AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (salim) hands held high

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
ask no questions, you'll hear no lies
avatar

messages : 1073
pseudo : vespertine (nawal)
face, © : Aidan Turner, ©BLINDNESS (av) perséphone (sign), Hathaways (gifs)
double compte : lew, neelam, dallon, remi.
âge : thirty three.
statut : head over heels for april.
métiers/études : conductor for the new york philharmonic orchestra. cello player.
logement : a loft in brooklyn with his sister.
guilty pleasures : dancing on his own, rapping, reading french books, watching thrillers with a bag of popcorn.
bucket list : take a look at the next score.

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: open bar (april, maebh, salim)

MessageSujet: (salim) hands held high   Ven 25 Aoû - 23:52



the world is cold, the bold men take action,
have to react or get blown into fractions.

Jed a écrit:
Je peux passer ?

Lorsque tu envois ce message à Salim, tu es loin d'être certain que la réponse sera positive. A vrai dire, rien n'est moins sûr, pas après vos dernières entrevues. La dernière, en particulier. Tu pensais ce que tu as dit, bien que tu l'ais sans doute exprimé assez maladroitement, c'est un peu ta marque de fabrique après tout. Tu jouais ton rôle de grand frère, le rôle de ta vie, le plus important. Ce n'était pas une déclaration de guerre, ni même une tentative pour l'éloigner de ta soeur, plutôt une précaution. Et puis cela t'a permis de juger de ses intentions. Tu savais déjà qu'il ne comptait pas la blesser, mais tu n'as jamais véritablement eu droit aux détails de leur relation, et tu ne savais pas s'il y avait encore quelque chose. Des vestiges de leurs sentiments. Tu connais Maebh, peut-être même mieux qu'elle-même sur certains points, et tu sais que la page n'est plus tout à fait tournée depuis qu'ils se sont recroisés sur son lieu de travail. Tu aimerais dire qu'avec l'amitié que vous aviez liée, tu connais également Salim, mais ni toi ni lui n'avez véritablement parlé de vous, votre passion commune c'était la musique, vos relations reposaient principalement sur ça. Sachant qu'il est fiancé, tu ne sais plus ce que tu as pu déceler lorsque vous avez parlé de ta cadette. Là n'est de toutes manières pas le sujet, pas aujourd'hui. Cette fois, tu n'es pas le grand frère protecteur, et un peu inquiet. Tu es l'ami, certes perdu de vue mais toujours préoccupé. Tu es la connaissance, si on préfère, et après les récents événements tu ne penses pas qu'il soit déplacé de reprendre contact. Chercher à prendre des nouvelles. Tu pourrais en demander à ta soeur, lâchement, mais s'il y a bien une chose que tu n'es pas c'est un froussard. Et puis vous l'avez dit vous-même, les choses n'étaient pas forcée de tourner ainsi, et peut-être peux-tu encore te rattraper. En commençant par être l'ami que tu étais.

La réponse, oui, ne manque pas de te surprendre. Tu as un léger sourire en attrapant ta veste, et tu salues la petite Gaffney d'un baiser sur le front avant de lui dire de ne pas t'attendre, sans préciser où tu vas. Depuis la prise d'otages, tu es plus doux avec elle, plus sérieux aussi. Toujours attentif et attentionné, peut-être même un peu étouffant mais c'est plus fort que toi, tu la couves comme jamais tu ne l'as fait auparavant. En toute logique, elle a été très secouée, et toi très inquiet. Tu conduis jusqu'à l'upper west side, garant la voiture à proximité de cet appartement que tu visitais bien plus fréquemment avant d'apprendre d'où venait Salim. Qui il avait été, et quel cœur il avait brisé. Tu empruntes les escaliers -sans doute ne te réconcilieras-tu jamais avec les ascenseurs- et frappes bientôt à la porte. Tu ne peux t'empêcher de te demander à quoi s'attend le musicien, pourquoi il te laisse venir et ce qu'il s'imagine que tu lui veux. La porte s'ouvre et dévoile sa silhouette familière, tu croises son regard et oses un léger sourire. « Salut. N'hésite pas si je dérange, je voulais juste te voir après... tout ça. » Tu fais un geste vague, il se doute bien de quoi tu veux parler.

_________________
she's a sunrise dressed like dusk
he's a moth drawn to a flame, he's going in, he's going all or nothing. they look so pretty from afar. like the gates of heaven are open now and my one true love has just waltzed right out


Dernière édition par Jedediah Gaffney le Dim 10 Sep - 10:25, édité 1 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1110-jed-ces-ecorchures
avatar

messages : 628
pseudo : BLINDNESS, manon
face, © : avan jogia, av/kidd, sign/gw, gif/skairipa
double compte : alicja, aaron, juliet
âge : almost thirty even though he's so not ready
statut : engaged to be married soon but has another smily face in his mind
métiers/études : musician in a rockband (krea-tion), guitar player
logement : upper west side
guilty pleasures : beers every evening, bollywood movies, music, visiting nyc
bucket list : tell the agent to fuck off, get married for real, buy more beers, win the next mtv awards, invite maebh to have dinner sometime, stop listening to people --

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: ask - maebh, jed, krea-tion ; tc fête de la musique

MessageSujet: Re: (salim) hands held high   Sam 2 Sep - 10:37

Salim, la guitare posée sur les genoux, se penche pour prendre note sur sa feuille. Il faudrait modifier l’accord, que ça devienne plus aiguë pour ensuite redevenir grave. Sourd. Un bruit qui claque – comme la détonation qu’il peut encore entendre quand il n’y a plus un bruit, autour de lui. Il secoue la tête. Il n’a pas l’intention de se laisser assaillir par les images du braquage. Pas l’intention, non plus, de se rappeler que ça a coûté la vie d’une jeune fille – et qu’il a eu son sang, littéralement, sur les mains. Il reprend sa mélodie, celle sur laquelle il se concentre depuis les événements à Wall Street. Celle qu’il écrit, rature, et réécrit finalement. Celle qui devrait l’exorciser, sans jamais totalement y parvenir. Il reprend les accords et la musique envahi le salon. Il joue. Sans parole. Il n’y en a pas besoin. Son portable vibre et il fronce les sourcils en tendant la main pour l’attraper. Ça doit être Beth, qu’il se dit. Qui s’inquiète. Qui lui assure qu’elle rentrera vite de son repas de famille. Mais ce n’est pas Beth. Il n’ouvre pas le message. Pas tout de suite – il ne sait pas comment il doit prendre ce message de Jed. La dernière fois, il n’a pas demandé avant de passer. La dernière fois, il a débarqué dans l’appart’ comme une tornade. Il reste sans bouger, Salim, le téléphone dans une main, les doigts de l’autre grattant les cordes de son instrument. Est-ce qu’il peut passer ? Oui, bien sûr que oui. Mais est-ce qu’il a envie que Jed passe ? Il voudrait ne pas répondre. Ignorer. Il ne sait pas ce que Jed lui veut, cette fois. S’il a l’intention de reparler de Maebh ou si c’est parce qu’ils se sont très brièvement croisés, là-bas, à la banque. Il voudrait lui dire qu’il est pas dispo, qu’il n’est pas chez lui. Mais il est seul, dans cet appartement, et voir quelqu’un d’autre que Beth qui n’y était pas, ou Jax qui préfère oublier en se bourrant la gueule, Salim le voudrait bien. La réponse, il la tape rapidement et l’envoie sans trop de détour. Oui.

Et il reprend ses accords. Il a besoin de garder son esprit occupé sur quelque chose. Il préfère se tourner vers la musique – il a déjà sombré une fois, il n’a pas l’intention de recommencer. Les notes lui viennent et il les écrit sur sa feuille déjà bien raturée. Quand la chanson est terminée, il se redresse, la joue d’une traite. Stop. Froisse le papier pour en faire une boule et recommence – jusqu’à ce que Jed frappe à la porte. En quelques pas, il est devant son ancien ami, et il se rend compte que oui, ça fait vraiment du bien de voir un visage familier qui ne soit pas déchiré. Il balaie d’une main les craintes de Jed et s’écarte légèrement en le laissant entrer. « Non t’inquiète, j’avais rien de prévu pour la journée. » Ca. Salim préfère ne pas y penser, à ça. « Désolé pour le bordel, » qu’il ajoute rapidement en constatant que ses tentatives pour écrire une chanson l’ont mené à oublier l’existence de la poubelle avec ses brouillons. Le reste de l’appart est impeccable – insomnies liées au souvenir brûlant, et Salim passe la moitié de ses nuits à nettoyer l’appartement de fond en comble. Seul le salon est devenu son cocon. Il dépasse Jed pour enlever les brouillons de chanson du canapé rapidement et laisser une place au chef d’orchestre. Et puis il reste là, les mains pleines de feuilles, à regarder Jed sans savoir quoi dire. Ou quoi faire. « Tu, hm, veux boire un truc ? J’ai du café, du thé, de l’eau, du coca. Je dois avoir du jus d’orange aussi et peut-être qu’il me reste une bouteille de rhum ou… » Ou il ne sait pas, en fait. Il se remet en mouvement pour jeter ses brouillons, revient avec diverses bouteilles qu’il dépose finalement sur la table basse. « Sers-toi. » Et il se laisse tomber sur le canapé derrière lui, une main allant chercher réconfort auprès de sa guitare. Un réflexe de ces derniers jours.

_________________

across the street, i felt in love with you. (again) #fosterbidule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1456-they-were-dying-ab
ask no questions, you'll hear no lies
avatar

messages : 1073
pseudo : vespertine (nawal)
face, © : Aidan Turner, ©BLINDNESS (av) perséphone (sign), Hathaways (gifs)
double compte : lew, neelam, dallon, remi.
âge : thirty three.
statut : head over heels for april.
métiers/études : conductor for the new york philharmonic orchestra. cello player.
logement : a loft in brooklyn with his sister.
guilty pleasures : dancing on his own, rapping, reading french books, watching thrillers with a bag of popcorn.
bucket list : take a look at the next score.

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: open bar (april, maebh, salim)

MessageSujet: Re: (salim) hands held high   Dim 10 Sep - 12:02

Suite aux récents événements, tu as annulé la dernière répétition en date. Tu ne joues plus, tu ne sais ce qu'il en est pour tes collègues mais pour ta part tu n'as plus touché à ton violoncelle ni à un piano depuis la prise d'otages. Tu t'en fais pour tout autre chose, et tu ne dors plus suffisamment que pour produire quoi que ce soit de bon. Quant à la répétition, tu as jugé bon de laisser un peu de temps à tout le monde pour se remettre, même ceux qui n'étaient pas présents. Au fond, tous ont été touchés d'une manière ou d'une autre. Tu n'as toujours pas bien assimilé tout ce qui s'est produit ce jour-là, tu as beau savoir que New-York n'a rien de la ville la plus sûre du monde, tu t'y sentais jusque là en sécurité. Tu t'y sentais suffisamment bien, et chez toi, que pour inviter ta soeur à t'y rejoindre. Que pour envisager d'y rester, finalement, toute ta vie. Tu ne partiras pas pour cela, l'idée ne t'a même pas traversé l'esprit, mais tu commences à réaliser que ton petit rêve new-yorkais ne sera plus jamais ce qu'il était. Une fille a perdu la vie dans cette banque, et tu avais beau ne pas la connaître cela t'affecte encore. Comme cela affecte une bonne partie des habitants de New-York. Tu n'en as pas véritablement discuté avec qui que ce soit, te contentant d'assurer à tes proches que tu te portes bien. Et c'est la vérité, la vie suit son cours, tu es en vie et en bonne santé, ta soeur aussi, tu n'as pas de raison d'aller mal. Les nuits écourtées par un sommeil agité disent pourtant le contraire. Ça non plus, tu n'en parles pas, et si Maebh a remarqué tes errances nocturnes elle n'en a encore rien dit.

La démarche est sans doute surprenante et maladroite, mais tu n'as pas oublié que Salim fut ton ami. Qu'il pourrait toujours l'être. Tu as mal pris ta découverte, il n'en reste pas moins la même personne. Il aura fallu une prise d'otages pour que tu te décides à mettre ta fierté de côté, aussi bien envers lui qu'envers Maebh ou April. Il a fallu que tu manques de les perdre, que vous frôliez la mort et y assistiez. Tu ne veux pas y penser, mais c'est plus fort que toi, c'est bien pour cela que tu t'es décidé à reprendre contact avec le musicien. Tu ne parleras pas de ta soeur à moins qu'il n'ait pas eu de nouvelles d'elle, du moins tu feras des efforts. Tu n'as pas l'intention de reprendre là où vous vous êtes arrêtés, pas aujourd'hui. La porte s'ouvre et tu oses un fin sourire alors que tu pénètres dans l'appartement. Ton regard glisse sur le fameux bordel, mais les quelques feuilles chiffonnées sur le canapé ne retiennent que brièvement ton attention. « T'en fais pas pour ça. » Tu réalises que le jeune homme s'est plongé dans la musique, s'occupant contrairement à toi à ce qu'il sait faire de mieux. Tu prends place sur le canapé, un peu mal à l'aise, et laisses Salim proposer diverses boissons. Tu hésites un instant, à vrai dire tu n'as pas vraiment soif mais tu ne dis pas non à un quelconque moyen de te donner une contenance. Il s'en va donc chercher plusieurs bouteilles. « Merci », lâches-tu en le regardant s'installer face à toi. Tu attrapes le jus d'orange et te sers un verre avant de reporter ton attention sur lui. « Je vois que j'interromps ton travail, tu composais ? » C'est assez évident, mais c'est encore le sujet le moins fâcheux et le plus simple que tu puisses aborder. Ça te fait penser aux conversations que vous aviez, avant.

_________________
she's a sunrise dressed like dusk
he's a moth drawn to a flame, he's going in, he's going all or nothing. they look so pretty from afar. like the gates of heaven are open now and my one true love has just waltzed right out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1110-jed-ces-ecorchures
avatar

messages : 628
pseudo : BLINDNESS, manon
face, © : avan jogia, av/kidd, sign/gw, gif/skairipa
double compte : alicja, aaron, juliet
âge : almost thirty even though he's so not ready
statut : engaged to be married soon but has another smily face in his mind
métiers/études : musician in a rockband (krea-tion), guitar player
logement : upper west side
guilty pleasures : beers every evening, bollywood movies, music, visiting nyc
bucket list : tell the agent to fuck off, get married for real, buy more beers, win the next mtv awards, invite maebh to have dinner sometime, stop listening to people --

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: ask - maebh, jed, krea-tion ; tc fête de la musique

MessageSujet: Re: (salim) hands held high   Lun 16 Oct - 14:20

Il n’est pas à l’aise, Salim. C’est que, il ne sait pas très bien à quoi s’attendre, avec Jed. La dernière qu’ils se sont vus, ce n’était pas vraiment pour échanger des sympathies. Il n’a pas envie de recommencer – il n’a tout simplement pas la tête à ça, en ce moment. Il n’a pas la tête à grand-chose, à vrai dire. Il appréhende donc quand il ouvre la porte à celui qui a été son ami, pendant un temps. A celui qui aurait pu être son frère, peut-être. Au moins un partenaire de musique. Mais il n’y a pas d’animosité directe, juste une ambiance étrange et un malaise perceptible. Chacun cherche ses mots, une attitude normale à adopter. Normal – le mot qui résonne étrange aux oreilles du musicien depuis le braquage. Salim, il essaie de faire la conversation, de proposer quelque chose à boire, d’être un hôte pas trop honteux. Mais la fatigue provoquée par ses insomnies et le fait de savoir Jed dans son appartement l’empêche de réfléchir correctement. Son esprit est embrumé. Aussi, il ne retient pas un léger soupir de soulagement quand le chef d’orchestre lance un sujet. Peut-être pas celui qu’il aurait préféré, mais tout est préférable plutôt que de devoir mettre des mots sur ce souvenir qu’ils partagent. Et qu’il effacerait volontiers de sa mémoire. Il pose les yeux sur ses brouillons, hausse les épaules. « Ouais, enfin je – J’gribouille, surtout. » C’est la première fois qu’il en parle. Et si, quelques mois plus tôt, ça ne l’aurait pas surpris d’en parler à l’irlandais en premier, aujourd’hui, c’est différent. Il s’éclaircit la gorge, tapote son genou du bout des doigts. « De temps en temps je compose. Ça vide l’esprit, tu sais ? » Bien sûr qu’il sait. La composition a été un sujet qu’ils ont souvent abordé. Une main sur sa guitare, il frôle les cordes lentement. Habitude qui persiste. « Et toi ? » Il relève finalement la tête vers le chef d’orchestre. Il ne sait pas vraiment quelle question il lui retourne. Si c’est pour savoir s’il s’est plongé dans la musique pour cesser de revivre l’horreur de la banque, si c’est pour savoir comment il va, ou s’il compose aussi pour mettre un air de musique sur ses émotions enfouies et douloureuses. Il arrête finalement de jouer avec les cordes de son instrument, de tapoter un air sur sa jambe pour se pencher et se servir un verre. Il ne sait pas vraiment ce qu’il prend, juste qu’il remplit le verre mécaniquement.

_________________

across the street, i felt in love with you. (again) #fosterbidule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1456-they-were-dying-ab
ask no questions, you'll hear no lies
avatar

messages : 1073
pseudo : vespertine (nawal)
face, © : Aidan Turner, ©BLINDNESS (av) perséphone (sign), Hathaways (gifs)
double compte : lew, neelam, dallon, remi.
âge : thirty three.
statut : head over heels for april.
métiers/études : conductor for the new york philharmonic orchestra. cello player.
logement : a loft in brooklyn with his sister.
guilty pleasures : dancing on his own, rapping, reading french books, watching thrillers with a bag of popcorn.
bucket list : take a look at the next score.

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: open bar (april, maebh, salim)

MessageSujet: Re: (salim) hands held high   Sam 25 Nov - 15:41

Tu ne sais toujours pas exactement ce qui t'a mené jusqu'à chez Salim. Pourquoi tu t'es mis en tête de lui rendre visite, de lui tenir compagnie peut-être. Toi qui n'as jamais eu besoin de personne, tu te demandes si tu ne cherches pas simplement à combler ta solitude. Il y a pourtant ta soeur, avec laquelle tu partages un toit, un loft suffisamment grand pour que vous y fassiez vos vies, mais aussi suffisamment petit pour que vous soyez toujours ensemble. Cette fois, ça ne semble pas suffire. Tu as besoin de changer d'air. Il y a April, aussi, qui semble un bien meilleur choix de compagnie, mais dans les circonstances actuelles tu as pensé à Salim, un ami perdu -de vue, mais pas que. Tu ne t'expliques pas ta décision, ce premier pas vers la réconciliation qui ne te ressemble absolument pas. L'air de rien, lui aussi tu as manqué de le perdre. Lui aussi, était présent, dans cette banque, et tu ne l'admettras pas mais en t'apercevant de sa présence tu t'es dit que tu avais désormais trois personnes à protéger en priorité. Que, peut-être, tu donnerais ta vie pour lui aussi. Si tu es là, dans son appartement, et pas ailleurs, c'est sans doute parce que Salim ne te scrutera pas à la recherche d'une expression trahissant un quelconque malaise face au souvenir de la prise d'otages. Sans doute parce que, de ses lèvres, ne tombera aucun comment tu vas inquiet. Malgré tout l'amour et la reconnaissance que tu as envers Maebh et April, tu ne peux pas les voir aujourd'hui. Et puis, tu avais vu juste, Salim il va pas bien non plus. Comme tout New York, et plus encore les personnes présentes ce jour-là, il encaisse pas le choc. Tu ne vas pas l'aider, tu ne peux pas l'aider, mais t'es là quand même. « Je comprends. Ça demande une sacrée concentration », que tu confirmes, small talk sans intérêt, mais ça aussi ça vide l'esprit. A sa question, tu hausses les épaules, pas certain de comprendre mais choisissant de poursuivre sur la composition. « J'essaye. Au piano, surtout. » Au violoncelle, tu ne t'en sens pas capable, pas même avec l'expérience. « C'est pas du grand art, ce que tu fais doit être bien meilleur. Je pianote, c'est tout. » Tu esquisses un vague sourire, incapable de dissiper le malaise grandissant. Tu joues avec ton verre. « Comment ça se passe ton groupe ? » Tu le sais très bien, toute la ville le sait, krea-tion a toujours autant de succès, mais peut-être Salim aura-t-il moins de mal à parler de cela que d'autre chose.

navrée du retard

_________________
she's a sunrise dressed like dusk
he's a moth drawn to a flame, he's going in, he's going all or nothing. they look so pretty from afar. like the gates of heaven are open now and my one true love has just waltzed right out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1110-jed-ces-ecorchures
avatar

messages : 628
pseudo : BLINDNESS, manon
face, © : avan jogia, av/kidd, sign/gw, gif/skairipa
double compte : alicja, aaron, juliet
âge : almost thirty even though he's so not ready
statut : engaged to be married soon but has another smily face in his mind
métiers/études : musician in a rockband (krea-tion), guitar player
logement : upper west side
guilty pleasures : beers every evening, bollywood movies, music, visiting nyc
bucket list : tell the agent to fuck off, get married for real, buy more beers, win the next mtv awards, invite maebh to have dinner sometime, stop listening to people --

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: ask - maebh, jed, krea-tion ; tc fête de la musique

MessageSujet: Re: (salim) hands held high   Ven 1 Déc - 4:46

Parler musique, ça l’aide un peu à se détendre. Il sent ses muscles se dénouer difficilement alors que Jed prend place sur son canapé, comme il l’a si souvent fait, il fut un temps – il y a une éternité, que ça lui semble. Le guitariste, il a perdu l’habitude d’avoir le chef d’orchestre chez lui mais, malgré le malaise presque palpable, il ne peut s’empêcher d’être soulagé à l’idée de le voir, en cet instant. Il n’irait pas jusqu’à l’enlacer comme il aurait pu se le permettre, quelques mois plus tôt, mais ça lui change d’Angie et de ses appels stressés, de Beth et de ses regards suppliants de lui parler. Les autres, il lui semble qu’ils ne peuvent ni comprendre, ni imaginer. Quant à Jax, lui qui était présent aussi, il a sa propre façon d’oublier – qui n’est plus celle de Salim depuis longtemps, depuis ce centre, en Pologne, qui l’a vacciné contre ce genre d’excès. Il relève la tête et opine lentement. « De la concentration, » qu’il répète presque mécaniquement avant de lâcher un petit rire. La concentration, il en a plus. « Je crois que j’ai surtout envie de… Je sais pas. Faire trop, d’un coup, j’arrive pas à m’ordonner et ça part en vrille, du coup. Tu sais ? » Il se frotte la joue avant de passer la main dans ses cheveux. Et de lui retourner la question – mais laquelle, il ne sait pas trop. Il n’a pas très envie de savoir, en vérité. Le chef d’orchestre, il lui offrira la réponse qu’il veut, tant que ça met un terme à ce silence qui s’impose trop régulièrement et qui instaure ce malaise. Il arque un sourcil. Souvent, il oublie que Jed n’est pas qu’un pro du violoncelle mais qu’il est un prodige musical sous toutes les coutures. Salim, il n’a aucun mal à l’imaginer devant son clavier, à composer le prochain morceau digne des plus grands. Il sent la chaleur monter à ses joues et il secoue la tête. « Arrête tes conneries, c’est toi qui as fait le Conservatoire. » Lui, il n’est qu’un musicien de pacotille, qui a le sens du rythme et qui s’en est servi, plus jeune. Ça lui a valu un groupe, des emmerdes, et maintenant, il est perdu, incapable de jouer deux notes d’affilées, incapable de de retrouver les accords qui, pourtant, se jouent dans son crâne. Son pied tapote sur le sol, nerveusement. Il s’arrête quand Salim relève la tête à la mention de KREA-TION. L’espace de deux secondes, il fronce les sourcils avant d’hausser les épaules. « Ça se passe bien. On a enregistré le, hm, troisième album et la tournée va pas tarder à commencer. » Il sait que leur titre déjà sortit fait la tournée des radios et passe en boucle à la télévision, il sait que les affiches pour leurs concerts à venir sont placardées de partout dans la ville. Ce qu’il ne sait pas, c’est pourquoi Jed fait mine de s’y intéresser – pourquoi Jed fait mine de vouloir enterrer la hache de guerre qu’il a lui-même planté. « Je sais pas si… J’sais pas si on va pas retarder le début de la tournée. Jax pète un plomb. Comme d’hab avec lui mais… ça fait péter un plomb à Angie et quand Angie pète un plomb, y a l’effet domino qui se déclenche. » Parfois, il lui arrive d’oublier que leur agent était là, elle aussi, ce fameux jour. Qu’elle a été la première à se précipiter vers lui, vers Jax et à redevenir la mère poule qu’elle avait cessé d’être pendant un temps. Il porte le verre à ses lèvres avant de s’interrompre dans son geste et de froncer les sourcils plus franchement, cette fois. Il vient de réaliser. « Mais… Toi, tu devrais pas être en pleine répèt’ ? » Un regard suffit à lui répondre – il déglutit. Il n’a pas l’impression que quelque chose puisse ébranler cette montagne qu’est Jed, mais peut-être qu’il s’est toujours trompé, sur son compte.

_________________

across the street, i felt in love with you. (again) #fosterbidule
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1456-they-were-dying-ab
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (salim) hands held high   

Revenir en haut Aller en bas
 
(salim) hands held high
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» I’m gonna survive with my head held high.
» Benefit High Beam enlumineur
» Loreal NEW Hip High Intensity Pigments Color Truth Cream Eye
» High School Musical
» Mes petits meubles pour Monster High !!! (news p.9)

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MANHATTAN :: uptown :: upper west side-
Sauter vers: