AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetPartagez | 
 

 downtown love (Mathilde)

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

messages : 98
pseudo : Jomily
face, © : Jack O' baby - January Blues
double compte : Joannie
âge : twenty-seven y.o.
statut : always single and in a relationship at the same time
métiers/études : Krea-tion drummer for the best
logement : Upper East Side
guilty pleasures : smoking, smoking, smoking and ? drinking

MessageSujet: downtown love (Mathilde)   Mar 23 Mai - 23:57



"none of your downtown love"

La parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles.Flaubert



«  Vous savez, je pense que l’amour ne doit rien avoir à faire avec le business. Je pense que j’ai assez à faire avec ma carrière pour m’intéresser à chaque fille qui me tourne autour. Après tout, je ne suis pas n’importe qui, je suis Jax Monaghan. Elles n’en veulent pas toutes à mon pognon, ça va finir par me vexer. » Il scrutait l’écran de télévision avec amusement, en se voyant déblatérer son discours, lunettes de soleil sur le nez, tentative pour cacher son coquard de la veille. Il voyait à présent du pathétique là où autrefois, il avait vu la beauté. Un appel manqué d’Angie. Apparemment c’était aujourd’hui les MTV Awards. On sonna à sa porte. Eh merde. On lui ramenait déjà son nouveau costume et la maquilleuse était là en prime. Il s’empressa de se lever et d’aller enfiler tant bien que mal ce qu’on avait choisi pour lui.  Une veste un peu argentée, une chemise blanche et un pantalon noir. Pas de cravate, il détestait cela. Il s’installa simplement sur la chaise et la maquilleuse commença son travail de camouflage. Sa blessure avait complètement disparue et le coiffé-décoiffé le rendait presque beau. Presque. Il remercia tout ce beau monde et attrapa le taxi qui l’attendait en bas de chez lui. Il marchait dans la vie comme une machine la journée, brusquait le monde la nuit. Il savait qu’il allait devoir se coltiner toute la presse. Mais d’un autre côté, il aimait faire le show. Raconter des âneries et se faire remarquer. Il pensait voir Salim, Lew, Jaz et Atlas ce soir. En général, ils essayaient de se coordonner pour ne pas avoir à faire toutes les apparitions qu’on leur demandait. Mais ce soir, Jax n’était pas si certain de ne pas croiser quelqu’un qu’il connaissait. Après tout, le show-biz était comme une petite famille.

Il arriva sur les lieux, les flashs l’aveuglèrent. Il se permit de flirter avec des journalistes et de rire trop fort quand on lui posait des questions sur son casier judiciaire. Il savait que Mathilde serait là, encore. Et il voulait tout faire pour l’éviter et montrer que c’était lui la star. Il prit la pause devant les paparazzis, mains dans les poches, grand sourire. La cérémonie commença et il s’en donna à cœur joie pour boire de tout son saoul à la table de son groupe. Alors, c’est éméché qu’il arrive à l’after-party, toujours aussi classe. Elle était là, elle aussi, bien entourée. La blondeur de ses cheveux l’énervait. Mais il savait que s’il l’approchait, ils feraient de nouveau la une des magazines people concernant une possible réconciliation. Il demanda un énième verre de champagne qu’il bu d’une traite. Il ne pouvait pas s’empêcher d’être jaloux même si cela faisait bien longtemps qu’ils étaient séparés. Alors, en bon emmerdeur, il attrapa un verre – encore- et s’avança vers elle. Oui, il tenait extrêmement bien l’alcool à force. Il arriva à sa hauteur et la dévisagea de haut en bas. Sauf qu’il ne trouva pas meilleure idée que de renverser son verre sur l’homme à côté d’elle. Il ne savait même pas qui c’était, mais peu importe, la gente masculine qui tournait autour d’elle n’était pas appréciable. Il ne s’excusa pas mais profita de la fuite de l’homme vers le toilette le plus proche pour se glisser derrière elle. « Mathilde, alors comme cela tu fréquentes le beau monde ? », lui demanda-t-il dans l’oreille. « Comment va ta magnifique carrière depuis que tu ne peux plus te servir de la mienne pour avancer ? »


 

Code by Sleepy

_________________
He stepped down, trying not to look long at her, as if she were the sun, yet he saw her, like the sun, even without looking.
I love you, I'm sorry.
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 1181
pseudo : Jessica (Lovee)
face, © : Margot Robbie + salim
double compte : Reggie, Nyle, Merri

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: Oui

MessageSujet: Re: downtown love (Mathilde)   Jeu 25 Mai - 18:19


≈ ≈ ≈
{ And today's a special day, a celebration cause I've finally come to accept this fact
And the fact is that I'll never love again, I'll never love again.}
crédit/ tumblrempire.

Mathilde avait encore du mal à croire qu’elle était réellement invitée aux MTV awards. C’était un nouveau monde dans lequel elle se sentait vraiment à l’aise. C’était comme si tout ce pour quoi elle avait travaillé était enfin recomposée. Elle était devenue ce qu’elle voulait être. Elle comptait profiter de chaque instant, du tapis rouge à la cérémonie puis à l’after. Elle se fichait bien que Jax serait présent parce qu’elle ne comptait pas le laisser être un frein à sa carrière. Elle avait beaucoup trop travaillé pour tout gâcher. Elle devait vivre sa propre vie et d’ailleurs elle évita avec beaucoup de classe les commentaires sur la présence de son ex à la soirée. Elle préférait encore dire que tout allait bien, qu’elle lui souhaitait le meilleur et d’effacer de sa mémoire la souffrance, les ressentiments. C’était son moment et d’ailleurs elle passait une excellente soirée. Elle aurait voulu que ça dure vraiment longtemps. Les spotlights, l’attention, les compliments et surtout la reconnaissance. La présence d’un homme qui essayait de la séduire depuis quelques minutes lui plaisait énormément. Tout ceci était vraiment sympathique jusqu’à ce qu’un invité indésirable se mette en sa direction afin de faire exploser sa bulle de bonheur. Mathilde ne pu s’empêcher de lever les yeux au ciel lorsque Jax décida de faire son intéressant comme d’habitude. Elle n’avait pas envie de le laisser gâcher sa soirée, mais apparemment elle n’avait pas le choix. Il commença par renverser son verre sur l’homme avec qui elle était en train de parler. Elle se demandait s’il se rendait compte que ça apparaissait comme de la jalousie mal placée. Il ne supportait pas l’idée qu’un homme puisse l’approcher. Maintenant qu’elle se retrouvait seule face à lui elle craignait de ce qui allait se passer. Comme toujours Jax n’en rata pas une pour la rabaisser. Autrefois, la jeune femme aurait été profondément blessé par les paroles de Jax, mais aujourd’hui c’était différent. Elle était désolée qu’il se sente assez désespéré pour essayer de lui faire encore du mal. Elle pensait qu’avec le temps il finirait par grandir et arrêter d’essayer de la torturer, mais c’était trop lui demander. Alors oui ça ne l’a laissait pas indifférente qu’il se montre sous son pire jour, mais elle y était habituée. Elle ne voulait plus le laisser avoir cette emprise sur elle. Elle préférait encore se montrer frigide, condescendante ou hautaine que de le laisser entrevoir que ça pouvait lui faire du mal. Elle pensait qu’elle méritait mieux qu’un homme persuadé qu’elle avait été avec lui pour sa carrière. Dieu sait qu’elle avait aimé Jax et encore certains jours elle se laissait aller à penser qu’elle l’aimait encore, puis il se comportait comme un connard et elle se rendait compte que peu importe ce qu’elle pourrait ressentir il continuerait de tout gâcher. « Tu es ridicule et ivre pour ne pas changer… » Lâcha Mathilde avant de finir son verre et de faire un pas pour s’éloigner de lui. Elle n’avait pas envie de rester avec lui puisqu’il n’avait rien de gentil à lui dire. Au lieu de se réjouir de sa réussite, il ramenait tout à lui comme s’il était le centre du monde. Avant de tourner les talons elle rajouta : « Et ma carrière va parfaitement bien depuis que je me suis libérée de ce poids qui m’empêchait d’avancer. Sur ce bonne soirée ! » Elle refusait de passer une seconde de plus à l’écouter la rabaisser. Ils n’étaient plus ensemble alors elle n’avait plus à s’occuper de lui ou à supporter ceci. Elle préférait partir la tête haute, mais quelque chose lui disait qu’il ne l’a laisserait pas s’en aller aussi facilement.

_________________

Ghost in the mirror I knew your face once, but now it's unclear and I can't feel my body now. I separate from here and now. A drug and a dream, a lost connection, oh come back to me so I can feel alive again as soul and body try to mend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 98
pseudo : Jomily
face, © : Jack O' baby - January Blues
double compte : Joannie
âge : twenty-seven y.o.
statut : always single and in a relationship at the same time
métiers/études : Krea-tion drummer for the best
logement : Upper East Side
guilty pleasures : smoking, smoking, smoking and ? drinking

MessageSujet: Re: downtown love (Mathilde)   Sam 3 Juin - 18:28



"none of your downtown love"

La parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles.Flaubert



Il ne connaissait plus l’échec depuis longtemps. Il prenait toute la vie en entier, assoiffé du monde, affamé de l’existence. D’un égocentrisme sans nom, il marchait dans cette abondance d’éloge comme le prince du pays. Si on ne l’aimait pas c’était réciproque. Il avait développé une capacité à se faire détester et aimer en même temps. Quelques fois, il se demandait si on ne prenait pas des gants avec lui seulement parce que le groupe dont il faisait partie était en vogue et à la mode. C’était pour cela qu’il se permettait de prendre les autres de haut. Il refusait les selfies, jouait l’inaccessible, narguait les autres, ses Chanel sur le nez. Il considérait son succès mérité, ils venaient de loin, on avait voulu couper son rêve de loin. Mais il n’avait rien lâché, encore et encore, il avait persévéré, sacrifié les autres. Sa dévotion à Salim et aux autres membres du groupe n’avait pas d’égale. C’était à eux qu’il réservait tous les bons côté de sa personne. Alors, il aimait avoir sa figure de mauvais garçon et n’apportait que peu de considération aux personnes qu’il considérait sans talent. Mais respectait infiniment le travail accomplit. Il voyait son visage placardé en une de magazines à scandales, on lui inventait des histoires plus folles les unes que les autres. La rumeur la plus absurde qu’il avait pu lire avait été son entrevue probablement secrète avec Kate Middleton lorsqu’il avait assisté à un match de polo avec le Prince Harry. Il n’aurait certainement pas dit non, mais il était loin d’être aussi fou. Encore une fois, demain, il verrait des photos de lui à la sortie de l’after-party et on répandrait des rumeurs, encore. Il s’en était acoutumé et au moins cela lui permettait de nier en bloc les frasques qu’il avait réellement commit. Oh vous savez ces journalistes n’importe quoi.

« Tu crois que je suis ivre, là ? Tu ne m’as pas croisé depuis longtemps alors. » Il savait qu’il n’en trouverait pas d’autres comme elles. A chaque fois qu’ils se disputaient c’était la même chose à l’époque. Il savait qu’il recommencerait et qu’elle aussi. Un cycle infernal qui ne s’était résolu que par le déni. « Ouais, le poids dont tu t’es débarrassée une fois l’objectif accompli. N’est-ce pas ? » Il était d’humeur taquine. Pas vraiment méchant. Même si ses remarques acerbes étaient emplies de sa vérité. « T’es juste vexée parce que j’ai fait fuir ton petit copain. C’est l’ingé son ? », lui demanda-t-il d'un air moqueur. Jax fit mine d’être vexé de se faire remplacer par quelqu’un d’aussi petit. Même s’il savait très bien que ce mec n’était pas du tout l’ingénieur du son. Mais il aimait énerver Mathilde, ça n’avait pas de prix. Elle s’en alla pour s’éloigner de lui. « Oh quoi, Mathilde ! On peut plus rigoler ? » Il la rattrapa pour se poster devant elle à deux doigts qu’elle se heurte à lui. « Viens on discute. Je t’offre un verre même si c’est pas moi qui paye. » La classe vraiment. En vérité, il ne pouvait pas s’empêcher d’aller constamment la voir, même pour s’engueuler avec elle. D’un autre côté, il était curieux, curieux de savoir où elle en était. Si elle parvenait au final à percer sans lui. Puisqu’il soupçonnait encore, il ne pouvait pas s’en empêcher, leur relation de n’avoir été qu’un mensonge depuis le début. « Alors, Broadway ? Est-ce que ça prends forme ? »



 

Code by Sleepy

_________________
He stepped down, trying not to look long at her, as if she were the sun, yet he saw her, like the sun, even without looking.
I love you, I'm sorry.
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 1181
pseudo : Jessica (Lovee)
face, © : Margot Robbie + salim
double compte : Reggie, Nyle, Merri

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: Oui

MessageSujet: Re: downtown love (Mathilde)   Sam 10 Juin - 22:01


≈ ≈ ≈
{ And today's a special day, a celebration cause I've finally come to accept this fact
And the fact is that I'll never love again, I'll never love again.}
crédit/ tumblrempire.

Mathilde se demandait si l’univers n’était pas en train de se moquer d’elle. Non seulement, Jax était présent, mais il ne voulait pas s’en aller. Il préférait essayer de la rendre dingue avec ses réflexions déplacées. Elle ne comprenait pas son acharnement. Elle ne reconnaissait pas l’homme dont elle était tombée amoureuse, c’était comme s’il avait totalement disparu. Elle savait qu’elle devait faire son deuil et séparer les deux Jax pour ne pas souffrir à nouveau. Dans tous les cas, le comportement de Jax était décevant et elle se demandait bien ce qu’elle avait pu lui trouver. S’il cherchait à la faire fuir il n’aurait pas mieux fait. « Et tu t’en vantes ? » C’était une question rhétorique, elle n’attendait pas de réponse de sa part. Elle voulait simplement qu’il comprenne que ce n’était pas quelque chose dont il pouvait être fier. Ce n’était pas une fin en soi de se bourrer la gueule et de créer des scandales. La jeune femme se demandait bien ce qu’il cherchait. Il aurait pu s’en aller, vaquer à ses occupations loin d’elle, mais il semblait incapable de rester éloigner. Elle commençait presque à penser que sa présence lui manquait, mais elle se ressaisit rapidement. Ce qui lui manquait c’était cette bagarre constante et ce n’était pas réciproque. Mathilde n’en revenait pas qu’il veuille lui offrir un verre, en grand gentleman il proposait de payer alors que c’était gratuit. Elle ne pu s’empêcher de lever les yeux au ciel. Il avait décidé de rester dans les parages. A sa question, comme un réflexe Mathilde lui demanda : « Qu’est-ce que ça pourrait te faire ? » Elle était sur la défensive, pleine de méfiance à son égard. Elle s’attendait toujours à ce qu’il essaye de la blesser, de la piéger. Elle attendait le moment où il allait faire voler en éclat sa joie de vivre pour se sentir mieux. C’était navrant d’attendre le pire venant de la personne qu’elle avait tant aimé. « Ce n’est pas comme si tu me souhaitais de réussir. Après tout je n’étais que la sangsue qui te retenait en arrière et qui gâchait ta carrière en attendant de pouvoir te planter un couteau dans le dos afin d’arriver au sommet .. » Lui confia la jeune femme. Elle ne faisait que reprendre ses mots ou ceux de son agent. Apparemment, elle était la pire chose qui lui était arrivée, jamais elle n’oublierait ceci. « Mais pour ton information ça prend forme. Je prépare un rôle important qui pourrait pérenniser ma carrière. » Rajouta Mathilde avec un air satisfait. Elle n’avait pas à avoir honte de sa réussite et à ses yeux elle ne lui devait rien. Il ne se rendait pas compte qu’il avait pu être un frein pour sa carrière à Broadway. En effet, cela renvoie une certaine image d’avoir été avec un musicien avec une telle réputation. Elle avait dû se battre pour arranger son image et ne plus être associé à ses frasques. Certes, il l’avait aidé à se faire connaitre dans de petites sitcoms, mais par la suite c’était elle qui avait réussi. Le pire dans tout ça c’est qu’elle aurait aimé qu’il soit fier d’elle parce que durant un moment son opinion était plus qu’important à ses yeux, mais elle avait appris à ne plus rien attendre.

_________________

Ghost in the mirror I knew your face once, but now it's unclear and I can't feel my body now. I separate from here and now. A drug and a dream, a lost connection, oh come back to me so I can feel alive again as soul and body try to mend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 98
pseudo : Jomily
face, © : Jack O' baby - January Blues
double compte : Joannie
âge : twenty-seven y.o.
statut : always single and in a relationship at the same time
métiers/études : Krea-tion drummer for the best
logement : Upper East Side
guilty pleasures : smoking, smoking, smoking and ? drinking

MessageSujet: Re: downtown love (Mathilde)   Lun 26 Juin - 23:44

@Jax Monaghan a écrit:


"none of your downtown love"

La parole humaine est comme un chaudron fêlé où nous battons des mélodies à faire danser les ours, quand on voudrait attendrir les étoiles.Flaubert



Why don't you care, I was there, I was there, when no one was, now you're gone and I'm here - Depuis un bout de temps à présent. Maintenant. Il avait souvent agit comme si Mathilde était avec lui. Il continuait d’entendre son rire, de la voir apparaître dans l’embrasure de la porte de sa chambre, lui reprochant, comme une petite maman, les faux pas qu’il faisait. Oui, Jax était devenu complètement fou, mais sa folie était douce, elle n’était ni violente, ni dangereuse, c’était une folie qui vous forçait à vous raccrocher à un espoir vain et révolu, une folie qui vous permettait de retrouver votre chemin dans les méandres de vos pensées les plus obscures et de vos lamentations les plus noires. « Arrête de faire comme si je n’étais pas comme ça avant. A l’époque, c’est parce que tu étais avec moi que ça ne te frappais pas. Mais je suis comme je suis maintenant, je l’ai toujours été. Alors s’il-te-plait, arrête de faire ta comédie à te prétendre embarrassée. » Elle était la lumière, et il était l’obscurité. Elle rayonnait, comme un ange, alors que lui, jouait dangereusement avec le diable et ses démons. Métaphore qui représentait tout à fait le monde dans lequel il avait vécu ces dernières années. Un monde de noirceur, de tristesse, d’abandon, de corruption et surtout, de solitude. Malgré le reste. « Pourquoi tu parles au passé ? Et pour ton information, tu ne m’as jamais retenu en arrière, j’étais, je suis déjà au sommet. Tu n’as fait que te servir de moi comme moyen d’accéder à ton semblant de célébrité. » Il avait saigné, et son cœur saignait encore, pour toutes ces choses qui n’auraient pas du avoir de place dans sa vie. Pire que tout : la trahison. « Pourtant je ne te vois pas nier. Tu déclares être innocente mais pas une seule fois tu décidera de nier que tu m’as utilisé. Alors, enfait je pense que ça en dit long. » Il marqua une pause et fixa Mathilde droit dans les yeux.

Alors cela faisait donc tellement longtemps qu’il vivait ainsi, dans la rage et dans la colère ? Il se souvenait qu’au lycée, il avait voulu être populaire et qu’il avait été ami avec toute sortes de garçons aussi bêtes que lui. Mais celui qui était toujours resté, le seul, l’unique depuis l’enfance. Salim. Lui, demeurait le seul. La loyauté, la fraternité, c’était son oxygène, peu importait le reste. Son meilleur ami et personne d’autre. « Je suis content pour toi. » , lui dit-il sans l'ombre d'un sourire. Elle avait l’air tellement suffisante. Il ne la connaissait plus. Alors, comme un évanouissement, il la fixa une seconde fois dans les yeux et s’éloigna d’elle. Prêt à boire un autre verre. Il ne savait pas vraiment ce qui lui prenait à venir lui parler constamment, il ne pouvait pas s’en empêcher. Il trouva le bar le plus proche et commanda un whisky, avec beaucoup de glaçons. Un ami fidèle, le deuxième. Il n’aimait plus Mathilde, ça c’était certain, cependant se savoir utilisé et roulé dans la boue le rendait amer. Il cautionnait la rumeur mais pas si elle devenait une vérité trop évidente. Aussi difficile à supporter pour lui que pour son foie. Il préférait à présent rester seul comme il devait le rester s’il voulait garder un semblant d’intégrité et vivre la vie grandiose qui l’attendait.


 

Code by Sleepy

_________________
He stepped down, trying not to look long at her, as if she were the sun, yet he saw her, like the sun, even without looking.
I love you, I'm sorry.
TAKEN AWAY TO THE DARK SIDE ✽
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: downtown love (Mathilde)   

Revenir en haut Aller en bas
 
downtown love (Mathilde)
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Mathilde
» http://www.love-makeup.co.uk/ vous connaissez?
» I Love N......Y !
» Craquage nouvelle collection Love Lace et Warm and Cozy
» Love Lace Collection

Permission de ce forum:Vous pouvez répondre aux sujets dans ce forum
 :: / manhattan / :: downtown-
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujetSauter vers: