ce soit lui donne le feu vert, Kyle avait prit l'arme dans ses mains, se mit en position, visa et tira trois fois. Tous les regards se tournèrent vers lui pour ensuite glisser vers la cible plus loin. Le silence enveloppa l'endroit alors que, l'air de rien, Kyle rajouta trois nouvelles balles à son arme, sans prendre la peine de regarder où il avait tiré. Il était là pour apprendre à tirer, alors il tirait. Il ne savait pas ce qu'il faisait, s'il était au bon endroit et s'il avait pris la bonne décision, mais avait-il vraiment eut le choix ? Lui-même ne le savait plus. C'était comme si toute sa vie il n'avait voulu que d'une chose : pouvoir tenir la mort entre les mains. Ce n'était sans doute pas normal pour un garçon de son âge, mais il faut dire qu'il avait eu l'habitude. Dès l'enfance, on lui avait appris à tenir un fusil, à chasser. Il n'avait pas le même rapport avec les armes que les autres. C'était une preuve de virilité que de savoir viser et tuer une bête, du moins c'était que son père lui avait appris. Relevant la tête vers la cible plus loin, il aperçut trois petits trous, proches les uns des autres, non loin du coeur de l'homme en papier. Non, il pouvait faire mieux, il le savait. Les autres se mirent à faire comme lui, à tirer, ratant parfois, visant mal. Le jeune militaire pris une respiration, joua de ses épaules sans lâcher son arme et tira une nouvelle fois, touchant alors le coeur du premier coup.

○ THE BALKANS, SERBIA, 2000
« - Hey, Fleming, tu crois vraiment que c'est le moment de lire ? » Il ne leva même pas les yeux, continuant à lire le reste de son paragraphe. Cigarette en bouche, il tourna sa page, ignorant complètement l'avis de son collègue. L'agacement du militaire en face de lui se fit comprendre rapidement. Là, parmi les ruines d'une maison dans les montagnes des Balkans, un régiment de militaires suivaient une directive précise. Ils s'étaient arrêtés pour une pause de quinze minutes, avant de reprendre la marche vers le nord. Depuis qu'ils avaient débarqué, Kyle avait joué son rôle à la perfection, en bon petit soldat qu'il était. Pour l'instant il ne s'était rien passé, ils devaient simplement avancer. Mais quand on lui arracha son livre des mains, quelque chose se déclencha en lui. Comme si tout son corps répondait par automatisme. Dans un enchaînement de mouvement précis, Kyle attrapa le bras, arracha de nouveau le livre, donna un coup, mit le soldat à terre et coinça celui-ci de manière à ce qu'il ne bouge plus. Choqué, l'homme à terre ouvrait grand les yeux alors que Kyle semblait savoir exactement ce qu'il faisait. « - Il reste encore deux putains de minutes avant qu'on lève nos culs, alors ne me fait pas perde mon temps. Je préfère largement ce bouquin à ta sale tronche, pigé ? » Il relâcha prise, s'éloignant, dépoussiérant son livre et retourna à sa place, confortablement assis contre un mur de briques complètement défoncé. « - Mais comment tu peux lire ! C'est en cyrillique ! » Sans lever les yeux de son petit conte pour enfant à peine dévorer par le feu, Kyle remit en place une mèche de ses cheveux. « - Parce que je suis moins bête que toi, voilà-tout. » Ce n'était pas la peine d'essayer de faire quoi que ce soit de plus, avec Kyle on ne pouvait pas avoir de vraies réponses. Il était mystérieux, trop sans doute, mais il était surtout très bon. Il donnait l'impression de n'avoir peur de rien, d'être aux dessus de tout. C'était la première fois qu'ils partaient en mission pourtant, la première fois qu'ils se retrouvaient tous en plein milieu d'une guerre. Comment cela se faisait-il qu'il n'était pas à cran, comme le reste ?

○ PORTLAND, OREGON, 2004
Avez-vous déjà entendu parler de l'affaire Eichmann ? Ce partisan nazi est l'un des fondateurs des camps de concentration et d'extermination. Il s'était défendu durant son procès en expliquant qu'il avait simplement fait son travail. On lui avait demandé de trouver un moyen d'éliminer une grande quantité d'hommes et lui, il a élaboré la façon la plus judicieuse de le faire. Il n'a pensé qu'évolution, technique, pratique. Quelque part, Kyle est quelqu'un dans le même genre. On lui ordonnait quelque chose et lui le faisait. Il ne posait pas de question, il agissait pour atteindre le résultat demandé. Il fermait sa conscience sur ce qui était bien ou non et exécuter la demande. La première fois qu'un militaire tue, on évalue son statut mental. On regarde ce qui se passe à l'intérieur, cherchant à voir si la personne peut ou ne pas faire un tel métier. Pour Kyle, tout était tracé, au désarroi de son père adoptif. Depuis qu'il avait rejoint la 173ème brigade aéroportée une États-Unis située à la Caserma Elderna en Italie, il avait développé un véritable mental de plomb. Sa première guerre fut celle de l'ex-yougoslavie où il s'était retrouvé pendant trois longues années entre les frontières de la Serbie, du Kosovo et de la Macédoine. Après ça, il a continué son petit chemin en Irak puis en Afghanistan. Lorsqu'il était en repos, il restait en Italie et parfois aller dans le sud de la France où retourner à Soho, réaliser des sculptures avec sa mère dont la réputation était international. Parfois, il allait retrouver sa grande-soeur aussi. La famille de sa soeur voyageait, tout le temps et c'était difficile pour Kyle de réussir à les rejoindre, ne serait-ce que pour une journée ou deux. Cette année-là Kyle était arrivé pile pour les fêtes, des cadeaux pour son neveu âgé de cinq ans dans les bras de partir une fois pour toute. « - Je te l'avais dit. C'était l'armée où moi et tu as choisi l'armée... » Elle se leva pour prendre son fils dans ses bras et, dans un serbe natal, elle rajouta. « - J'avais besoin de toi. Et tu m'as abandonné pour quoi ? Pour servir un pays qui n'est pas le tien. Pourquoi t'es pas devenu expert en art comme ton riche "daddy" ? » Kyle se mordit la lèvre, baissant la tête. Il murmura alors, puisant dans ce qu'il se souvenait de sa langue maternelle : « - Grande soeur, tu es mariée à un militaire pourtant. Où est la différence entre lui et moi ? » Retenant ses larmes, Elena posa son fils près de ces jouets favoris. « - Lui ne m'a jamais trahi. Sort maintenant. » Et parce que c'était un ordre, Kyle sorti de sa vie, quittant à jamais la seule famille qu'il avait eue...

○ THE DEAR MANHATTAN BAR, NEW YORK, 2005
Complètement trempé de la tête aux pieds, Kyle était assis au bar, un verre dans la main. Il jouait avec l'alcool dedans, fixant les glaçons. Deux jours qu'il était en repos et il s'ennuyait déjà. Il soupira, terminant d'une traite ce qui restait de la boisson, avant de déposer quelques dollars sur la table. Il comptait partir, rentrer chez lui en espérant que la pluie avait cessé, mais quelque chose l'interpella. Une femme, debout devant lui, des lunettes de soleil sur le nez. Elle était grande, vêtue d'une chemise et d'une veste en cuir. Kyle était persuadé qu'elle le fixait derrière ces vitres teintées alors il reprit sa place. « - Kyle Fleming ? » Il leva son verre vide, regardant en coin la demoiselle qui prenait désormais place à ses côtés. « - Vous me cherchez pourquoi ? Vous voulez m'offrez un verre ? » En retirant sa jolie paire de lunettes, elle dévoila des yeux noisettes légèrement doré. « - Agent Donald, de la C.I.A. Je suis chargé de vous faire venir avec moi. » Elle avait sorti ce petit calepin que la plupart des fédéraux offraient pour prouver la véracité de leurs paroles. Kyle lui, éclata de rire. « - Et pour quoi faire ? » Elle claqua des doigts et le barman arriva en trois secondes. Il sortit un verre, servi celle-ci et rajouta un peu d'alcool au verre vide du militaire. « - Discuter, simplement. » Il pouffa de nouveau. « - J'y crois pas une seule seconde. » Elle termina son verre comme une pro, tournant sur sa chaise haute sans pour autant changer l'expression de son visage. Elle semblait plus jeune que lui, mais elle possédait un sérieux à tout épreuve. « - Je n'ai pas besoin de vous dire pourquoi. Ne laissez pas le CIA croire qu'ils vous ont surestimé. » Elle sortit une carte de sa poche, qu'il glissa à Kyle. « - Si jamais vous vous décidez, faites ça vite. Nous n'aimons pas attendre. » Elle se releva sans attendre et s'en alla offrant un léger sourire quand Kyle s'exclama : « - Et c'est à moi de payer ? » « - Puisque vous le proposez si gentiment. »

○ ALABAMA INSANE HOSPITAL, TUSCALOOSA, 2010
Assis près du fauteuil de sa soeur, Kyle déplaça un des cavaliers de l'échiquier. L'endroit était calme, bien que quelques bruits se faisaient entendre. C'était digne d'un film d'horreur. Parfois d'étrange personnage apparaissait pour disparaître aussitôt. Un hôpital psychiatre, c'était pesant. L'ambiance semblait irréelle et Kyle se sentait étouffait chaque seconde un peu plus. Il se releva un légèrement, posant son regard sur sa soeur. Elle était là depuis tellement longtemps et il n'avait même pas été là pour elle. La jeune femme était sous médicament alors forcément son calme dérangeait Kyle, plus habitué à voir sa soeur lui lancer des insultes à la figure, surtout depuis le dernier Noël qu'ils avaient passé ensemble. « - J'étais en Russie. » Elle bougea à son tour une des pièces avant de reprendre dans un calme olympien. « - Tu as donc vraiment quitté l'armée ? » Soupirant légèrement, Kyle se rapprocha de sa soeur, posant une main sur la sienne. « - Oui, j'ai quitté l'armée. » C'est alors qu'il s'aperçut qu'elle avait les yeux tout rouges, qu'elle était sur le point de pleurer. Il savait parfaitement ce qui lui était arrivé, comment elle avait abouti ici, mais il n'avait jamais vu sa soeur aussi vulnérable. Il ne l'avait jamais vu aussi faible et il se rendait compte à quel point la perte de son fils l'avait détruite. Mais Kyle reprochait surtout à son mari de l'avoir fait venir ici, là où personne ne pouvait prendre soin d'elle correctement. Elle n'avait pas besoin de médicament selon lui, non, elle avait besoin de sa famille et il était prêt à passer ses journées ici si cela pouvait l'aider. Le problème c'était que ce n'était pas aussi facile. Elena souffrait vraiment. Serrant la main de son frère, elle plongea son regard dans le sien. « Tu viendras me voir souvent ? » Essayant d'afficher son plus beau sourire, Kyle tenta de la réconforter. « - Aussi souvent que je le peux. » Il déplaça alors sa dame et, en Serbe, rajouta : « - Échec et mat. »

BELLEVUE HOSPITAL, NEW YORK, 2013
Après avoir joué les secrétaires politiques à l'ambassade américaine de Moscou, Kyle comprit que ce qu'il était devenu, ressemblait autant à un rêve d'enfant qu'à une vie où la mort n'était parfois qu'une question de secondes. Il devait prendre sur lui, pour beaucoup de choses. Lorsqu'on l'envoya en Angleterre pour espionner le MI-6, l'américain savait que cette fois les choses allaient être encore plus compliqué. Il avait tenu un an cependant, un an avant que les choses soient trop dangereuses et qu'il y laisse sa peau. Il mit un terme à sa couverture en maquillant sa mort, retournant le même jour sur le sol américain, des dossiers confidentiels sur une jolie clef USB bien protégée. Jamais il n'aurait cru faire ça. Il aurait pu tout faire dans la vie parce qu'il n'était pas bête, bien au contraire. Plus jeune il avait même envisagé devenir pompier. Mais finalement il s'était tourné vers quelque chose d'autres et l'armée était devenue un bon plan. La vérité c'était qu'il avait besoin de sensation forte pour vivre et le métier qu'il exerçait actuellement le comblait parfaitement. Il avait toutes les qualités requises et il ne baissait jamais les bras. Oh, pour son pays, il était prêt à tout. Très vite on l'envoya un peu partout dans le monde entier. Afrique du sud, Grèce ou encore Australie. Un véritable agent secret, déguisé parfois, toujours loin de sa famille. Jusqu'à cette mission en Inde. Trois mois, et il avait souffert. Son retour à New York avait été immédiat, des mois de rééducation devant lui pour une colonne meurtri et des jambes plus faible. Après un long séjour à l'hôpital, il est de retour à Soho. De retour sous le regard aimant de sa mère adoptive qui était soulagé de le savoir en vie, de le savoir à la maison.

THE GORDON BAR, NEW YORK, 2013
Il pose son verre vide, soupirant avant de se retourner et de regarder les gens présents dans le bar. La CIA ne le contact plus. Même s'il essaye, il sait ce que ça signifie : il n'a plus rien d'un agent actif et il est même dans une zone de retraite anticipée. Un accident et voilà qu'ont oublié qui il était, ce qu'il avait fait… Autant dire que la déception pour Kyle était immense. Encore blessé physiquement par sa dernière mission, il se balade avec une canne digne de celle de son père. D'ailleurs, la perspective de travailler avec le vieux ne l'enchante pas vraiment, mais l'art, il s'y connaît. À cause de sa mère, à cause de lui aussi. Il a grandi dedans, alors il peut essayer. Ça ne va rien lui couter de s'occuper en attendant qu'on se souvienne de lui. Alors qu'il est sur le point de commander un autre verre, il aperçoit une grande blonde, accoudait au bar. « - Vous, vous avez clairement besoin d'un verre. » Elle se tourne vers lui, un peu surprise par sa tactique d'approche. « - Je suis généreux ce soir, je vous l'offre ! » Son sourire s'agrandit face au léger rire de l'inconnue avant qu'il ne fasse signe au barman d'apporter deux verres. « - Non, en fait, j'ai menti. C'est gratuit, faut en profiter… » Il hausse les épaules, sans s'arrêter de plaisanter et de dire un peu n'importe quoi. « - Kyle. » Finit-il par dire, tendant un nouveau verre. Et sans vraiment faire attention, il se retrouve dans une discussion bien amusante, bien rythmé, bien trop courte à son gout. Il trouve Arya fantastique, dès le premier soir. Elle se retrouve à le suivre jusqu'à son loft, amusée par l'art qui se trouve dedans. Tout se passe si bien. Tout se passe si rapidement, qu'il ne remarque pas son départ au petit matin. Une chose l'étonne. Arya l'a marqué. Elle a laissé une empreinte en lui. Et c'est quelque chose qu'il n'a jamais vraiment ressenti par le passé. Quelque chose qui le pousse à vouloir plus. Et avec son passif, ce n'est pas un problème, il est capable de la retrouver.

RIFLEMAKER GALLERY, NEW YORK, 2015
Debout, en costume, accompagné de son père, Kyle faisait le tour des œuvres exposées dans la galerie. Avant d'avoir officiellement ce statut d'expert, il a jonglé entre un travail de simple assistant et des cours du soir. Étrangement, cela avait rendu son père très heureux. Étrangement, Kyle ne s'était pas senti trop dépassé par ce nouvel emploi. Cela avait même éveillé sa curiosité quant à certaines choses qu'il avait vues à l'étranger. Quelque part, il était tout à fait apte à être cet héritier que son père avait toujours rêvé d'avoir. Kyle sait, que c'est un peu la raison qui avait poussé ce grand homme à l'adopter, lui. Il avait vu quelque chose en l'enfant et ne pouvait pas en avoir, il l'avait choisi dans l'espoir infini de faire de lui, un futur grand nom de l'expertise. « - Celle-ci ? » Kyle s'arrêta et observa « - Une sculpture en marbre de Carrare. On peut lire dans l'inscription qu'elle a été faite par Jean-Baptiste Pigalle à la fin du 19ème, c'est une originale. Je dirais qu'elle vaut entre 2000 et 3000$. Les détails sont fascinants et la pièce a été bien entretenue malgré les années. Rien que pour ça, on peut rajouter 1000$ de plus.» Son regard attendit l'approbation de son père avant de continuer leur petite balade. C'était étrange, à son âge, après ce qu'il avait vécu, de faire ça. Comme s'il était retourné en arrière. Comme s'il était loin d'avoir l'âge qu'il avait aujourd'hui. Quelque part, ce n'était pas déplaisant de rattraper toutes ses années passées à l'armée, à la CIA. Quelque part, Kyle se découvrait, en même temps qu'il découvrait ce qui semblait être une vie normale. Il y prenait goût, vraiment. Malgré le manque dans son cœur, le vide de ne plus être ce qu'il était auparavant. Malgré l'ennuie qui l'atteignait parfois, il se consolait en se disant qu'au moins, il avait une famille. Il avait Arya. Il avait un tout autre monde ici, à Soho, chez lui. Mais surtout, Kyle était amoureux. Fou amoureux. C'était étrange, mais c'était là. C'était réel. C'était une première fois, et c'était fantastique.



Elow/Elodie|24|france

personnage: inventé et mixé à un chouette scénario !
connexion: 5j/7
autre:   .



Dernière édition par Kyle Fleming le Lun 2 Jan - 18:25, édité 7 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

messages : 1439
pseudo : Jessica (Lovee)
face, © : Holland Roden + abisror (avatar)
double compte : Cole, Nyle, Merri et Lisa
âge : 25 ans
statut : célibataire
métiers/études : étudiante

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: Oui

MessageSujet: Re: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   Ven 4 Nov - 11:51

Bienvenue officiellement Elow' et encore merci de tenter mon scénario

_________________

Ghost in the mirror I knew your face once, but now it's unclear and I can't feel my body now. I separate from here and now. A drug and a dream, a lost connection, oh come back to me so I can feel alive again as soul and body try to mend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   Ven 4 Nov - 12:04

Merci ! Et avec plaisir !
J'ai trop hâte de pouvoir rp avec Kyle et taper Max
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   Ven 4 Nov - 12:09

SEBSTAN
Je viendrais réclamer un lien
Excellents choix de partout, j'adooore le pseudo aussi
Bienvenue parmi nous I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   Ven 4 Nov - 12:18

awww, Maisy tu veux qu'on parle de ton avatar ?
Merci à toi ! Je t'attendrais pour le lien
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   Ven 4 Nov - 15:41

Bienvenuuuuue :) très bon choix de pseudo !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   Ven 4 Nov - 15:55

Merci Billy !
Revenir en haut Aller en bas
ask no questions, you'll hear no lies
avatar

messages : 1073
pseudo : vespertine (nawal)
face, © : Aidan Turner, ©BLINDNESS (av) perséphone (sign), Hathaways (gifs)
double compte : lew, neelam, dallon, remi.
âge : thirty three.
statut : head over heels for april.
métiers/études : conductor for the new york philharmonic orchestra. cello player.
logement : a loft in brooklyn with his sister.
guilty pleasures : dancing on his own, rapping, reading french books, watching thrillers with a bag of popcorn.
bucket list : take a look at the next score.

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: open bar (april, maebh, salim)

MessageSujet: Re: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   Ven 4 Nov - 18:41

Seb + ce titre, j'adooore
bienvenue parmi nous

_________________
she's a sunrise dressed like dusk
he's a moth drawn to a flame, he's going in, he's going all or nothing. they look so pretty from afar. like the gates of heaven are open now and my one true love has just waltzed right out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1110-jed-ces-ecorchures
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   Ven 4 Nov - 20:33

Merci !
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   Sam 5 Nov - 16:46

bienvenue par ici. I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   Sam 5 Nov - 19:26

Welcome here!

Je me place dans la file d'attente pour un lien moi aussi! I love you
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   Sam 5 Nov - 23:58

Merci vous deux ! :) Je finirais sans doute ma fiche demain
Revenir en haut Aller en bas
avatar

messages : 1068
pseudo : Jessica (Lovee)
face, © : Chris Wood + freesia
double compte : Andy, Cole, Merri et Lisa

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: oui

MessageSujet: Re: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   Dim 6 Nov - 11:09

Pas de souci I love you

_________________

I remember years ago someone told me I should take caution when it comes to love. I did and you were strong and I was not. My illusion, my mistake. I was careless, I forgot. I did. And now when all is done. There is nothing to say.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 1439
pseudo : Jessica (Lovee)
face, © : Holland Roden + abisror (avatar)
double compte : Cole, Nyle, Merri et Lisa
âge : 25 ans
statut : célibataire
métiers/études : étudiante

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: Oui

MessageSujet: Re: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   Dim 6 Nov - 14:48

Je te valide avec plaisir I love you

_________________

Ghost in the mirror I knew your face once, but now it's unclear and I can't feel my body now. I separate from here and now. A drug and a dream, a lost connection, oh come back to me so I can feel alive again as soul and body try to mend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING   

Revenir en haut Aller en bas
 
nobody knows the trouble i've seen ▲ FLEMING
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Agoraphobie, phobie sociale: Maladie ou trouble du comportement?
» trouver une association soutien trouble des comportements en nord isere ou alentours
» trouble d'opposition
» retard de langage identifié lors d'un bilan pour trouble d'articulation
» TROUBLE AU KATANGA, UNE RÉBELLION COMMANDÉE PAR UNE FEMME

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: NO WORK ALL PLAY :: Nouvelle version :: Les présentations-
Sauter vers: