AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 la nuit des monstres, zack

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

messages : 89
pseudo : ghost.writer (gw), manon
face, © : bb ruffalo, av@sparkles
double compte : salim, alicja, juliet
âge : forty, but he's five yo in his mind
statut : alone for the best, he's a grumpy bear but he has some fun with jackie
métiers/études : manager
logement : a flat somewhere he doesn't always remember
guilty pleasures : spending time in bar, finding new talents, eating chocolate, listening country and jazz music
bucket list : have a drink, call jackie to share a drink, find some new about krea-tion to upset oswald

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: just ask for it; angie, zack, tc

MessageSujet: la nuit des monstres, zack   Dim 9 Juil - 19:26

✩ ✩ ✩ ✩ ✩
zack & aaron


Il n’arrive pas à marcher droit. Ses pieds sont comme de la gélatine et il se traîne dans les rues de New York, les bras tendus pour essayer de garder l’équilibre. Le sol est comme un fil. A ceci près qu’il ne pourra pas tomber plus bas que le trottoir. Aaron titube, trébuche, se rattrape à la première poubelle venue. Il reste un instant contre elle, enlacé comme pour un baiser, avant de se redresser. Il a peut-être un peu trop bu, ce soir. Mais ce n’est pas sans raison – son groupe enregistre son premier album. Enfin, son groupe ; celui qu’il a pris sous son aile, celui qui détrônera les rois du faux rock. Et déjà, plusieurs tickets du concert ont été vendus. Il en est fier, Aaron. Et c’est pour fêter l’ensemble qu’il a fait la tournée des bars, persuadé qu’il finira par trouver une jolie paire de nichons à peloter pour le reste de la soirée. Sauf que les femmes, il ne les a même pas regardées, trop occupé à vider les verres les uns après les autres. Peut-être qu’il aurait dû envoyer un message à Jackie. Juste pour avoir quelqu’un à qui parler. Une compagnie pour picoler. Mais il ne l’a pas fait et maintenant, sa vision est un peu trop trouble pour qu’il prenne le risque de sortir son téléphone. Il titube de nouveau, manque de foncer dans un abri bus. Puis il s’arrête et lève les yeux. Bon. La lune est positionnée direction nord-est-sud-ouest, ce qui veut dire que son appartement doit être quelque part dans l’une des rues voisines. Ou, du moins, dans une rue voisine d’une rue voisine d’une rue voisine. Il y a la bouche d’un métro pas loin et il décide d’y descendre. Ça fera de l’air frais. Il se tient, les deux mains cramponnées, à la rambarde pour descendre les escaliers. Décide de sauter les trois dernières marches dans une habitude puérile et ne doit sa stabilité à l’atterrissage qu’à un parfait hasard. Il fronce les sourcils, passe une main dans ses bouclettes brunes et s’enfonce dans le métro. Il y a d’autres personnes qu’il n’identifie pas. De toute façon, il est trop ivre. Et puis, il y a la silhouette du môme, assis dans un coin. Aaron lui lance un regard, décide de l’ignorer. Puis merde. C’est un môme. Il se dirige vers lui, zigzagant malgré lui et se laisse tomber à côté. Ses jambes, bien plus longues que celle du gosse, gêne le passage de certains, mais il s’en fout. « Heeeeey, » glisse-t-il en laissant sa tête reposer contre le mur crasseux. « Zack ! » ajoute-t-il quand il parvient enfin à se souvenir du nom du môme entre deux éclairs de lucidité. « Tu d’vrais pas être rentré ? Il fait nuit dehors. » Il a l’habitude de le croiser, ce gosse étrange. Mais en pleine journée. Si le môme est là, c’est que l’un des monstres est probablement pas loin.

_________________

treat you better
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 30
pseudo : Wolf
face, © : Felix Bossuet

MessageSujet: Re: la nuit des monstres, zack   Mer 12 Juil - 17:23

Zack avait été à l'école, pour une fois. L'une des rare fois où son grand père le laisse y aller. Pourquoi l'homme refuse que son petit fils aille s'instruire ? Tout bonnement parce que les gens de l'école ne prennent pas en compte les soucies de Zack. Ils le considère comme un enfant normal, mais il n'est pas normal et même si ça pourrait paraître dur de dire ça, c'était pourtant la vérité. Zack avait donc essayer. Il avait son sac à dos sur le dos, un petit blouson et un ours en peluche. Seul chose que son grand père avait autoriser pour cette sortie exceptionnel, de façon à ce que Zack ait un poing de repère. Le petit garçon n'avait pas tout comprit. Il avait écouter attentivement le déroulement de la journée. Mais beaucoup d'autres bruits étaient venue perturber sa réception du message. Notamment le fait de où son grand père viendrait le chercher. La maitresse avait alors parler d'une visite au musée et d'un voyage en métro. Le grand père avait alors dit que Zack ne devait pas prendre le métro. Et de fil en aiguille, le ton était monter, Zack avait couvert ses oreilles et avait gémit de façon à ne plus rien entendre. Le soucie c'est que aucun des adultes présent n'avaient penser à redire à Zack le point de rendez vous.

La sortie c'était plus ou moins bien passé. Une fois de plus il avait été le souffre douleur des autres. C'était tellement plus simple de s'en prendre à lui et de le faire passer pour le sauvageons quand il répliquait. Il était vrai que mordre ou griffer n'étaient peut être pas la meilleure façon pour Zack de se défendre mais que pouvait-il bien faire d'autres ? Zack attendait l'heure du midi pour manger, mais l'institutrice avait décider de changer le programme, ils allaient manger plutôt afin de regarder une vidéo au musée qui était mit à une heure précise. Déboussolé et se sentant seul Zack ne mangea pas. Il serra de plus en plus fort son ours contre lui. Une des brutes qui aime embêter Zack au point de le faire hurler de colère, avait alors décider de lui prendre son ours et de le jeter dans une poubelle. Zack l'avait récupérer et sans rien dire à personne il avait été au toilette pour le laver. L'institutrice était alors arriver et l'avait gronder sans même chercher à comprendre. L'enfant n'avait rien écouter de toute l'après midi. Et puis ce fut l'heure du retour. Zack avait attendut devant le métro. Dans la cohue personne n'avaient fait attention à ce petit bout de chou. Il s'était assis contre un mur, se bouchant les oreilles et se balançant d'avant en arrière. Il avait fermer les yeux...

Ce fut que lorsqu'il n'y avait plus de bruit que Zack ouvrit de nouveau les yeux. Il regarda autour de lui et ne vit personne qu'il connaissait. Si il se souvenait bien son grand père viendrait le chercher ici. Enfin il n'était plus trop sur. Mais il ne se souvenait plus pour rentrer. Il avait peur aussi. Soudain, un homme était venue s'asseoir auprès de lui, plissant les yeux il mit plusieurs minutes à le reconnaitre. C'était Aaron.

"Pouah tu sens pas bon Aaron."

Zack était toujours honnête, et il disait toujours tout à Aaron. Il était son ami. Et pour Zack, Aaron était même son meilleur ami. Quand l'homme lui demanda ce qu'il faisait ici, Zack serra son ours et fit :

"J'attend mon grand père. Il doit venir me chercher après la sortie au musée."

Sauf qu'il ne savait plus où, ni quand, et il ne savait pas non plus que dehors, le soleil c'était coucher et que la police était en train de le rechercher accompagner du grand père de l'enfant. Zack réalisa que Aaron lui avait dit qu'il faisait nuit dehors. Il se mit à se balancer d'avant en arrière en paniquant et en gémissant de peur.

"Il m'a pas oublier. Il va venir. Il va venir....Tu restes avec moi Aaron jusqu'à ce que grand père arrive ? Je veux pas que les monstres viennent m'attraper ?"

Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 89
pseudo : ghost.writer (gw), manon
face, © : bb ruffalo, av@sparkles
double compte : salim, alicja, juliet
âge : forty, but he's five yo in his mind
statut : alone for the best, he's a grumpy bear but he has some fun with jackie
métiers/études : manager
logement : a flat somewhere he doesn't always remember
guilty pleasures : spending time in bar, finding new talents, eating chocolate, listening country and jazz music
bucket list : have a drink, call jackie to share a drink, find some new about krea-tion to upset oswald

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: just ask for it; angie, zack, tc

MessageSujet: Re: la nuit des monstres, zack   Mer 19 Juil - 21:19

Le gosse le regard. Alors il regarde le gosse. Un nez se fronce. Aaron reste idiot, un instant. Il lève un bras, plonge tant bien que mal son nez sous son aisselle. Snif. Effectivement, il a connu meilleure odeur. Il laisse son bras retomber lourdement et il hausse les épaules. « C’est vrai. » Mais là, il n’y peut rien. Ça changera demain matin, quand il se réveillera de sa cuite et qu’il prendra une douche. Quand il fouillera ses placards pour remettre la main sur cette eau de Cologne que sa gamine de sœur lui a offert pour son trente-sixième anniversaire. Alors pour l’instant, il préfère ne pas se focaliser sur ça. D’ailleurs, il ne se souvient déjà plus de son odeur infestée par l’alcool. Du coin de l’œil, il voit le gamin resserrer sa peluche. A lui, c’est son cœur qui se serre devant ce geste. Ce gamin, il a beau être étrange et avoir une tronche de sauvage, il est touchant. Et c’est parce qu’Aaron s’attendrit devant cette scène qu’il n’entend que la moitié de la réponse. Sortie au musée. Son esprit enveloppé par les litres d’alcool met un temps avant de comprendre. « Mais… T’es allé à l’école ? » Depuis le temps qu’il croise le gosse, c’est la première fois qu’il l’entend parler de l’institution. Première fois qu’il le voit dans la nuit, aussi, d’ailleurs. Il se frotte le crâne. Essaie d’avoir une pensée cohérente – et adulte, surtout. « Mais ouais, il va venir. » Il l’affirme, haut et fort. « Qui ça, au fait ? » Parce que devant l’attitude du gosse, Aaron n’est plus certain que ce il soit une bonne chose, finalement. Et puis il comprend. Grand-Père. Ce vieil homme qu’Aaron n’a jamais croisé. Il acquiesce en esquissant un sourire. « Bien sûr que je vais rester avec toi bonhomme. Est-ce que je t’ai déjà laissé tout seul, hein ? » Il lève une main qu’il tend à Zack. « Allez, tape-m’en cinq, buddy. » Mais il reste plusieurs secondes sans rien. Il se frotte les yeux. « Les monstres, on va les chasser, toi et moi. » Nouveau sourire cette fois-ci accompagné d’un clin d’œil. Aaron prend appui contre le mur pour se relever lentement. « Tu sais où il habite, ton grand-père ? » Parce qu’ils peuvent peut-être se rapprocher de la maison du vieil homme en passant le réseau des métros. Ce sera vite fait et ils pourront partir à la chasse aux monstres, comme ça. Et ça, c’est une activité qu’Aaron apprécie beaucoup.

_________________

treat you better
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 30
pseudo : Wolf
face, © : Felix Bossuet

MessageSujet: Re: la nuit des monstres, zack   Sam 12 Aoû - 17:58

Zack esquissa un sourire en voyant son ami agir comme il le fait. C'était marrant pour Zack de voir Aaron se sentir et remarquer qu'il ne sentait pas la rose. Cependant, Zack savait parfaitement ce que sentait son ami, son grand père avait souvent cette odeur. Surtout quand il repensait à la mère de Zack. L'enfant retira son sourire quand il expliqua à Aaron que son grand père devait venir le chercher à la sortie du musée mais qu'il était toujours pas là. Cependant, le petit garçon ne savait pas que son tuteur le cherchait partout accompagner de la police. Aaron fut surprit de l'entendre parler de l'école. L'enfant haussa les épaules et fit :"C'est pas souvent que grand père accepte que j'aille à l'école. Il dit que la dame ne sait pas s'occuper de moi et qu'ils vont me perdre, ou me faire du mal." Faisant une moue dévaster le petit garçon comprit en un éclair les mots utiliser par son grand père. Il avait raison, l'école c'était pas fait pour Zack, pas dans ses conditions. "Ils ont jeter mon ours dans la poubelle, lui aussi il sent pas bon maintenant comme toi." Se plaignit Zack à Aaron. L'homme le rassura ensuite en lui disant que la personne qu'il souhaitait allait venir, et puis il lui demanda confirmation si c'était bien son grand père, Zack plissa les yeux intriguer. Son ami était étrange, cela ne le rassurait pas pour autant. Bien qu'être avec Aaron le calme un peu. Zack avait froid, peur et faim. Il était complètement déboussolé. Aaron lui dit qu'il resterait avec lui et qu'ensemble ils allaient battre les monstre. Zack fit un hochement de tête et il fit en se bouchant les oreilles :"Ils arrivent !" Le métro arriva et un bruit infernal fit hurler de peur l'enfant. Il n'arrivait pas à canaliser ce bruit qui le prenait de court à chaque fois. Une fois le métro passer, Zack reprit son souffle et regarda Aaron, il avait des yeux fatigué et il lui dit : "Il vit à New York. Mais je ne sais pas où. Je sais que c'est à 23 minutes de l'école. Et qu'il c'est à 16 minutes du magasin et aussi à 14 minutes quand les feus sont verts de l'Eglise où grand père va. Mais j'aime pas cette Eglise ça fait trop de bruit. j'aime pas les feux rouge aussi, ça ralentie et ça change la distance." Zack fonctionnait par shéma répétitif, par code. Il ne pouvait donner aucune adresse, incapable de se repérer ainsi, il se repérait par chiffre, par distance et par shéma, par angle et tournant. Quand Aaron se leva, Zack en fit de même. Il serra son ours contre lui et fit ensuite à son ami : "Comment on va combattre les monstres ?" Le petit garçon avait refuser quelques minutes plutôt de taper dans la main d'Aaron car il ne comprenait pas le principe et aussi parce qu'il n'aimait pas le contact physique, mais là, par peur, il tira sur sa manche afin d'avoir une protection sur sa main et il glissa sa main protéger dans la main d'Aaron. Il se sentait oppresser dans ce lieu et peu rassurer malgré la présence de son ami. "On peut sortir de là Aaron ?" L'enfant avait également du mal avec la politesse mais ce n'était pas choix. Il allait droit au but à chaque fois qu'il ouvrait la bouche, il n'arrivait pas à comprendre pourquoi il était nécessaire de devoir faire des demandes de politesse alors qu'on veut réellement quelques choses.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 89
pseudo : ghost.writer (gw), manon
face, © : bb ruffalo, av@sparkles
double compte : salim, alicja, juliet
âge : forty, but he's five yo in his mind
statut : alone for the best, he's a grumpy bear but he has some fun with jackie
métiers/études : manager
logement : a flat somewhere he doesn't always remember
guilty pleasures : spending time in bar, finding new talents, eating chocolate, listening country and jazz music
bucket list : have a drink, call jackie to share a drink, find some new about krea-tion to upset oswald

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: just ask for it; angie, zack, tc

MessageSujet: Re: la nuit des monstres, zack   Sam 2 Sep - 9:12

Aaron, il n’a pas l’esprit très clair. Mais il s’accroche, sourcils froncés, pour tenter de piger un traite mot de ce que lui raconte le gosse. Il lance un regard à ce dernier, en coin. Il n’a jamais croisé le grand-père du môme – il n’est pas certain d’en avoir envie, en réalité. Il ne sait pas grand-chose, en réalité, du môme ou de sa vie. Il sait qu’il a peur des monstres et que souvent, il traîne la nuit dehors. Et qu’il n’est pas comme tous les autres gamins de son âge. En quoi ? Aaron n’a jamais su le dire précisément, mais il le sait. Il médite un instant avant d’opiner finalement. « Du mal non, ils sont là pour t’apprendre plein de choses… Mais te perdre, en revanche… » Aaron ne termine pas sa phrase mais leur situation actuelle appuie les craintes du grand-père. Il ne sait d’ailleurs pas comment une école a pu perdre un gosse sans s’en apercevoir. Mais il n’essaie pas de creuser des raisons – son mal de crâne dû à l’alcool pointe le bout de son nez et il renonce à essayer de trop piger, ce soir. « Mais c’était bien le musée, sinon ? » Son enfance lui paraît trop loin, il ne se souvient plus s’il était allé au musée, gamin. Ni même s’il avait aimé. Sans doute que non. Depuis toujours, Aaron a toujours été le pitre de la classe, celui qui se cache derrière les statues sacrées pour faire rire ses camarades. La vie, il a toujours préféré la prendre du bon côté – jusqu’à l’accident. Aaron ferme les yeux et souffle. « C’est vrai ? Je peux le sentir ? » Il veut surtout pouvoir s’assurer que la peluche du gamin n’est pas pleine de débris de verre qui pourront s’avérer dangereux pour Zack. Bourré, mais pas encore totalement irresponsable – et il en est plutôt fier, le Aaron. Une rame de métro s’approche et, au même instant, le gosse se protége les oreilles en hurlant. Le plus vieux fronce les sourcils, observe la rame de métro arriver, s’arrêter, et repartir. Puis, seulement, il analyse les paroles de Zack. Et au terme de cinq minutes, il finit par comprendre. Faire le lien. Bon, d’accord. Quitter le métro, pour commencer. Aaron veut bien combattre les monstres, mais pas s’ils sont trois fois plus costauds que lui. Ce serait déloyal. Malgré lui, il esquisse un sourire et il a envie de passer une main affectueuse dans les cheveux de ce môme étrange. Mais il ne le fait pas, il sait que Zack n’aime pas vraiment qu’on le touche. Il a essayé, la première fois qu’ils se sont rencontrés, il n’a jamais trop su comment le gamin est parvenu à se calmer, finalement. « Et ton école, elle est à combien de minutes d’ici ? » Ça leur ferait déjà un point de repère, savoir d’où partir pour ensuite mieux retrouver la baraque du gosse. Il se lève alors, bientôt imité par le mini-humain et, à sa question, Aaron tourne sur lui-même. Une fois. Deux fois. Trois fois, avant de manquer de s’étaler par terre. Ok, plus de tournements. Il repère un journal plus loin qu’il va ramasser et qu’il roule pour en faire un bâton de papier. « Ça, c’est notre arme, ok ? » Et, contrairement à toute attente, il sent qu’on le tirait par la manche. Il baisse les yeux. Hébété, il observe le gosse glisse sa minuscule main dans sa grosse paluche. Et il est fier, à nouveau, Aaron. Alors il sourit. Comme un âne. « Ouaip, on peut. Mais on va d’abord devoir traverser par les souterrains. Et grâce à notre arme, les monstres n’auront aucune chance face à nous. » Et comme pour appuyer ses paroles, Aaron s’élance dans un couloir proche d’eux, qui leur permet de regagner la bouche de métro inverse puis de regagner quelques stations de métro plus loin afin de se rapprocher de l’école. De temps en temps, Aaron fait mine de transpercer un monstre de son journal, autant pour amuser l’enfant que pour réellement se débarrasser des monstres. Puis ils arrivent à un escalier qui mène à l’extérieur, non loin d’une école. « Tu reconnais par-là ? C’est là où se trouve ton école ? » Au fond de lui, Aaron espère que oui, parce que sinon, il les a encore plus perdus qu’auparavant.

_________________

treat you better
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: la nuit des monstres, zack   

Revenir en haut Aller en bas
 
la nuit des monstres, zack
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» besoin de conseils bébé de 23 mois qui se réveille la nuit
» C'est prouvé, travailler trop nuit gravement à la santé
» Quels sont les horaires de nuit de vos bibous????
» nuit de noel tragique
» Couches de nuit tibabi

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MANHATTAN :: transports-
Sauter vers: