AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 fragile world, nyle

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

messages : 75
pseudo : ghost.writer, manon
face, © : olsen, ©hershelve
double compte : salim, alicja, aaron
âge : thirty yo
statut : she's lonely, she loves her freedom
métiers/études : xxith century's slave for ziggy barlow himself
logement : a beautiful flat in ues
guilty pleasures : have fun with friends, watch romantic movies with diana, eat (like, a lot), talk (like, a lot -bis)
bucket list : find a new tie for mister barlow, call diana, get drunk with nee

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: can't refuse; nyle, neelam, sidney

MessageSujet: fragile world, nyle   Jeu 13 Juil - 21:24

✩ ✩ ✩ ✩ ✩
nyle & juliet


Elle a la tête encore pleine des images du film qu’elle vient de voir. Sortant du cinéma, Juliet se dirige vers l’arrêt de bus qui se trouve tout près. Elle a le pas léger, voire sautillant. De la bonne humeur que lui a inspiré sa séance devant l’écran géant. De sa joie d’être de retour à New York, ville pourtant incapable de la retenir à chaque besoin de fuite. Elle lance un coup d’œil au temps d’attente. Six minutes. De quoi la laisser rêver du regard de braise de cet acteur brésilien – un nom imprononçable pour elle. Elle ferme les yeux, s’appuie sur l’abris-bus. Juliet, elle passe son temps dehors, depuis qu’elle est à New York. Son temps libre, du moins. Et, au final, vu les demandes exagérées de Ziggy, même son temps pas libre. Elle court. Elle ne s’arrête jamais. Le bruit du bus se fait entendre, elle se redresse. Se glisse entre les portes, sourire aux lèvres, cheveux électriques. Elle laisse une place assise pour la grand-mère qui porte ses courses du jour – deux énormes sacs remplis – et elle s’éloigne jusqu’à s’asseoir plus loin. Ça lui fait tout drôle, de reprendre les transports en commun new yorkais. Ils sont calmes et tranquilles, comparés à ceux de Thaïlande. Ces bus brinquebalants qui vacillent et s’arrêtent pour, parfois, ne jamais reprendre leur route. Pas de cris alertes, pas de brebis au milieu de l’allée. Son sourire s’élargit et le bus s’arrête à une station. Machinalement, Juliet observe les nouveaux passagers monter. Son regard s’attarde une seconde sur un visage qui en fait partie. Elle se détourne. Y retourne. Le visage est familier. Il lui faudra pourtant une bonne minute pour réussir à l’associer avec un nom – et un battement de cœur paniqué qui suit aussitôt. Nyle. Comment l’oublier ? Elle sourit, béatement. Sans s’apercevoir qu’elle le fixe depuis deux minutes, deux trop longues minutes. Il semble toujours avoir ce regard bleu intense, celui dans lequel elle aimait se perdre, à l’époque du lycée. Elle devrait tourner la tête, ou bien aller l’aborder. Elle n’en fait rien. Choquée ou bien surprise, peut-être. Nostalgique, assurément.

_________________

just tell me what i have to do, to keep myself apart from you, all your colors start to burn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 1052
pseudo : Jessica (Lovee)
face, © : Chris Wood + freesia
double compte : Alexa, Cole, Merri

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: oui

MessageSujet: Re: fragile world, nyle   Lun 17 Juil - 14:33


≈ ≈ ≈
{ And today's a special day, a celebration cause I've finally come to accept this fact
And the fact is that I'll never love again, I'll never love again.}
crédit/ tumblrempire.

Nyle était comme toujours au pas de course lorsqu’il s’agissait de suivre une cible. En tant que détective privé, il avait plusieurs dossiers, mais celui-ci était le plus énervant. Un petit escroc dont la famille voulait retrouver la trace afin de le ramener sur le droit chemin. C’était tellement banal si ce petit n’était pas aussi agaçant. Il courrait dans tous les sens comme s’il se doutait bien que sa famille avait mis quelqu’un sur sa trace. Il peut se douter qu’un gosse de riche qui tourne mal ça doit faire tâche dans leur réputation. En tout cas, Nyle ne comptait pas abandonner en si bon chemin. Il sentait qu’il allait finir par trouver quelque chose d’intéressant dont la famille pourrait se servir pour le faire rentrer gentiment à la maison. Nyle alla jusqu’à monter dans un bus pour le suivre, un bus oui. C’était assez amusant sachant combien il détestait cet endroit. Il préférait encore marcher ou prendre un taxi, mais il n’avait pas vraiment le choix. Soudain, la mission de Nyle fut mise en suspens lorsqu’il tomba nez à nez avec Juliet, sa Juliet du moins elle était sa Juliet il y a quelques années. Il n’en revenait pas de la voir ici. Il ne savait plus vraiment quoi dire quoi faire à tel point qu’il ne s’aperçut même pas que sa cible venait de descendre à l’arrêt. Il se demandait s’il avait le droit d’aller vers elle pour lui parler ou s’il ferait mieux de faire comme si de rien était. Apparemment, la jeune femme l’avait aussi vu ce qui allait l’empêcher de pouvoir prendre la fuite. Il allait devoir se comporter comme un homme et aller vers elle. « Juliet .. » Lâcha Nyle. Il essayait de se reprendre et de dire quelque chose d’intelligent, mais ce n’était pas forcément facile. Elle était toujours aussi belle, aussi souriante. Il avait l’impression que c’était hier qu’il l’avait laissé partir. « Comment est-ce que tu vas depuis le temps ? » Lui demanda-t-il. Il fallait traduire cela par sa surprise de la voir dans le coin. Il n’avait aucune idée qu’elle était de retour. Il avait plusieurs questions qui lui trottaient dans la tête. Pour le moment, il ne voulait pas la harceler de questions.

_________________

I remember years ago someone told me I should take caution when it comes to love. I did and you were strong and I was not. My illusion, my mistake. I was careless, I forgot. I did. And now when all is done. There is nothing to say.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 75
pseudo : ghost.writer, manon
face, © : olsen, ©hershelve
double compte : salim, alicja, aaron
âge : thirty yo
statut : she's lonely, she loves her freedom
métiers/études : xxith century's slave for ziggy barlow himself
logement : a beautiful flat in ues
guilty pleasures : have fun with friends, watch romantic movies with diana, eat (like, a lot), talk (like, a lot -bis)
bucket list : find a new tie for mister barlow, call diana, get drunk with nee

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: can't refuse; nyle, neelam, sidney

MessageSujet: Re: fragile world, nyle   Sam 22 Juil - 10:39

Elle est là, avec son sourire. Elle doit ressembler à une stalkeuse, qu’elle pense intérieurement. Mais tant pis. Les mains posées sur ses genoux, ses doigts jouant avec le pan de sa petite veste, Juliet, elle cherche quoi dire. Une excuse pour aller lui parler. Mais rien ne lui vient. Alors elle n’en fait rien. Nyle, de toute façon, ne doit pas avoir envie de lui parler. Il ne doit pas avoir envie qu’elle revienne dans sa vie, pas après qu’elle n’en soit partie précipitamment. Et pourtant. Pourtant c’est lui qui s’approche. Et le cœur de Juliet, il s’affole pour de bon. Elle-même n’en revient de sentir ces battements de cœur s’accélérer, se perdre, palpiter. L’excitation, la joie. Un mélange d’anciennes émotions qui se joignent les unes aux autres, qui lui reviennent, comme ça, en pleine figure. C’est brusque, sauvage, mais tendre et doux à la fois. Son sourire s’élargit. Elle doit avoir l’air idiote, Juliet, à sourire ainsi. Mais c’est que son prénom, dans la bouche de Nyle, a toujours semblé être la plus belle chose du monde. Elle se souvient des frissons qu’il avait été capable de lui tirer par ce simple mot – elle le vit à nouveau. « Nyle, » qu’elle lâche finalement, une tendresse au fond de la voix et la joie dans l’âme. Elle passe une main dans ses cheveux, machinalement et se décale sur son siège pour en laisser un de libre. Pour inviter le jeune homme à prendre place à côté d’elle. Elle hausse les épaules. « Bien, je continue de vadrouiller de temps en temps. Je suis rentrée à New York il y a quoi, quatre semaines je crois… La ville a beaucoup changé ! » Elle se force à détourner le regard, un peu. Pour ne pas être trop déstabiliser. Pour ne pas se noyer dans la beauté de son regard, à lui. « Et toi alors ? Qu’est-ce que tu deviens ? Depuis quand est-ce que tu prends le bus ? » Mais elle est incapable de ne pas le regarder, alors elle y retourne. Ses yeux en demandent plus. Et son sourire qui ne s’efface pas. Ça fait longtemps qu’ils ne sont pas vus, Nyle et elle. Une dizaine d’années, peut-être. Un peu moins. Elle ne sait plus vraiment. « C’est marrant, j’ai pensé à toi l’autre jour. Je me demandais si tu étais toujours à New York ou si t’avais bougé. » Ses pensées intérieures dans l’avion qui la ramenait de Thaïlande lui reviennent. Ses regrets par rapport à leur séparation brutale. Son pincement au cœur à l’idée que les choses n’aient pas fonctionné comme souhaitées, entre eux. Elle y a cru, Juliet. A un avenir entre eux, même si leurs familles ne sont pas du même monde. Elle l’a aimé, ce gamin turbulent, capable de vivre avec peu. Mais leur avenir, il s’est brisé avec son besoin de fuir – et les remontrances incessantes de sa famille, à elle.

_________________

just tell me what i have to do, to keep myself apart from you, all your colors start to burn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 1052
pseudo : Jessica (Lovee)
face, © : Chris Wood + freesia
double compte : Alexa, Cole, Merri

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: oui

MessageSujet: Re: fragile world, nyle   Dim 23 Juil - 18:50

Nyle ne s’attendait réellement pas à revoir Juliet dans le coin. Bêtement, il s’était dit que si elle revenait elle lui passerait sûrement un coup de fil afin de rattraper le temps perdu. Sans idée derrière la tête simplement pour parler. Ils avaient fait partie de la vie l’un de l’autre durant un moment et il gardait un bon souvenir de leur relation. Apparemment, la jeune femme aussi sinon elle ne sourirait pas autant, mais elle l’avait pas dû penser à l’appeler. Il pouvait comprendre que ça puisse être étrange de se reconnecter lorsqu’on a été ensemble pendant un moment, mais puisque ça ne s’était pas terminé dans le drame il pensait que ça pourrait être sympa de se revoir. La jeune femme n’avait pas changé, elle avait peut-être murit, mais elle était toujours aussi belle. Elle était un véritable rayon de soleil. Il se rappelait forcément pourquoi et comment il avait craqué pour elle. Encore aujourd’hui, les garçons devaient faire la queue pour espérer avoir un premier rendez-vous avec elle. Il n’aurait pas été étonné qu’elle soit en couple ou fiancée. Une fille comme ça ne reste pas libre longtemps. Il se rappelait de la chance qu’il avait eu de sortir avec elle. Il l’a regardait comme si c’était la première fois. Il avait l’impression que c’était hier qu’ils s’étaient rencontrés. Pourtant, ils avaient tous les deux pris quelques années dans la face depuis. Le temps lui allait si bien. « A vrai dire, je ne prends pas le bus. J’étais en train de suivre quelqu’un, mais apparemment il a été plus rapide. » Lui expliqua le jeune homme avant de se rendre compte qu’il sonnait vraiment étrange dans ses paroles. Elle allait le prendre pour un homme étrange qui suit les femmes dans le bus ce qui serait très dérangeant. « Suivre pas dans le sens creapy hein. Je suis devenue détective privé ce qui explique le suivi. Sinon j’ai aussi bougé un peu, mais tu sais New York reste ma maison. » Rajouta Nyle. Il n’avait pas été aussi maladroit depuis bien longtemps. La jeune femme le ramenait à une époque où il n’était pas si charismatique et sûr de lui. Il en perdait ses moyens, mais il allait rapidement les retrouver. Il devait juste dépasser la surprise et les émotions du passé. « Et toi ? » Lui demanda le jeune homme. Il préférait largement mettre l’accent sur elle et sa vie. Elle devait être plus bien intéressante que la sienne.

_________________

I remember years ago someone told me I should take caution when it comes to love. I did and you were strong and I was not. My illusion, my mistake. I was careless, I forgot. I did. And now when all is done. There is nothing to say.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 75
pseudo : ghost.writer, manon
face, © : olsen, ©hershelve
double compte : salim, alicja, aaron
âge : thirty yo
statut : she's lonely, she loves her freedom
métiers/études : xxith century's slave for ziggy barlow himself
logement : a beautiful flat in ues
guilty pleasures : have fun with friends, watch romantic movies with diana, eat (like, a lot), talk (like, a lot -bis)
bucket list : find a new tie for mister barlow, call diana, get drunk with nee

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: can't refuse; nyle, neelam, sidney

MessageSujet: Re: fragile world, nyle   Sam 12 Aoû - 22:26

La réponse de Nyle, Juliet ne s’y attend pas. Alors elle ouvre la bouche, le regard perdu et le front plissé. Elle n’est pas sûre d’avoir compris. N’est pas certaine de vouloir comprendre. Et pourtant, elle sait que Nyle n’est pas un stalkeur. Elle se refuse à cette idée – Nyle, il n’est pas comme ça. Alors son visage se transforme en un nouveau sourire, plus taquin celui-là, mais déjà, le jeune homme se reprend. Mais ça n’empêche pas Juliet d’éclater de rire. Les explications lui viennent mais la new yorkaise est déjà trop focalisée sur l’image de son ex petit-ami, jumelles en main et look inquiétant, en train de suivre des cibles choisies au hasard ou selon un modus operandi bien précis. Et l’image ne fait que faire redoubler son rire. « Oui, c’est ce que tu dis, perv. » Son rire s’éteint finalement et elle secoue la tête. Elle n’a pas l’intention de pousser la plaisanterie plus loin, mais le voir comme ça lui rappelle des souvenirs. De très bons souvenirs. « Détective, hein ? Waoh. T’as ta propre agence, du coup ? Et c’est quoi comme enquête ? Ce qu’on voit dans Veronica Mars, principalement des suspicions d’adultère à confirmer ou… ? » Elle est curieuse, Juliet, parce que ça lui semble surréaliste. Mais Nyle colle bien à l’image. Elle l’a toujours vu comme un justicier méconnu. Il aurait pu devenir le prochain Batman – le milieu aisé en moins, mais c’est sans doute ce qui fait sa force. « New York est… Comme aucune autre ville au monde, » lâche-t-elle finalement avec un tendre sourire. Et si elle voyage toujours, elle sait que New York restera à jamais son chez elle, à elle aussi. La grosse pomme a ce quelque chose qu’il n’y a pas toujours, dans les autres villes. Un lien qui se tisse si vite, si bien. Quand l’attention se focalise sur elle, Juliet ne sait pas quoi répondre. Elle, elle vit au jour le jour. Elle évite les complications, refuse l’attachement sur le long terme, essaie de rester aussi libre que libertine. « Oh, tu sais, je vadrouille à droite et à gauche. » Pas de job fixe, presque pas de nationalité fixe, non plus. Et si ce n’était pas devoir pour une amie, sans doute qu’elle ne serait pas revenue tout de suite, à New York. « En ce moment je bosse pour la télévision. Tu connais Ziggy Barlowe ? » Figure charmante à travers un écran, tout de suite moins agréable quand il appelle au milieu de la nuit pour rappeler qu’il prend son café noir et non pas décaféiné. « Eh bien, je bosse pour lui. » Elle grimace, pour donner un aperçu de ce que son quotidien peut être avec un tel emploi. Elle adore bosser dans le milieu de la télé, c’est rafraîchissant et intéressant, mais elle se fait l’impression d’être devenue l’esclave du vingt-et-unième siècle et ça, elle l’apprécie tout de suite moins. « Si un jour tu as besoin d’anecdotes croustillantes sur lui parce qu’il a une ex qui souhaite se venger, n’hésite pas. Crois-moi, je dois en avoir suffisamment pour écrire un bouquin. » Ca ne fait pourtant que quelques semaines qu’elle est à son service. Mais elle ne perd pas son sourire pour autant. « C’est dingue. T’as pas changé. » C’est sorti de nulle part. Sans préavis, sans crier gare. Juste un constat, un fait. Peut-être un regret. Bien sûr, elle est heureuse de le retrouver, Nyle. Il a été son premier vrai amour. Mais elle s’est toujours imaginé que leurs retrouvailles seraient plus étranges, empreintes d’un certain malaise – au lieu de ça, elle a le sentiment de ne jamais l’avoir quitté. Qu’hier encore, ils se promenaient main dans la main en bâtissant un avenir à deux. « Et du coup… Puisque ton gars s’est évaporé… Tu vas jusqu’où, comme ça ? » Elle glousse. Amusée, malgré elle.

_________________

just tell me what i have to do, to keep myself apart from you, all your colors start to burn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 1052
pseudo : Jessica (Lovee)
face, © : Chris Wood + freesia
double compte : Alexa, Cole, Merri

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: oui

MessageSujet: Re: fragile world, nyle   Dim 20 Aoû - 15:31

La jeune femme paraissait surprise qu’il soit devenu détective sûrement parce qu’à l’époque il parlait de devenir policier, mais les choses ne sont pas toujours faciles. Nyle ne supportant pas l’autorité à décider de ce lancer par lui-même avec sa propre agence. Il n’avait jamais regretté son choix et il savait qu’il était dans la bonne direction. Nyle ne pu s’empêcher de rire lorsqu’elle fit référence à Veronica Mars, il se rappelait de la passion qu’elle avait pour cette série. Il ne savait pas comment il devait prendre sa remarque. Il aurait aimé qu’elle sache par avance qu’il avait des affaires plus intéressantes que des histoires de fesses à confirmer. « Oui j’ai ouvert ma propre agence et c’est vrai qu’il m’arrive d’avoir des suspicions d’adultères à confirmer, mais aussi des cas plus complexes comme retrouver une personne qui n’a pas envie d’être retrouvée et autre. C’est vraiment passionnant. » Lui expliqua Nyle. Il avait toujours cette petite étincelle lorsqu’il parlait de son travail. On pouvait voir qu’il s’amusait chaque jour en faisant son métier et c’était déjà beaucoup. La jeune femme lui expliqua ensuite qu’elle travaillait pour la télévision, ça non plus il ne l’avait pas vu venir. Il ne l’imaginait pas dans ce milieu sûrement parce qu’il ne voulait pas qu’elle se fasse happer dans ce monde. Il avait toujours cet esprit protecteur envers elle. Elle lui raconta ensuite qu’elle travaillait pour Ziggy Barlowe et il ne pu s’empêcher un visage crispé. Il avait entendu sa réputation et ce n’était pas simple. Il espérait qu’il l’a traitait avec respect sinon il aurait à faire à lui. Elle avait l’air plutôt heureuse alors il ne s’inquiétait pas pour elle. Elle avait toujours eu du répondant, mais il ne voulait pas qu’elle perde son étincelle. Nyle se mit à rire lorsqu’elle lui confia que s’il voulait des infos croustillantes sur lui il ne fallait pas hésiter. Apparemment, ce Ziggy s’était fait une ennemie en la personne de son ex ce qui n’était pas très intelligent. « Il n’y a rien de pire qu’une femme bafouée. » Lui fit remarquer Nyle avec un sourire en coin. Soudain, la jeune femme lui lâcha qu’il n’avait pas changé. Il ne savait pas comment il devait le prendre. Est-ce que c’était un compliment ? Une critique ? Après tout elle était partie sans lui. En tout cas, il décidait de ne pas se vexer pour si peu. La vie voulait que leur chemin se sépare puis se retrouve ce qui était une bonne chose du moins il l’espérait. Puis Juliet osa se moquer de lui en lui demandant jusqu’où il allait puisque son gars était parti et qu’il était dans un bus. « Jusqu’au prochain café pour boire quelque chose je suppose, avec toi si j’ai de la chance. » Lui confia Nyle. Il lui proposait donc venir boire un café avec elle comme pour rattraper le temps perdu. Il espérait vraiment qu’elle allait dire oui parce qu’il n’était pas encore tout à fait prêt à la laisser partir.

_________________

I remember years ago someone told me I should take caution when it comes to love. I did and you were strong and I was not. My illusion, my mistake. I was careless, I forgot. I did. And now when all is done. There is nothing to say.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 75
pseudo : ghost.writer, manon
face, © : olsen, ©hershelve
double compte : salim, alicja, aaron
âge : thirty yo
statut : she's lonely, she loves her freedom
métiers/études : xxith century's slave for ziggy barlow himself
logement : a beautiful flat in ues
guilty pleasures : have fun with friends, watch romantic movies with diana, eat (like, a lot), talk (like, a lot -bis)
bucket list : find a new tie for mister barlow, call diana, get drunk with nee

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: can't refuse; nyle, neelam, sidney

MessageSujet: Re: fragile world, nyle   Jeu 7 Sep - 15:06

Elle l’admire. Nyle, il a cette force d’aller jusqu’au bout des choses, d’aller jusqu’au bout de ses ambitions. Découvrir qu’il a ouvert son propre cabinet de détective et, plus encore, l’entendre parler des enquêtes qu’il pouvait mener la rend rêveuse et admirative. Elle l’observe avec ce regard tendre et un sourire nostalgique. Elle n’a pas de peine à l’imaginer résoudre des enquêtes dignes des meilleures séries policières. « Et quand tu retrouves quelqu’un qui cherchait à se faire oublier, tu… Tu la ramènes à sa famille après ? » Elle est pleine de questions, Juliet. Pour elle, ce genre de situations n’existe qu’au cinéma, ou bien à la télé. Forcément, elle se berce d’images de Nyle qui parcourt le monde, un long trench coat remplis de gadgets – pour un peu, elle l’imaginerait presque être la version réaliste de l’Inspecteur Gadget. L’image se trahi par un sourire amusé sur ses lèvres. Mais elle est fière de lui, la petite Juliet. « Je suis sûre que ça l’est et que tu es un excellent détective. » Elle s’imagine déjà lui envoyer un chapeau à la Sherlock Holmes au prochain Noël. Elle est certaine que ça lui irait bien, en plus. Les questions, il le tourne vers elle maintenant, alors elle répond. Vague au début, un peu plus précise sur la fin. Son travail à elle, il n’est sans doute que temporaire. La vie avec Ziggy, ce n’est pas facile et elle en a marre des appels au milieu de la nuit quand c’est sans importance. Supporter une telle diva, ça relève du miraculeux. Mais elle ne dit rien, parce qu’elle n’est pas comme ça. Juliet, elle préfère garder ses embrouilles pour elle. Même devant Nyle. Elle glousse et acquiesce sans rien rajouter. Elle ne se désignera pas comme étant une femme bafouée, mais ses nerfs sont mis à rude épreuve, avec son boss. Elle adore le milieu de la télé, mais ça ne lui suffira peut-être pas. La question est innocente et sincère – peut-être un peu curieuse et intéressée. Nyle est beau, Nyle est charmant. Nyle ne doit plus être célibataire depuis longtemps et elle ne serait pas surprise s’il lui avoue préférer se rendre chez une petite amie, une fiancée, peut-être même une épouse. Il n’en fait rien. La proposition, à la place, la prend de court. Ses joues deviennent roses et ses yeux pétillent. Pour un peu, son cœur se serait affolé. « Avec plaisir, » qu’elle répond simplement sans parvenir à effacer son sourire ravi. Rester plus longtemps avec lui, ça lui paraît juste. Comme un coup du sort, le bus s’arrête à une station – celle où Juliet a l’intention de descendre, ou plutôt, où elle avait l’intention de descendre. D’un geste, d’un sourcil arqué, d’une question silencieuse, elle descend du bus, attend Nyle une fois à l’extérieur. Elle plongea les mains dans ses poches, pour ne pas être tenter d’attraper le bras du jeune homme, comme il y a des années. Repère un café, s’installe en terrasse. « Bon et sinon ? T’es devenu un détective privé et c’est tout ce que tu racontes ? » Elle fait l’innocente, Juliet, parce qu’elle ne veut pas lui demander de but en blanc s’il a quelqu’un dans sa vie – elle ne sait pas si elle a vraiment envie de savoir, d’ailleurs.

_________________

just tell me what i have to do, to keep myself apart from you, all your colors start to burn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 1052
pseudo : Jessica (Lovee)
face, © : Chris Wood + freesia
double compte : Alexa, Cole, Merri

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: oui

MessageSujet: Re: fragile world, nyle   Sam 9 Sep - 17:45

Nyle voyait que la jeune femme portait beaucoup d’intérêt à son travail et cela lui faisait plaisir. Elle ne le jugeait pas, elle était simplement curieuse. On aurait dit qu’elle l’admirait et cela lui faisait chaud au cœur parce qu’il avait toujours eu besoin de cette reconnaissance qu’il n’osait pas demander. Désormais, il l’avait et c’était une satisfaction personnelle. « Je ne peux pas le ramener, je ne suis pas policier, mais je peux donner sa localisation à sa famille. Le reste ne me regarde pas. » Lui confia Nyle avec un certain détachement. Il avait dû apprendre à ne pas se mêler des affaires familiales. Son job s’arrêtait au moment où les clients avaient leur réponse. C’était parfois frustrant, mais c’était mieux pour tous le monde. Il savait que cela pouvait paraître aussi insensible, mais c’est le travail qui voulait ça. La jeune femme lui confia qu’elle était sûre qu’il était un super détective ce à quoi il répondit : « Merci. » Il n’était pas imbu de sa personne ou vantard. Il était satisfait de son métier, de son business. Il avait réussi à allier son besoin d’argent avec ses valeurs dans un métier qui lui correspond. Petit à petit, ils arrivaient à parler comme avant, comme si de rien était. C’était bon de se retrouver et d’avoir l’impression de ne jamais s’être quitté. Juliet était simple, Juliet était belle. Il savait exactement pourquoi il en était tombé amoureux. Il s’était parfois demandé ce qui se serait passé entre eux si la vie n’avait pas décidé de leur faire prendre des chemins différents. Nyle n’avait pas envie de la laisser partir, pas aussi vite. Il avait envie de plus de temps, plus d’elle-même si ce n’était qu’au détour d’un café. Alors il lui avait proposé de descendre au prochain arrêt pour prendre ce café et à sa grande surprise elle accepta. Elle semblait même heureuse à cette idée. Nyle ne voulait pas s’avancer, mais il se rappelait que ses joues devenaient roses lorsqu’elle était gênée dans le bon sens du terme. Il en pensait pas qu’il pouvait encore lui faire ce genre d’effet, c’était agréable à constater Dès le prochain arrêt, Juliet descend et l’attend comme au bon vieux temps. Cette image lui réchauffe le cœur et le rend aussi nostalgique, mais il n’en montre rien. Il l’a suit jusqu’à un café et s’installe en terrasse à ses côtés. Toujours curieuse, l’air de rien elle essaye d’en savoir plus sur lui. « Si je ne te connaissais pas, je dirais que tu essayes de savoir si j’ai quelqu’un. » Lui fit remarquer Nyle avec un sourire en coin. Il l’a connaît toujours autant parce que finalement elle n’a pas autant changé que ça. C’est agréable comme pensé.

_________________

I remember years ago someone told me I should take caution when it comes to love. I did and you were strong and I was not. My illusion, my mistake. I was careless, I forgot. I did. And now when all is done. There is nothing to say.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 75
pseudo : ghost.writer, manon
face, © : olsen, ©hershelve
double compte : salim, alicja, aaron
âge : thirty yo
statut : she's lonely, she loves her freedom
métiers/études : xxith century's slave for ziggy barlow himself
logement : a beautiful flat in ues
guilty pleasures : have fun with friends, watch romantic movies with diana, eat (like, a lot), talk (like, a lot -bis)
bucket list : find a new tie for mister barlow, call diana, get drunk with nee

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: can't refuse; nyle, neelam, sidney

MessageSujet: Re: fragile world, nyle   Sam 23 Sep - 15:19

Curieuse sur ce métier irréel à ses yeux, Juliet écoute les réponses que Nyle a à lui donner. Elle a un léger sourire aux lèvres et le regard empli d’images des situations qu’il évoque. Elle se demande si c’est juste pour la personne qui a souhaité s’éloigner, vivre sa vie – elle sait que si elle devait fuir comme ça et couper les ponts avec son entourage, elle ne voudrait pas qu’un inconnu la retrouve et donne sa localisation à ceux qu’elle chercherait à éviter. Mais le jeune homme l’a dit lui-même : ça ne le regarde pas. Et, Juliet, elle l’admire pour ce détachement dont il fait preuve. Elle n’est pas certaine qu’elle serait capable de garder le même sang-froid, si les rôles étaient inversés. « Je sais pas comment tu fais… Je suis peut-être trop curieuse, remarque, mais j’aurai tellement envie de savoir ce qui s’est passé après, tu sais ? » Si les liens ont été renoués, si tout se passe bien, ou mieux. Juliet, elle n’aime pas rester dans le flou, elle aime trop fouiner pour ça. Et elle n’est pas sûre que ce soit une bonne chose. La surprise de l’invitation passée, ils prennent place à la terrasse d’un café, comme au bon vieux temps. Le cœur de Juliet se serre à cette pensée mais elle n’en perd pas son sourire. Pour un peu, elle pourrait croire que rien n’a changé, entre eux. Que c’est la suite logique de leur relation abandonnée trop tôt. Est-ce qu’il lui manque ? Elle s’interdit de répondre à cette question, elle sait que la réponse ne peut pas être prononcée. Pas par elle, alors que c’est elle, qui est partie, il y a des années. Elle se mord la lèvre, les joues rouges d’avoir été prises sur le fait et elle essaie d’avoir l’air normale, pas affectée. « Oookay, tu marques peut-être un point, » admet-elle finalement avec un petit rire. « Mais tu n’as pas répondu à la question, peu importe le sens que j’ai pu avoir envie de lui donner. » Elle a peur, tout à coup. Qu’il ait quelqu’un, dans sa vie. Que leur complicité retrouvée ne soit qu’une façade de vieux sentiments derrière lesquels elle pourrait se cacher. Juliet, elle n’a pas envie de se cacher derrière de vieux sentiments. Nyle, elle l’adore, vraiment. Longtemps, elle a pensé qu’il était l’homme de sa vie et, parfois, elle regrette d’être partie. Alors, la réponse, elle l’anticipe et la craint à la fois. « Alors, as-tu quelqu’un dans ta vie ? » Elle essaie de se convaincre que si c’était le cas, elle en serait heureuse pour lui – et vraiment, elle le serait, même si elle est obligée de se rendre à l’évidence qu’elle serait un peu déçue, aussi.

_________________

just tell me what i have to do, to keep myself apart from you, all your colors start to burn
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: fragile world, nyle   

Revenir en haut Aller en bas
 
fragile world, nyle
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Un beau livre: Hungry planet : what the world eats
» Sortie cinéma: "It's a Free World !"
» Luc De Larochellière - Si fragile
» Petits personnages MINI WORLD
» La vie est fragile!

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MANHATTAN :: transports-
Sauter vers: