AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 I'll never be big enough w/saskia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

messages : 706
pseudo : Lovee (Jessica)
face, © : Luke Mitchell + hershelves.
double compte : Nyle, Andy, Merri et Lisa

MessageSujet: I'll never be big enough w/saskia   Dim 15 Oct - 19:07


≈ ≈ ≈
{ I gave you everything you still don't measure up
It feels like I walked 5 thousand miles. }
crédit/ tumbltempire.

Cole avait quitté New York depuis plusieurs semaines déjà et tout n’était pas si simple bien au contraire. Il pensait qu’il aurait la force de se battre pour sauver son couple, mais il se voilait la face. L’avenir de l’entreprise était entre ses mains, les choses ne se passaient pas comme il le souhaitait et sa mère ne cessait de lui répéter qu’il devait mettre un terme à ces enfantillages s’il voulait faire quelque chose de correct. Pourtant, Cole n’avait pas le courage de quitter Saskia. Elle lui manquait terriblement, chaque jour il se réveillait en pensant à elle et se couchant en rêvant d’elle. Pourtant, il se montrait de plus en plus distant. Il espaçait les coups de téléphone, puis les messages. Il prétextait des réunions tardives comme pour ne pas affronter la réalité. Il espérait lâchement qu’elle se détourne de lui afin qu’il n’ait pas à mettre un terme à leur relation. Depuis quelques jours, Saskia se faisait aussi discrète et il pensait qu’elle avait pris la décision de voler de ses propres ailes. Il ne se doutait pas une seconde qu’elle avait prévu de le rejoindre à Los Angeles afin de lui faire une surprise et ainsi rattraper le temps perdu. C’est pour cela que lorsqu’il ouvrit la porte et qu’il vit le visage de sa petite amie son cœur manqua un battement. Il ne savait littéralement pas quoi dire. Il avait l’impression qu’il était en train de rêver, mais elle était réellement devant lui. « Saskia, mais qu’est-ce que tu fais ici ? » Lui demanda Cole qui essayait encore de se pincer comme pour se convaincre que tout ceci n’était pas réel. Il était vrai qu’il aurait mieux valu la prendre dans ses bras, l’embrasser, mais Saskia le connaissait il n’aimait pas les surprises et il avait tendance à être sur la réserve lorsqu’il y était confronté. Cela n’avait rien de méchant. « Tout va bien ? » Lui demanda le beau blond. Cole se demandait forcément si tout allait bien. Il n’imaginait pas qu’elle puisse lui faire une telle surprise. Elle avait toute sa vie à New York alors même si elle ne venait sûrement que pour le week-end il espérait que rien ne clochait pour elle. Même si au fond, il comptait mettre un terme à leur relation il tenait toujours à elle.

_________________

So long, sweet words don't have no use for you anymore. No one to say them to so what in the hell would I hold on to them for? And today's a special day, a celebration Cause I've finally come to accept this fact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 35
pseudo : Mayiie
face, © : Marie Avgeropoulos, (c) Faith & Tumblr
double compte : Je ne suis pas encore schyzophrène, pour le moment.
âge : Trente ans.
statut : Célibataire, enceinte de son ex, qui est fiancée à une autre.
métiers/études : Chef de cabinet du maire de New York

MessageSujet: Re: I'll never be big enough w/saskia   Dim 15 Oct - 22:26



≈ ≈ ≈
{ I gave you everything you still don't measure up
It feels like I walked 5 thousand miles. }
crédit/ tumbltempire.

Je savais très bien qu’une relation à distance, c’était loin d’être l’idéal, c’était loin d’être facile, c’était loin d’être agréable. Mais Cole et moi avions décidé que nous allions tout faire pour que ça marche, et dans les premières semaines, nous y étions plutôt bien parvenus, en se donnant des nouvelles de façon régulière, en se promettant de se voir dès que Cole aurait du temps libre. Personnellement, avec mon métier d’assistante actuellement, prendre une journée de congé, ce n’était pas un drame, et ce ne le serait certainement pas pour voir mon petit-ami qui me manquait terriblement. En fait, il me manquait tant que ça en était perturbant, parce que je me rendais compte à quel point j’étais accro à lui. Indépendante de nature, jamais je ne pensais dépendre de qui que ce soit à un moment ou un autre dans ma vie et pourtant, tout ce que je faisais en ce moment, c’était attendre, espérer le moment où il reviendrait vers moi, même si je ne pouvais pas dire grand-chose, histoire de ne pas ralentir le processus. Pire encore, plutôt que de supposer qu’il était trop occupé pour me parler à chaque soir comme lors des premiers jours, je m’inquiétais, et la sensation de manque devint encore plus présente, à un tel point que je sus que je ne pourrais pas le supporter bien longtemps. Décidant de saisir un jour de congé de plus que prévu, puisque mon patron était hors de la ville et que visiblement, il n’avait pas besoin de moi - puisqu’il était occupé à aller voir sa maîtresse, je supposais - j’avais choisi de prendre un billet d’avion dernière minute, direction Los Angeles. Une valise à la main, j’avais pris la route de l’aéroport en taxi, passant outre mon hantise d’être conduite par une personne qui ne savait pas se tenir derrière un volant, me disant que ce n’était qu’une étape désagréable pour arriver à quelque chose de mieux. J’embarquai ensuite dans l’avion, puis une fois arrivée à Los Angeles, je repris un taxi pour me rendre à la dernière adresse dont Cole avait bien voulu me faire part, prenant pour acquis que même s’il ne me donnait plus tant de nouvelles. Sur place, je frappai à la porte, le coeur battant la chamade, espérant que je ne m’étais pas trompée. À mon soulagement, ce fut bel et bien mon petit-ami qui ouvrit la porte, mais pas avec un air enjoué de quelconque façon, me faisant alors perdre mon sourire. Je savais bien que les trucs qui n’étaient pas prévus, ce n’était pas sa force, mais ne pourrait-il pas être un minimum content que j’aie traversé le pays au complet pour le voir ? Quelque peu embêtée, je lui répondis:  « Ce n’est pas évident ? », pensant que je n’aurais pas besoin d’en dire davantage, mais apparemment, ce n’était pas suffisant. Fronçant les sourcils quand Cole se montra inquiet, ce fut un peu plus irritée que je lui dis:  « Oui, pour moi, tout va bien. Mais toi, ça ne semble pas être la joie… » N’attendant pas d’y être invitée, j’entrai, puis je finis par dire:  « Je voulais te faire une surprise, parce que tu me manquais trop… Mais avoir su que je dérangeais, je me serais ravisée. » Bon, peut-être que j’exagérais quelque peu pour le coup, mais c’était dans ma nature, et ça n’avait pas changé. Et oui, je ne pouvais pas le nier, me faire accueillir de la sorte ne m’avait pas faite plaisir, et j’espérais que ça ne viendrait pas me faire regretter ma décision de lui payer cette visite.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1749-saskia-don-t-belie
avatar

messages : 706
pseudo : Lovee (Jessica)
face, © : Luke Mitchell + hershelves.
double compte : Nyle, Andy, Merri et Lisa

MessageSujet: Re: I'll never be big enough w/saskia   Ven 20 Oct - 16:41

Cole était flatté que la jeune femme soit montée dans un avion pour le rejoindre ici sous prétexte qu'il lui manquait beaucoup. Il se rappelait encore des débuts entre eux et qu'elle ne pouvait pas le supporter. Maintenant on aurait dit qu'elle ne pouvait plus vivre sans lui. Cole se sentait chanceux qu'une femme comme elle soit amoureuse de lui, mais elle ne rendait pas les choses faciles. Il était censé s'éloigner et pas craquer parce qu'elle venait avec son geste très romantique. Comme toujours Saskia prenait la mouche facilement. Elle montait sur ses grands chevaux et disait tout haut que cela ne lui plaisait pas. Elle lui disait clairement qu'elle pensait qu'elle le dérangeait ce qui n'était pas vrai. Elle ne se doutait pas que le problème se situait ailleurs. « Ne fais pas ça Saskia... » Lâcha Cole avant de lui prendre la main. Il n'avait pas envie de se disputer avec elle alors qu'elle venait d'arriver. Elle lui avait également manqué. Néanmoins, sa présence était comme le couteau qu'on remuait dans la plaie parce qu'elle lui rappelait qu'il allait devoir au fil du temps réellement s'éloigner d'elle à cause de son entreprise, à cause de sa mère. Il n'en avait aucune envie. Sa visite sonnait comme un adieu pour Cole qui essayait de ne rien montrer. Il ne tenait pas à inquiéter Saskia outre mesure. Il savait également que sinon elle tenterait de le dissuader de vendre son âme au diable. Le diable était sa mère qui voulait pour la survie de l'entreprise qu'il cesse d'avoir sa propre vie, qu'il se dévoue entièrement au boulot. Saskia était vue par sa mère comme une distraction inutile et elle utilisait tous les stratagèmes pour se débarrasser d'elle. « Je suis heureux de te voir, vraiment. Simplement je ne m'y attendais pas, je suis surpris. » Lui confia le beau blond. Elle savait qu'il n'aimait pas être surpris et il tentait donc de justifier son comportement ainsi. Il était pris au dépourvu et il ne savait pas comment gérer les choses. Cependant, il avait été distant déjà depuis quelques jours pour ne pas dire semaine. « Les choses sont plus compliquées à gérer au quotidien que je l'imaginais. Tu peux le comprendre ? » Lui demanda Cole.Il espérait vraiment qu'elle serait capable de le comprendre. Après tout elle était au courant de la pression dont sa mère faisait preuve à son égard. De plus, il se mettait également une bonne dose de pression pour tout réussir. Le résultat était un Cole moins en forme que d'habitude.

_________________

So long, sweet words don't have no use for you anymore. No one to say them to so what in the hell would I hold on to them for? And today's a special day, a celebration Cause I've finally come to accept this fact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 35
pseudo : Mayiie
face, © : Marie Avgeropoulos, (c) Faith & Tumblr
double compte : Je ne suis pas encore schyzophrène, pour le moment.
âge : Trente ans.
statut : Célibataire, enceinte de son ex, qui est fiancée à une autre.
métiers/études : Chef de cabinet du maire de New York

MessageSujet: Re: I'll never be big enough w/saskia   Lun 6 Nov - 0:34



≈ ≈ ≈
{ I gave you everything you still don't measure up
It feels like I walked 5 thousand miles. }
crédit/ tumbltempire.

Au moment où Cole prit ma main, la chose la plus normale, dans ma tête à ce moment précis en tout cas, aurait été de le repousser, mais je n’y parvins juste pas. Et pourtant, oui, j’étais vexée de sa réaction, mais au fond, je ne voulais pas que les choses se passent comme ça, à savoir que je serais poussée à lui faire la tête pendant tout mon séjour, qu’importe le temps que celui-ci allait durer. Après, ça ne venait pas effacer quelconque déception que je pouvais avoir quant au fait que j’aurais voulu le voir beaucoup plus heureux, et non pas limite avoir l’impression de le déranger. N’en faisant rien, je le laissai donc se justifier, expliquant que oui, il était content de me voir, mais en même temps surpris. Avec sarcasme, je répondis, en ricanant quelque peu, de façon nerveuse:  « C’était mon but de te surprendre aussi, hein… » Et jusqu’à ce moment, j’étais persuadée que mon plan était parfait, infaillible, sauf que là, ça m’arriva dans une claque en pleine figure; même si je savais que Cole n’aimait pas les surprises d’emblée, je pensais que je n’aurais pas pu m’y prendre autrement, sauf que là, je réalisais que peut-être que oui, peut-être que j’aurais pu changer mes plans. Possiblement, j’aurais pu me rendre à l’aéroport, l’appeler, et l’obliger à passer me prendre là-bas. Mais encore là, qui dit que je ne serais pas encore en train de poireauter là-bas ? Ce n’était pas comme s’il était le plus réactif à mes appels et messages ces derniers temps… Mais de toute façon, je ne pouvais pas changer quoi que ce soit, et il fallait que je fasse avec, lui aussi par la même occasion. Il fallait faire avec cette relation à distance qui était loin d’être idéale, qui devenait encore plus difficile avec ce qui se passait dans la vie de mon petit-ami, le tout faisant une situation qui était tout sauf simple, comme il ne tarda pas à me le rappeler, me valant de fermer les yeux pour éviter de passer un commentaire que j’aurais tôt fait de regretter concernant sa mère et l’emprise qu’elle pouvait avoir sur lui. Dès le début, alors que je ne la connaissais même pas et que je faisais tout pour lui plaire, elle ne m’aimait pas. Je ne venais pas d’une famille riche conventionnelle, je n’étais pas l’image parfaite de la petite femme à la maison, j’ignorais quel était son problème, mais une chose était certaine, c’était qu’elle ne m’aimait pas, point barre. Limite, j’aurais pu faire avec, mais elle avait aussi poussé Cole à partir, ce qui était venu m’affecter encore plus, et visiblement l’affecter par la même occasion. Et le pire dans tout ça, c’était qu’on ne pouvait pas tant y changer grand-chose. Tristement résignée, je pus donc seulement réponse à sa question:  « Oui, je peux le comprendre. En fait, je l’ai très bien compris. » En effet, j’avais envie de croire que ce n’était pas de sa propre volonté qu’il cessait de me parler, m’envoyer des messages et autres. J’avais envie de croire qu’il restait encore un peu d’espoir pour nous deux, ou bien qu’il en restait suffisamment du côté de Cole pour pouvoir garder notre couple à flot, dans l’espoir qu’un jour, quand il reviendrait, nous pourrions être de nouveau heureux ensemble en passant outre les idées biaisées de sa mère. Ce fut ce même espoir qui me fit dire, par la suite, d’un ton radouci:  « Mais tu as bien un peu de temps à m’accorder, au moins… ? » Normalement, je n’aimais pas paraître vivre aux dépens des autres, mais là, je m’en remis totalement à lui, vulnérable, limite un peu désespérée, pour qu’il me dise que oui, il avait un peu de temps pour moi, ne serait-ce qu’une soirée, quelques heures. S’il le fallait, je prendrais le premier avion vers New York le lendemain matin, mais au moins, j’aurais eu droit de le voir et passer du temps avec lui, ne serait-ce qu’un peu, et c’était tout ce que je voulais.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1749-saskia-don-t-belie
avatar

messages : 706
pseudo : Lovee (Jessica)
face, © : Luke Mitchell + hershelves.
double compte : Nyle, Andy, Merri et Lisa

MessageSujet: Re: I'll never be big enough w/saskia   Dim 12 Nov - 18:23

Cole ne savait pas vraiment comment communiquer avec la jeune femme. Il savait que même si elle avait eu envie de venir le voir jusqu'ici parce qu'il lui manquait elle était également agacée par son comportement. Du coup, il marchait sur des œufs afin de ne pas l'énerver encore plus. Il sentait les pics de la jeune femme dissimulés derrière son sourire apparent. Au fond, elle savait que quelque chose clochait, mais elle ne savait pas quoi. Elle voulait mettre le doigt dessus en venant, mais Cole n'aurait pas le courage de lui dire la vérité sur ses prochaines intentions. Elle ne lui facilitait pas la tâche parce que la voir ici devant lui rendait les choses encore plus compliquées. Il n'avait absolument pas envie de la quitter, mais il n'avait pas le choix. Il décida alors de profiter de ce moment comme si c'était la dernière fois. « Je te remercie d'avoir été si compréhensive depuis mon départ. » Lui confia Cole sincèrement. En effet, la jeune femme n'était pas étouffante, elle ne faisait pas de scandale et elle était patiente. Il était étonné par ce comportement parce qu'elle avait toujours eu un sacré caractère, mais elle ne devait pas avoir envie de se disputer avec lui avec la distance et d'aggraver la situation. Saskia mis son cœur à nu en lui demandant s'il allait bien lui accorder un peu de temps maintenant qu'elle était présente. Il l'a connaissait assez pour savoir qu'elle n'aimait pas demander de l'attention et que si elle le faisait c'est parce qu'elle en avait besoin. Il se rendait compte que la situation devait être très difficile pour elle et il culpabilisait énormément. Il n'avait pas été assez fort pour s'imposer face à sa mère, pour sauver leur relation. Malheureusement il savait que cela n'allait pas aller en s'arrangeant. Il voulait alors profiter de ce moment à deux. « Bien sûr. Je vais tout de suite annuler le reste de ma journée. » Lui confia Cole avant de prendre son téléphone et d'envoyer un message. Il envoyait un message à son assistante afin qu'elle annule à la fois ces rendez-vous, mais également qu'elle trouve une excuse pour sa mère afin d'expliquer qu'il soit injoignable. La dernière chose qu'il souhaitait c'est qu'elle débarque et qu'elle vienne gâcher ce moment. Il remis son portable dans sa poche avant de se rapprocher de Saskia et de déposer un baiser sur ses lèvres. Il lui dit ensuite : « Je suis tout à toi ! » Il espérait que la jeune femme allait apprécier ce geste et qu'ils pourraient penser un agréable moment.

_________________

So long, sweet words don't have no use for you anymore. No one to say them to so what in the hell would I hold on to them for? And today's a special day, a celebration Cause I've finally come to accept this fact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 35
pseudo : Mayiie
face, © : Marie Avgeropoulos, (c) Faith & Tumblr
double compte : Je ne suis pas encore schyzophrène, pour le moment.
âge : Trente ans.
statut : Célibataire, enceinte de son ex, qui est fiancée à une autre.
métiers/études : Chef de cabinet du maire de New York

MessageSujet: Re: I'll never be big enough w/saskia   Mar 14 Nov - 18:13



≈ ≈ ≈
{ I gave you everything you still don't measure up
It feels like I walked 5 thousand miles. }
crédit/ tumbltempire.

Ce n’était pas avec sincérité ou de gaïeté de coeur que j’avais dit à Cole que je me montrais compréhensive de la situation ou du moins, pas totalement. Parce que oui, j’avais bien voulu comprendre que son emploi du temps soit chargé du matin au soir, que peut-être, envoyer un message, ce n’était pas chose simple, surtout si sa mère était toujours dans les parages, mais je ne pouvais pas faire comme si, naïvement, je n’en souffrais pas. Autrement, je ne serais pas ici, à tenter de mettre les choses au clair, mais surtout me rassurer que cela n’avait rien à voir avec nous, rien à voir avec notre relation, que son silence radio était lié au travail et non pas parce que j’aurais pu dire ou faire quelque chose de travers. Ça me rendait nerveuse de le mettre au pied du mur de la sorte, je n’allais pas le nier, surtout que je me rendais compte qu’en fait, plus encore, je le mettais limite à l’examen en lui demandant s’il pouvait faire quelque chose pour qu’on passe du temps ensemble aujourd’hui, s’il avait du temps à m’accorder. Si jamais ce n’était pas le cas, alors pour moi, ce serait signe que je devais sincèrement m’inquiéter. Heureusement, et surtout à mon grand soulagement, il réussit le test en hésitant à peine avant de me dire qu’il allait annuler sa journée. Je ne m’emballai pas directement non plus, encore fallait-il que ce soit possible, qu’il ne vienne pas à craquer si jamais on lui rappelait quelque chose d’important, plus important que ma présence, ma personne. Ce ne fut pas le cas; en un message, tout était visiblement réglé. Était-ce toujours aussi facile ? Ou bien c’était là une exception ? Je ne savais pas trop, et pour être franche, je ne voulais pas le savoir. J’étais de nature curieuse, je n’aimais pas rester dans le flou sur quoi que ce soit, mais là, j’estimais que ça n’avait pas d’importance, pas pour le moment en tout cas. En fait, plus rien n’eut d’importance au moment où il s’approcha pour déposer ses lèvres sur les miennes, pour échanger un baiser qui fut trop court à mon avis. Par contre, ce ne fut pas vain, puisqu’officiellement, il m’avoua qu’il était tout à moi, pile comme je le souhaitais. Un large sourire apparut sur mes lèvres, puis cette fois-ci, ce fut moi qui céda et qui lui vola un baiser, plus long, plus passionné que le précédent, simplement pour lui montrer que je n’avais pas fait ça que sur un coup de tête, parce qu’il me manquait vraiment, et parce que je refusais de laisser tomber notre relation, notre nous. Puis, lorsque le baiser prit fin, je gardai quand même mon front contre le sien, mes lèvres non loin des siennes, puis je lui chuchotai doucement:  « Ça fait si longtemps que j’ai envie de faire ça, si tu savais… », ne demandant pas autre chose en ce moment que de profiter de son contact, de nos retrouvailles, même si pour le moment, j’ignorais encore quelle forme celles-ci allaient prendre. Et en fait, tant et aussi longtemps que j’étais avec Cole, rien ne saurait me gêner, j’en avais l’impression.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1749-saskia-don-t-belie
avatar

messages : 706
pseudo : Lovee (Jessica)
face, © : Luke Mitchell + hershelves.
double compte : Nyle, Andy, Merri et Lisa

MessageSujet: Re: I'll never be big enough w/saskia   Dim 19 Nov - 15:11

Cole savait bien que Saskia n'était pas dupe et qu'elle savait que quelque chose clochait. Il s'éloignait doucement d'elle à cause de son travail, à cause de sa mère. Elle n'était pas en train d'imaginer qu'elle perdrait son copain. Il aurait eu envie de tout lui dire, mais il ne le pouvait pas. Il n'en avait pas le courage. Tout était si compliqué entre eux. Mais Cole n'avait pas envie de le lui montrer, il voulait libérer du temps pour elle et c'était la moindre des choses. Soudain, la jeune femme baissa les armes et l'embrassa. Ce baiser se voulait long, passionné. Elle avait envie apparemment de se retrouver proche de lui ce qui le rassurait. Durant un instant il pensait qu'elle était simplement venue le disputer comme elle en aurait été capable. Cole prolongea donc ce moment et ce baiser comme il se devait. Il aimait se sentir aussi proche d'elle. La jeune femme ouvrit ensuite son cœur en lui disant que ça faisait longtemps qu'elle avait eu envie de faire ça. Apparemment, il lui avait vraiment manqué et cela lui réchauffait le cœur et en même temps il se sentait coupable. Il avait une petite amie fantastique et il allait la perdre à cause de sa vie, de ses responsabilités. Il n'avait pas envie d'y penser le temps qu'elle était là. Il avait envie d'oublier qu'il allait sûrement devoir se séparer d'elle à un moment où à un autre. Il avait besoin de se changer les idées. Cole avait envie de ne plus être la personne qu'il est, il a envie d'être un homme comme les autres sans tout ce qui va avec surtout lorsqu'elle le regarde ainsi. « Je suis désolé, j'ai été un piète copain, mais je vais me rattraper. » Il parlait de la durée de sa présence ici. Pour la vie quotidienne il ne savait vraiment pas s'il pourrait tenir sa promesse. Il n'avait pas le contrôle de sa propre vie. Il lui demanda alors : « Tu restes en ville combien de temps ? » Il souriait alors parce qu'il avait envie de profiter de chaque instant pendant qu'elle était dans le coin. Il avait envie de lui faire visiter la ville, de sortir en sa compagnie même si cela allait mettre sa mère hors d'elle. Également, il avait envie de se retrouver seul avec elle et de profiter comme si c'était la dernière fois.

_________________

So long, sweet words don't have no use for you anymore. No one to say them to so what in the hell would I hold on to them for? And today's a special day, a celebration Cause I've finally come to accept this fact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 35
pseudo : Mayiie
face, © : Marie Avgeropoulos, (c) Faith & Tumblr
double compte : Je ne suis pas encore schyzophrène, pour le moment.
âge : Trente ans.
statut : Célibataire, enceinte de son ex, qui est fiancée à une autre.
métiers/études : Chef de cabinet du maire de New York

MessageSujet: Re: I'll never be big enough w/saskia   Lun 20 Nov - 3:06



≈ ≈ ≈
{ I gave you everything you still don't measure up
It feels like I walked 5 thousand miles. }
crédit/ tumbltempire.

Alors qu’il y avait à peine quelques instants de cela, on aurait pu croire que j’étais prête à servir une leçon horrible à mon petit-ami, limite lui crier dessus pour lui faire savoir à quel point il n’avait pas été attentionné ces derniers temps, là, quand il vint à s’excuser, promettant de se rattraper et tout ça après que nous eûmes échangé notre premier baiser depuis ce qui semblait être une éternité, tout ce que je sus faire, ce fut de secouer la tête, puis lui sourire doucement, lui signifiant ainsi que je ne lui en voulais pas, et que j’avais confiance qu’ils aurait rattraper le coup. Peut-être était-ce ridicule, mais je n’y pouvais rien, j’étais faible quand il était question de Cole. Oui, parfois, je sortais mon sale caractère, puisque combiné au sien, parfois, on faisait des étincelles, mais il n’en demeurait pas moins qu’au final, je pouvais difficilement lui en vouloir bien longtemps, parce que je me rendais compte que je n’aimais pas être en froid avec lui, je n’aimais pas être distante, parce qu’il me manquait. C’était à croire que j’étais accro, que je ne pouvais pas vivre sans lui. Je n’irais pas jusqu’à dire cela, mais disons qu’il était une des rares personnes avec qui je ne pourrais pas rester en conflit bien longtemps. Là, j’étais juste ravie qu’au bout du compte, ma surprise prenne une bonne tournure, et déterminée à ne pas gâcher ce congé avec une rancune qui n’aurait peut-être même pas raison d’être, je tentai de retrouver mon enthousiasme, histoire de répondre à la question de mon petit-ami, dans un haussement d’épaules:  « Je resterai le temps que tu veux. » Bon d’accord, c’était vague, voire un peu irréaliste comme réponse, d’où le fait que je ressentis le besoin de préciser:  « J’ai trois jours de congé, mais je n’ai pas pris de vacances depuis le début de mon contrat… » Pourtant, j’aurais pu en prendre bien avant, mais je n’en avais pas vu l’intérêt, puisque justement, j’étais seule. Il fallait croire que sans m’en rendre compte, j’avais comblé l’absence de Cole par mon boulot. Ce n’était pas grave, je ne m’en étais pas rendue malade, et là, tout de suite, sachant que j’avais encore quelques jours en banque, que je n’avais pas laissé de travail avant de quitter, je me disais que prolonger mon séjour ne ferait pas de mal à qui que ce soit. Mais après, encore fallait-il que Cole soit aussi disponible que moi, alors je ne dis rien d’autre, sachant que sur ça, je ne pourrais probablement pas avoir le dernier mot.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1749-saskia-don-t-belie
avatar

messages : 706
pseudo : Lovee (Jessica)
face, © : Luke Mitchell + hershelves.
double compte : Nyle, Andy, Merri et Lisa

MessageSujet: Re: I'll never be big enough w/saskia   Lun 4 Déc - 11:55

Cole savait comment charmer son entourage, comment se faire pardonner. Il avait toujours eu ce charisme qui lui permettait de se sortir de bien des situations et il l’avait utilisé sur Saskia afin d’éviter une dispute inutile. Cela ne voulait pas dire qu’il l’a manipulait au contraire, mais qu’il voulait tempérer les choses. Il savait qu’elle était vive et impulsive alors en utilisant son charme il évitait des cris. Il l’aimait comme elle était, mais il était vrai qu’elle était parfois très intense. Heureusement la jeune femme avait cédé à son charme et au lieu de le disputer elle se mettait à sourire, elle avait des étincelles dans les yeux. Elle proposait de rester autant de temps que possible, que nécessaire. Elle pouvait le faire puisqu’apparemment elle ne prenait plus de congés depuis qu’il était parti. Il se sentait désolé parce qu’il comprenait combien elle devait se sentir seule et il en pouvait pas lui dire que cela n’irait pas en s’arrangeant à son retour, qu’elle devait continuer une vie sans lui, qu’elle devrait trouver un autre but. Pour le moment, il refusait d’y penser. Il n’avait pas envie de vivre sans elle alors y pensait n'était pas une bonne idée. Cole avait envie de passer du temps avec la jeune femme cependant, il ne savait pas si le fait qu’elle reste plus longtemps que trois jours serait une bonne idée. En effet, à la fois il risquait de ne pas réussir à se libérer plus de temps, mais également sa mère s’en rendrait compte et il n’avait pas envie de la voir débarquer ici. Les choses seraient encore plus compliquées si cela venait à arriver. Il allait devoir trouver un compromis sans pour autant que la jeune femme ne le prenne mal. La dernière chose qu’il voulait c’était de gâcher leur dernier week-end ensemble. D’autant plus, que Saskia avait l’air tellement heureuse. « Je pense pouvoir me faire porter pale durant trois jours, mais on va devoir rester discret. » Lui répondit Cole avec un sourire en coin. Ainsi il pourrait lui donner l’ensemble de son attention. Elle devait néanmoins comprendre qu’il y avait un prix et c’était de se faire discret. Il ne pouvait pas se faire porter pale et ensuite être vu dans les rues de Los Angeles. Dès qu’il aurait son accord, il filera prévenir son assistante et ainsi il pourrait passer tout son temps en sa compagnie.

_________________

So long, sweet words don't have no use for you anymore. No one to say them to so what in the hell would I hold on to them for? And today's a special day, a celebration Cause I've finally come to accept this fact.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 35
pseudo : Mayiie
face, © : Marie Avgeropoulos, (c) Faith & Tumblr
double compte : Je ne suis pas encore schyzophrène, pour le moment.
âge : Trente ans.
statut : Célibataire, enceinte de son ex, qui est fiancée à une autre.
métiers/études : Chef de cabinet du maire de New York

MessageSujet: Re: I'll never be big enough w/saskia   Lun 11 Déc - 1:52



≈ ≈ ≈
{ I gave you everything you still don't measure up
It feels like I walked 5 thousand miles. }
crédit/ tumbltempire.

Je demeurai limite surprise au moment où Cole m’annonça qu’il serait capable de s’octroyer jusqu’à trois jours de congé. Non pas que c’était scandaleux ou quoi que ce soit du genre, mais parce que c’était pas mal plus que je l’avais imaginé dans un premier temps, et surtout beaucoup plus que tout ce que j’avais pu espérer. Je ne savais pas si c’était parce que le fait d’échanger moins de messages, d’appels qui m’avait donné l’impression qu’il n’avait carrément pas une minute à lui, mais jamais je n’aurais cru qu’il était capable de faire ça, et encore moins qu’il le ferait pour moi. Désespérée quelque peu, je me serais contentée d’une soirée, alors trois jours, franchement, je ne pouvais pas m’en plaindre. En fait, j’en étais plus que ravie, à un tel point que la condition que Cole imposa, soit celle de rester discrets, me semblait totalement futile. Normalement, je n’aimais pas rester dans le flou pour une raison ou pour une autre, mais comprendre pourquoi il faudrait faire profil bas, mais là, je ne cherchai même pas à m’expliquer la raison exacte, d’autant plus qu’en réfléchissant un peu, je pouvais même quelque peu la deviner. Au contraire, je pris le tout un peu à la blague, venant à lui dire, d’un ton plus plaisantin:  « Discrets ? Ça ne devrait pas être un problème. » Cependant, je choisis de ne pas m’éterniser sur la question, ne résistant plus à la tentation de réellement profiter de ces retrouvailles. En effet, je refusais de me contenter que d’un petit baiser furtif à tout hasard, une étreinte qui n’en était pas vraiment une. Je savais que l’effet de surprise et le malentendu y était pour beaucoup, mais maintenant que c’était chose réglée et du passé, je ne vis pas pourquoi je m’en priverais plus longtemps. Sans me faire prier donc, je m’approchai de nouveau de mon petit-ami, me permettant de passer mes bras autour de ses épaules avant de l’embrasser tendrement, en prenant mon temps, en ne brusquant rien, en appréciant pleinement le baiser, le moment. Ce fut qu’une fois que nous lèvres se détachèrent que je repris la parole, le temps de lui murmurer un petit:  « Merci… », destiné à lui faire comprendre que malgré les circonstances, j’étais reconnaissante du fait qu’il ne me rejetait pas complètement, qu’il mettait son boulot de côté pour ma personne, de simplement me montrer que je valais encore quelque chose à ses yeux, tout simplement.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1749-saskia-don-t-belie
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: I'll never be big enough w/saskia   

Revenir en haut Aller en bas
 
I'll never be big enough w/saskia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» (saskia) don't taint this ground with the color of the past
» Saskia Elyana Evans • Le meilleur moyen de résister à la tentation, c'est d'y céder !

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: BROOKLYN & CIE :: back in time-
Sauter vers: