AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 walls could talk / saskia

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

messages : 146
pseudo : neon lights, cate.
face, © : italia ricci, foolish blondie.
double compte : aubrey, addison.
âge : twenty-nine.
statut : engaged.
métiers/études : heiress.
guilty pleasures : matcha latte, ww2 documentaries, french history, wine, central park in the morning.

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp:

MessageSujet: walls could talk / saskia   Jeu 9 Nov - 18:38


≈ ≈ ≈
{ And then in just a blink, before I could think
I didn't know what happened }
crédit/ tumblrjdelta goodrem.

L'automne tombait finalement sur New York, au plus grand bonheur de la petite brune qui dès que les feuilles commençaient à tomber aimait se rendre dans son café favori dans Soho. Endroit de son enfance, elle y avait vécu de ces plus beaux moments et y attachait toujours une grande affection. Pourtant, elle était loin de se douter que ce matin elle tomberait sur la dernière personne qu'elle avait envie de croiser en ce moment. Cassy était connue pour sa franchise et sa simplicité, cela allait pour à peu près tout dans sa vie, comme éviter les drames. Bien entendu, en se fiançant de cette manière avec Cole elle avait plus ou moins fait une croix sur cette tranquillité d'esprit, surtout avec la nouvelle qui venait de lui tomber sur la tête. Non seulement, il l'avait 'trompé', c'était aussi avec une de ses amies. De toutes les personnes de cette ville, il fallait que cela tombe sur quelqu'un qu'elle connait, mais aussi qu'elle apprécie -autre leur situation-. Maintenant la jolie brune ne savait plus trop où elle en était avec Saskia. C'était une situation qu'elle aurait aimé éviter, l'idée de la recroiser ne lui plaisait pas particulièrement et jusqu'à maintenant elle l'avait évité. La brune s'était vêtue d'une robe simple avec des bottes et un manteau beige descendant tout juste à la hauteur de sa robe. L'élégance c'était toujours quelque chose que Cassy avait mis de l'avant. Elle aimait bien paraître, peu importe la circonstance. Elle était complètement dans son élément dans son quartier. Toutefois, elle n'était pas aussi inatteignable qu'elle pouvait en avoir l'air. Elle se promenait la tête haute et la confiance se ressentait, mais elle avait un coeur plus grand qu'elle ne l'aurait surement dû. Elle avait quitté leur appartement quelques minutes après Cole, jugeant qu'un café de plus ne pourrait pas lui faire de mal. Elle s'apprêtait à entrer dans son endroit fétiche lorsqu'elle remarqua une femme ayant du mal à ouvrir une porte de boutique plus loin. Malgré le froid, et peut-être sur un coup du destin -peut-être voulait-il rire d'elle?- Cassy se dirigea pour tenir la porte. « Laissez-moi vous aider. » dit-elle en tirant la porte afin que la femme puisse avoir les mains libres. Soudainement, Cassy s'arrêta de parler en reconnaissant nulle autre que Saskia. Elle se maudit intérieurement, mais son visage resta pratiquement impassible, lorsqu'elle dirigea son regard vers le ventre de la brune puis la regarda à nouveau. Visiblement son interlocutrice ne savait pas quoi en dire non plus. Ça ferait peut-être passer les choses plus rapidement si elles ne s'éternisaient pas à se regarder et qu'elles continuaient leur journée.

_________________
- You said we were too young to know what's right, We just need a little more time, We were only kids, Gotta go out and live our lives. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 35
pseudo : Mayiie
face, © : Marie Avgeropoulos, (c) Faith & Tumblr
double compte : Je ne suis pas encore schyzophrène, pour le moment.
âge : Trente ans.
statut : Célibataire, enceinte de son ex, qui est fiancée à une autre.
métiers/études : Chef de cabinet du maire de New York

MessageSujet: Re: walls could talk / saskia   Lun 20 Nov - 3:05


Walls could talk
Cassy & Saskia

De ce que j’avais compris, je n’avais pas eu une grossesse des plus complexes, mais là, je n’en pouvais plus d’être enceinte. Je savais que je n’étais pas en retard, pas encore en tout cas, mais il n’en demeurait pas moins que je commençais à être impatiente que mon fils veuille bien sortir de là, histoire que je n’aie plus les pieds enflés, un mal de dos constant et le sentiment d’être telle une baleine échouée sur une plage abandonnée, à gigoter sans que personne puisse venir l’aider. Pire encore, j’étais si fatiguée et lourde que je ne parvenais pas à faire grand-chose, alors que personnellement, je n’étais pas celle qui était capable de rester inactive pendant un long moment. Mais sachant que j’avais besoin de repos, j’avais fait mon possible pour rester tranquille, mais là, je n’en pouvais plus. Je n’en pouvais plus de ne pas sortir, je n’en pouvais plus de tourner en rond dans mon appartement, à un tel point que mes passe-temps habituels étaient devenus sans intérêt. Et aujourd’hui, par une journée ensoleillée où le temps était doux, premièrement une des dernières avant le début de l’hiver, c’en était trop. Passant outre les recommandations et tout ce qui venait avec, je décidai de sortir de chez moi, aller me promener, même si ce n’était que pour faire du lèche-vitrine, cette activité que je considérais n’en était pas une, mais qui, au vu de comment j’étais désespérée, devenait une option intéressante. Quittant mon appartement, je partis à pied pour me balader dans les rues, sans vraiment entrer dans les boutiques, jusqu’à ce que j’arrive devant une boutique pour bébés. Même si je pensais avoir tout pour l’arrivée de mon fils, je craquai, comme bien souvent je l’avais fait ces derniers temps, et je me dirigeai vers celle-ci, déterminée à y entrer. Seul souci; la porte s’avéra terriblement lourde, si bien qu’avec mon manque de force au naturel, je ne parvins pas à l’ouvrir. Prête à abandonner, je fus heureusement aidée par une âme charitable qui avait bien voulu me donner un coup de main. Normalement, je n’aimais pas être aidée ainsi, mais sachant que là, c’était nécessaire, j’étais prête à remercier la personne, tournant la tête en sa direction avec un sourire poli, sourire que je perdis automatiquement quand je vis de qui il s’agissait. Pourquoi fallait-il, dans toutes les personnes qui pouvaient se trouver à New York, ce soit elle qui vienne m’aider ? Pourquoi devais-je me trouver devant probablement la dernière personne que je voulais voir ? Profondément embêtée, choquée, stressée, je ne sus pas comment réagir. Mais après, que pouvais-je faire dans une telle situation ? Étais-je supposée l’envoyer balader ? Faire comme si de rien n’était ? Ni l’un, ni l’autre. Perdue, dans l’embarras, je paniquai quelque peu en tentant de ne pas le montrer, et au final, je fis quelque chose qui me rendit peu fière de moi, c’est-à-dire qu’après avoir lâché un  « Merci… » relativement nerveux, je franchis la porte de la boutique sans demander mon reste, comme si Cassy était une inconnue, même si elle ne l’était pas. Ainsi, j’évitais la conversation, je l’évitais elle, j’évitais tout, alors que j’avais toujours été du genre à confronter. Me sentant lâche, je ne parvins toutefois pas à m’apitoyer sur mon sort, trop occupée, en commençant à avancer dans la boutique, à tenter de reprendre ma contenance, dans l’espoir que mon bouleversement finirait par passer.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1749-saskia-don-t-belie
 
walls could talk / saskia
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Magne Talk
» Vania Chaïma ♣ All I want is talk
» Naturally
» Pour les M.A.C addicts
» Le Château de verre - de Jeannette Walls

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: MANHATTAN :: downtown :: soHo-
Sauter vers: