AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)   Mer 3 Mai - 23:11


With shortness of breath, you explained the infinite.
brown, peter
|img@pinterest,pin /quo@mee|

─ patronyme complet: peter. la si pure simplicité de ce prénom sonne comme un piètre paradoxe lorsque associé à cet homme qui n'a toujours été qu'amas de complexités. d'aussi loin que sa mémoire lui revienne, personne ne prenait le temps de s'en souvenir, voire de le lui demander. tout comme de son nom, tout aussi banal ; brown, cela n'avait pas d'importance. mais, les choses changent. si maintenant on s'en souvient, ce n'est pas pour autant qu'il a gagné en importance. du moins ce n'est pas le cas aux yeux du porteur.─ âge, date et lieu de naissance: né il y a de cela trente huit années dans la capitale britannique, londres. ─ métier, études et situation financière: depuis le temps, où tout petit, il voulait approcher les étoiles ; fasciné par le mystère qui se cache derrière la nuit, ce sentiment d'infinis possibilités, ces rêves et cet espoir. en ce temps-là on lui avait dit que les étoiles ne sont rien d’autre que les « apparences des âmes défuntes. » et que leur vocation est de protéger les vivants. cette passion l'a mené à faire de longues études afin d'un jour pouvoir exercer le métier d'astrophysicien. mais, lorsqu'un soir, où les étoiles brillaient de mille feux, il se mit à écrire, ses tendres constellations vous en témoigneront, il se révélât être doux dans ses mots manuscrits. aujourd'hui, peter brown est un célèbre auteur à succès, une bonne vingtaine de livres de sciences divers et variés trônent derrière lui ainsi que quelques rares écrits philosophiques (qui lui ont valu sa notoriété il y a de cela six années). il vient de commencer un tout nouveau roman qui lui est très précieux. ─ statut civil: si son cœur était un cadeau, il l'offrirait volontiers. si, en revanche, il n'était que fardeau, il s'en débarrasserais sans hésiter. hélas il n'a rien à offrir. ─ à new-york depuis: quelques mois à peine. l'écrivain s'installe, cherche de nouveaux horizons et repères. l'âme sombre petit à petit. l'anglais à le mal du pays. ─ caractère: comme tous les êtres humains, peter brown est complexe et souvent contradictoire, à la fois dans sa personnalité et dans ses attitudes. d'apparence quelque peu flegmatique, c'est un homme calme et distant qui incarne le charisme, l'élégance et la sagesse. scientifique parfois jusqu'à l'insensibilité, il mène un combat perpétuel contre ses sentiments, préférant mettre le raisonnement de la pensée en avant. assurément, il est réfléchi et profond et se révèle aussi être un fin manipulateur. peter adore les motifs et, pour lui, le repérage des contradictions entre les déclarations pourrait presque s’appeler un hobby, ce qui fait que lui mentir est une mauvaise idée. ironiquement, sa parole devrait toujours être prise avec un grain de sel. ce n’est pas qu’il soit consciemment malhonnête -quoique-, mais il a tendance à partager des pensées qui ne sont pas entièrement développées, à essayer des idées et des théories sur les autres dans le cadre d’un débat contre lui-même plutôt qu’à considérer les autres comme de vrais partenaires de conversation. ─ groupe: outsiders. ─ avatar choisi: sherlock holmes lool benedict cumberbatch.


✯ ✯ ✯

01 Les premières impressions sont souvent les bonnes, dit-on. Et il faut avouer que celle que renvoie Peter correspond assez à l'image qu'on se fait de l'anglais (coincé) inébranlable. En effet, il porte beaucoup d'attention à son physique et tiens toujours à être bien habillé, présentable... Impeccable. Sa garde-robe se compose généralement d'une veste de costume, d'un trench, de chaussures habillées, de pantalons habillés et de chemises. Étrangement, seule sa chevelure semble épargnée, puisqu'elle n'est ordonnée qu'en de très rares occasions. 02 Les yeux sont les miroirs de l'âme, dit-on aussi. Alors l'âme de cet homme est opaque, insondable. Il ne donne l'impression d'attacher d'importance à rien, ni à personne, mais ce ne sont pas ses actes, ou ses paroles qui le dépeignent comme un égoïste. C’est son regard. Il glisse sur vous comme si vous n’existiez pas, comme si la moindre parcelle de votre être n’était que futilité. Et pourtant, il scrute, il regarde, il observe et il analyse. On ne peut pas lui enlever cette qualité. Cette absence de volonté, cette envie inexistante de connaître ses pairs fait de lui un piètre interlocuteur. Cependant, si on creuse un peu on peut se rendre compte qu'il s'agit, en partie, d'une carapace. Son existence même n'a été jonchée que de défaites et désillusions. Par conséquent s'il ne semble atteler que peu d'importance aux personnes, c'est parce qu'il est rarement impressionné par ces dernières, leurs desseins étant à chaque fois similaires selon lui. 03 La drogue est souvent assimilée à 
la dépendance. Pourtant les drogués ont choisi librement de se mettre à consommer. Et c’est pour rester libres qu’ils décident un jour de s’en sortir. Choix qu'a fait Peter, sans grande conviction d'ailleurs. Tout juste sorti d'une cure de désintoxication, l'écrivain va-t-être contraint de cohabiter avec le Dr Rose Leroy, ancienne psychologue reconvertie en compagnon de sobriété. Une affaire à suivre de prêt. 04 Peter est un homme bien plus désordonné qu'on ne se laisserait le croire. Son bureau, lieu sacré, mais surtout le plus bordélique de sa demeure. Selon lui, tout est parfaitement à sa place... Oui, enfin, parfaitement mal rangé, quoi. Des feuilles sont éparpillées au sol aux quatre coins de la pièce, des instruments scientifiques de tout type, notamment d'astronomie, trainent un peu partout. Seule la bibliothèque emplie d'innombrable ouvrages semble être un temps soit peu en ordre. 05 Peter possède un chat depuis peu, Edgar. Il ne l'a ni acheté, ni trouvé, disons que c'est la bête qui est venue d'elle même à lui. Quelle idée. Au début, il ne faisait que le croiser en rentrant chez lui, et surtout que d'ignorer ses miaulements incessants. Finalement, il a cédé (bien plus rapidement qu'il n'osera jamais l'admettre), le félin s'est avéré être plus gluant que prévu, et Peter n'a pas eu d'autre choix que de le garder. 06 Peter n'a jamais connu son père, il était l'enfant unique d’une jeune maman célibataire aux revenus difficiles. Cette dernière faisait tout en son pouvoir pour subvenir aux besoins de son fils tant chéri. Elle ne manquait pas une journée sans lui souffler des mots doux et des promesses. Sa maman, il l'aimait de tout son cœur d'enfant, si fragile, mais si généreux et honnête. Il vécu auprès d'elle 9 longues années de bienveillance et d'amour maternel. Puis le jour de ses 10 ans, son petit rêve se transforma en un terrible cauchemar. Sa mère l'abandonna, emportant son amour et ses promesses mensongères avec elle. Lui, son propre fils, celui qu'elle prétendait tant aimer, elle l'avait si aisément laissé. Il fut bien rapidement envoyé en orphelinat où il vécu une bonne partie de son adolescence. Il se garde bien de l’avouer, mais sa carapace a commencée à se consolider sur cet abandon... Il était si jeune. 07 Si il y a bien une chose que l'on reconnait très souvent à cet homme, c'est son obstination presque maladive. Il peut demeurer des jours entiers, et même une semaine sans se reposer : il tourne et retourne les faits dans sa tête, les examine sous tous les angles jusqu’à ce que son mystère soit résolu, à moins qu’il ne trouve ses renseignements insuffisants auquel cas il se remettra à chercher, mais sous un autre angle. 08 En tant que fervent représentant britannique, on pourrait facilement l'imaginer une tasse de thé à la main. Seulement c'est la caféine qui retient son attention. Des cafés, il en boit des tasses et des tasses par jour... Par nuit, aussi. Au delà du goût, c'est surtout l'effet qu'il recherche. 09 Insomniaque depuis toujours, semble-t-il. Ses cafés n'aident en rien à améliorer son état, mais cela n'a pas l'air de l'empêcher d'en boire, bien au contraire. Il tente de repousser la fatigue par tous les moyens, il ne pense jamais pouvoir un jour connaitre le repos, s'est déjà fait à l'idée.


pseudo|prénom: prennso, sophie
âge|pays: la majorité d'ici quelques mois, france
fréquence de connexion: 5/7
personnage: inventé
dernier commentaire: hellooo  


Dernière édition par Peter Brown le Mar 9 Mai - 23:52, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)   Mer 3 Mai - 23:11

‘ welcome to new york ’



Ten years ago, London.

Seul. Fixant la table vide où trône un morceau de papier, l'écrivain soupire, n'ayant pu trouver son propriétaire. La feuille doit être vide de mots, laissée blanche, seule, abandonnée. Lentement, il prend place à son bureau et sort ses affaires de sa fine mallette de cuir. Son regard se perd vers la fenêtre, dans la contemplation du ciel. Gris. La tristesse de sa tendre ville semble tellement le prendre en pitié.

Une sonnerie sourde retentit dans la pièce. Peter ne daigne y répondre.
Le papier, toujours là, attise davantage son attention. En un geste rapide, il le déplie. Blanc. Aucune surprise. 

– Peter, bon sang ! Ça ne t’arrive donc jamais de répondre au téléphone ?!.... Je suis là dans dix minutes.

L'esquisse d'un sourire se forme au coin de ses lèvres alors qu'il entend la voix agacée d'Edward par l'intermédiaire du répondeur. Un ami de longue date, voilà qui était cet Edward. Le seul et unique ami de l'écrivain. Peut être également la seule personne qui n'ait réellement réussit à acquérir sa confiance et son affection avec les années et les divers évènements.

Doucement, Peter se penche légèrement sur son assise et attrape à l'autre bout du bureau de quoi écrire sur cette feuille immaculée.

– La Nature avec un grand N a dû créer l'homme pour voir ce que cela allait donner, maintenant elle sait. C'est un échec.

Sa voix grave résonne dans la pièce tandis qu'il écrit avec une infime douceur ces mots qu'il offre volontiers à ce morceau de papier bien trop vide à son goût.

– Ne sois pas toujours aussi cynique. Tu es trop dur, trop amer.

Peter a un sourire étrange. Il le regarde, narquois. Ne lui avait-il pas dit qu'il n'arriverait que dans dix minutes ? Soit le temps se jouait de lui, soit il continuait à être cet être agaçant que l'on appelle communément un ami.

Mais sans que Peter ne semble avoir tenté de la cacher, Edward l'avait vue. Cette lueur qu'il ne connait que trop bien, briller dans son regard bleuté habituellement si fermé. L'écrivain change de physionomie. Il fixe un point, au loin. Finalement, il parle, l'air absent.

– C'était par une nuit sans Lune. Je devais avoir douze ans, une fille de l'orphelinat m'a rejoint dehors dans ma solitude. Nous avons marché jusqu'en haut d'une colline et, de là haut, on voyait bien les étoiles. Elle m'a demandé le nom des constellations et je lui ai raconté pour chacune d'elles à quel héros de la mythologie grecque elle se rapportait. Elle m'a dit : « Continue de parler, ne t'arrête jamais. » Toute la nuit, je lui ai narré le cosmos, les galaxies, les extraterrestres. Nous nous sentions seuls au monde, minuscules, dans un univers infini. Nous étions en harmonie complète. A un moment elle a passé sa main dans mes cheveux, et elle m'a poussé en arrière. Nous nous sommes retrouvés couchés sur le dos, côte à côte dans l'herbe fraiche, nous tenant juste par la main. Elle a dit : « Imagine que la Terre est un immense vaisseau spatial sphérique et que nous sommes plaqués à l'avant de ce vaisseau. » Ensuite, elle m'a parlé des romans de science-fiction. Elle lisait énormément. C'est elle qui m'a donné le goût de ce genre de lecture.

Stupéfait d'entendre un tel aveu de la bouche de son ami, Edward s'approche lentement de lui et s'assoit sur une chaise comme un enfant qui écoute une jolie histoire.

– Et alors ?
– Après m'avoir parlé littérature, elle m'a sauté dessus, a mis ses genoux sur mes bras et a avancé son visage près du mien. Elle m'a embrassé sans me laisser la possibilité de bouger. Puis elle a éclaté de son petit rire. Elle sentait le caramel.
– Elle s'appelait comment ?

Un long silence s'installe. Edward tente de déchiffrer le regard de l'homme torturé, mais rien n'y fait.

– Estelle, souffle-t-il finalement avant de baisser les yeux vers le sol.

L'étoile. Son étoile.

– Et... Tu l'as revue ?
– À dix-sept ans, je lui ai fait une demande en mariage. Je lui ait offert une bague en plaqué or avec écrit à l'intérieur 1+1 = 3.
– Que c'est beau... Et alors ?
– Et alors, elle a été tuée par un chauffard, un soir d'hiver, dans une rue déserte. Plus tard, un homme a dit avoir vu une voiture rouge qui zigzaguait. La voiture l'a percutée et s'est enfuie. L'homme à la fenêtre n'a pas appelé les secours. Estelle est restée à perdre son sang plusieurs heures sans que personne ne bronche. C'était un 24 Décembre. Évidemment, tout le monde était trop occupé à fêter noël.  

Peter a un rictus mauvais.

– Quand les pompiers sont arrivés, il était trop tard. Eux aussi devaient faire la fête, tous ensemble à la même heure, à la même minute. Tous ensemble à boire et à chanter.

C'est au tour d'Edward d'en avoir un, bien moins maitrisé que celui de l'écrivain.

– Ce chauffard mérite vraiment la...
– C'est moi que j'ai voulu tuer.

Le temps semble s'arrêter.

– Hélas, je n'ai pas su aller jusqu'au bout. Je n'osais pas sauter du haut des ponts, même si je restais des heures à fixer l'abîme en dessous. Ce n'est pas facile d'arrêter la vie. Elle s'accroche au fond de vous, de vos tripes. Elle ne lâche jamais prise.

Il a un petit rire navré.

– Mais tu n'as pas arrêté de regarder les étoiles, tu n'as pas baissé les bras.

Peter relève les yeux pour rencontrer le regard sincèrement affecté de son ami. Jamais il ne s'était confié ainsi. Il lui était si reconnaissant de réagir de la sorte, seulement il ne le méritait pas le moins du monde.

– À quel prix, Edward ? Sans cette drogue je ne suis rien !

Le masque tombé, les yeux embués, Peter n'est plus que l'ombre de lui même. Impuissant, son ami l'observe.

– Je suis désolé, si j'avais su...
– Ça aurait changé quoi ? Tu m'aurais regardé avec pitié. Je ne veux pas de ta pitié ! Je ne veux pas de tes bons sentiments !

Peter a le regard chancelant et un sourire triste, comme s'il avait trop bu, que rien de tout cela n'avait de sens. Et peut être que ce n'est que le fruit de son imagination. Cruelle. Si seulement.


Dernière édition par Peter Brown le Lun 8 Mai - 17:06, édité 4 fois
Revenir en haut Aller en bas
avatar

messages : 115
pseudo : BLINDNESS, manon
face, © : bb ruffalo, av@valyria
double compte : salim, alicja, juliet
âge : forty, but he's five yo in his mind
statut : alone for the best, he's a grumpy bear but he has some fun with jackie
métiers/études : manager
logement : a flat somewhere he doesn't always remember
guilty pleasures : spending time in bar, finding new talents, eating chocolate, listening country and jazz music
bucket list : have a drink, call jackie to share a drink, find some new about krea-tion to upset oswald

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: just ask for it; angie, zack, tc

MessageSujet: Re: every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)   Mer 3 Mai - 23:15

oh.my.god.
cumberlord en auteur, genre le rêve de toute une vie
bienvenue toi I love you I love you

_________________

/ 'cause i was only born inside my dreams until you die for me, as long as there is a light my shadow is over you 'cause Ii am the opposite of amnesia and you're a cherry blossom you're about to bloom you look so pretty, but you're gone so soon /
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)   Mer 3 Mai - 23:21

héhé, rêve exaucé  
merciiii beaucoup    (anh ça fait tellement plaisir de voir la bouille du petit bonhomme vert trop mignon de mark )
Revenir en haut Aller en bas
avatar

messages : 87
pseudo : emma.
face, © : zoë bella saldana, je vais te retrouver / redding.
double compte : maebh, ziggy.
âge : forty y.o.
statut : kinda divorcing, kinda heartbroken.
métiers/études : krea-tion manager, full-time mum.
logement : a messy flat in brooklyn.
guilty pleasures : to-do lists, shopping, midnight snacks.

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp:

MessageSujet: Re: every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)   Mer 3 Mai - 23:24


wow, ces choix
bienvenue et bonne chance pour ta fiche  I love you
je vais venir t'harceler pour des liens, c'est clair

_________________

you know she's waiting, just anticipating; for things that she'll never possess.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)   Mer 3 Mai - 23:29

roh cumberboubou.
bienvenue parmi nous.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)   Mer 3 Mai - 23:34

mercii mlle oswald
avec grand plaisir pour les liens, j'aime qu'on me harcèle

et merci à toi aussi holden (trop fan du prénom, et bien sûr du sexy maxou )
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)   Jeu 4 Mai - 0:43

OMGGGGGGGGGGGGGGGGGGGG

IMMA CUMBERBITCH DONC PREPARE TOI A TE FAIRE HARCELER

BIENVENUUUUUUUE
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)   Jeu 4 Mai - 1:02

ANHH YEAHH

merci toii, tu me harcèle quand tu veux sans soucis
Revenir en haut Aller en bas
avatar

messages : 1439
pseudo : Jessica (Lovee)
face, © : Holland Roden + abisror (avatar)
double compte : Cole, Nyle, Merri et Lisa
âge : 25 ans
statut : célibataire
métiers/études : étudiante

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: Oui

MessageSujet: Re: every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)   Jeu 4 Mai - 17:00

Bienvenue parmi nous je te réserve l'avatar pour cinq joues I love you

_________________

Ghost in the mirror I knew your face once, but now it's unclear and I can't feel my body now. I separate from here and now. A drug and a dream, a lost connection, oh come back to me so I can feel alive again as soul and body try to mend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Invité
Invité



MessageSujet: Re: every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)   Jeu 4 Mai - 23:29

mercii beaucoup
Revenir en haut Aller en bas
☁ chasing roller coasters
avatar

messages : 338
pseudo : vespertine (nawal)
face, © : eka darville, ©January Blues
double compte : jedediah, dallon, neelam, remi.
âge : twenty six yo.
statut : single.
métiers/études : KREA-TION's pianist.
logement : a flat in brooklyn north.

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: open ♡ (alicja, krea-tion)

MessageSujet: Re: every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)   Ven 5 Mai - 18:25

beeeeeeeeen
bienvenue parmi nous

_________________
through my rise and fall
you looking at me but I'm lookin through you, I see the blood in your eyes, I see the love in disguise, I see the pain hidden in your pride, I see you're not satisfied. and I dont see nobody else, I see myself @lilwayne ≈ mirror › alaska.

foster bidule:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1573-only-plugged-in-to
avatar

messages : 1068
pseudo : Jessica (Lovee)
face, © : Chris Wood + freesia
double compte : Andy, Cole, Merri et Lisa

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: oui

MessageSujet: Re: every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)   Ven 5 Mai - 22:11

Je te valide, bon jeu I love you

_________________

I remember years ago someone told me I should take caution when it comes to love. I did and you were strong and I was not. My illusion, my mistake. I was careless, I forgot. I did. And now when all is done. There is nothing to say.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)   

Revenir en haut Aller en bas
 
every novel is a mystery novel if you never finish it (peter)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» La Guerre des Clans Mystery
» Stylistics
» recréer le smokey brun mufe avec des fap mac ?
» Besoin de conseil pour un fard pour une ado !
» Danish Navy - Marine Danoise

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: NO WORK ALL PLAY :: Nouvelle version :: Les présentations-
Sauter vers: