AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 (asher) the pretender

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
Invité
Invité



MessageSujet: (asher) the pretender   Sam 20 Aoû - 22:48


I am nothing without pretend
I know my faults
Can't live with them
Elle avait besoin de ça. De passer la porte d'un bar dans un quartier mal réputé. De sentir la tension autour d'elle, la pression, mais aussi les regards, parce que ses cheveux dorés et ses talons hauts contrastaient avec l'ambiance du lieu. L'impression que tous les yeux étaient tournés vers elle, pour divaguer une seconde plus tard, parce qu'elle n'était intéressante qu'un court instant. Il y avait cette odeur qui la rassurait, étrangement. Il y avait les rires caverneux des clients déjà bien éméchés mêlé à la musique trop faible pour être reconnue. Le bois usée du comptoir, son verre de whiskey entre ses doigts fins, ses cheveux blonds qui contrastaient avec l'obscurité du bar. Elle ne buvait même pas, Ryan. Elle se contentait de fixer le fond de son verre, sans réellement savoir pourquoi. Elle pensait à tout, à rien, à sa journée, Marnie, elle pensait à sa famille, à Bea, l'impression d'être perdue dans un océan de touts et de riens, et que sa barque de fortune ne tarderait pas à sombrer. Elle prit une grande inspiration, sifflant la moitié de son verre en une gorgée qui lui brûla la gorge. Elle ne tourna même pas la tête, lorsqu'elle sentit quelqu'un s'asseoir sur le tabouret juste à côté. Et puis, il y eu cette main, faisant glisser entre eux deux une petite bouteille – non, un spray, sur le comptoir ternis. Et une voix grave, pas inconnue, qui lui dit : - Je crois que vous avez oublié ça, la dernière fois. Elle fronça les sourcils, pendant une seconde, fixant le petit objet avec une intensité infinie. C'était son spray. Celui qu'elle pensait avoir perdu depuis quelques jours. Elle tourna les yeux, lentement, pour tomber sur un visage qu'elle avait déjà aperçu. Une semaine plus tôt, peut-être plus, ou moins, elle ne se rappelait même pas. Elle, et lui, lorsqu'elle s'était quelque peu perdue en sortant d'un bar où elle avait commandé, là aussi, un verre de whiskey. Ses yeux sombres, sa mâchoire serrée, et tout lui revint en mémoire en une seule et courte seconde. Elle balança sa tête en arrière, roulant des yeux. - Oh dieu, c'est pas possible. Puis, elle se massa les tempes comme si elle était juste victime d'une migraine hallucinatoire, si une telle chose existait. Elle lui lança un regard, exaspérée, intriguée, surprise peut-être. Elle ne savait pas trop, elle ne savait plus où elle en était, ce soir. - Vous me suivez, ou quoi ? Pourtant, elle se rappelait à peine de leur échange. Quelques mots, au coin d'une rue, tard dans la nuit. Il lui semblait qu'il ne lui avait pas fait bonne impression, cette fois-là. Mais elle était convaincue de ne jamais le revoir, qu'il n'était qu'une ombre parmi tant d'autres dans les rues mal fréquentées de Brooklyn qu'il semblait connaître comme sa poche. Elle le fixa de ses yeux bleus, un moment, puis reporta son regard sur le spray. Il l'avait gardé sur lui tout ce temps. Et elle ne comprenait pas. - Vous avez pas l'air du genre à avoir besoin d'un spray au poivre. Quoi que, ça pourrait peut-être vous servir. Elle leva un sourcil, et comme pour appuyer ses propos, les rendre plus clairs peut-être, elle désigna d'un regard les quelques plaies qui commençaient à peine à cicatriser sur son visage.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (asher) the pretender   Dim 21 Aoû - 20:51

Vingt et une heures trente-six, c’était ce qu’affiché la pendule du club de strip tease où je me trouvais. Je ne regardais même pas les femmes qui se déhanchaient, l’habitude sûrement. C’était un endroit pas trop dégueulasse et le barman était devenu un bon ami à moi. Voilà mon univers, je n’avais pas une vie trépidante, j’étais seul et personne ne m’attendait en rentrant. Encore fallait-il que j’ai un chez moi, ce qui n’était pas le cas. Je vivais dans un petit appartement dans Brooklyn. Je buvais une bière au goulot, c’était ma troisième. J’ai décidé de quitter cet endroit afin de finir ma soirée dans le bar où je me rendais bien plus souvent qu’ici. Il n’était pas très loin, je me déplaçais à pied la plupart du temps. Mon quartier préféré, le plus miteux, n’était pas dense. Je m’approchais de l’entrée quand je l’ai vu. La pure tentation, l’objet de tous mes désirs inavoués était là. Une femme inaccessible que je n’avais croisé qu’un instant, elle n’était pas d’ici. J’ai mis ma main dans ma poche et j’ai senti cet objet qu’elle avait oublié. J’ai pénétré dans l’établissement et je me suis posé près d’elle. Je n’ai pas esquissé de sourire, rien. Je voulais lui montrer que le fait qu’elle était là ne me faisait ni chaud ni froid.  Ce qui était totalement faux. Je crois que vous avez oublié ça, la dernière fois. « Oh dieu, c'est pas possible Vous me suivez, ou quoi ? Vous avez pas l'air du genre à avoir besoin d'un spray au poivre. Quoi que, ça pourrait peut-être vous servir. » Je ne pensais jamais la revoir, j’étais curieux de savoir pourquoi elle trainait par ici. Je ne l’ai que parce que je l’avais oublié dans ma poche. Ce qui était totalement vrai, j’étais plutôt du genre bordélique alors. Je levais la main pour que le barman m’apporte mon verre habituel. C’est plutôt vous qui me suivez, je suis un habitué. Vous n’êtes pas vraiment en raccord avec Brooklyn. Son regard, ses yeux bleus ne me laissait pas sans effet. D’ailleurs d’autres types étaient en train de la reluquer et ils n’avaient pas forcément les meilleurs attentions du monde. Je pouvais paraitre louche mais je ne supportais pas les violences faites aux femmes. Cela faisait bien longtemps que je n'avais pas vu une aussi belle femme dans le quartier et je me demandais combien de temps elle allait tenir sous les regards, les menaces ou même pire.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (asher) the pretender   Mar 23 Aoû - 12:28

- Je ne l’ai que parce que je l’avais oublié dans ma poche. Elle roula des yeux, encore. Il était là depuis à peine une minute, et elle était déjà exaspérée. Peut-être que c'était à cause du spray au poivre. Peut-être que c'était le fait qu'elle voulait avoir un moment seule. Peut-être que c'était juste lui. - Bien sûr. En vérité, s'il n'avait pas eu des réflexes aussi rapides, il aurait sûrement terminé aveugle. Lorsque Rhiannon se sentait menacée, elle ne faisait pas les choses à moitié. Elle l'aurait sans doute regretté, s'il n'avait pas dévié son geste avant qu'elle ne vise ses yeux, parce qu'elle s'était rendue compte qu'il ne lui voulait aucun mal. - C'est parfaitement logique de faire peur à quelqu'un dans la rue, et de lui voler ensuite son seul moyen de défense. Elle lâcha un petit rire ironique. - C’est plutôt vous qui me suivez, je suis un habitué. Vous n’êtes pas vraiment en raccord avec Brooklyn. Elle se tourna vers lui, les doigts encore serrés autour de son verre, et le fixa. - Je rêve. J'étais là avant vous, il me semble. Elle n'était pas en raccord avec Brooklyn. Elle ne pouvait relever, parce que c'était la vérité. C'était d'ailleurs pour ça qu'elle aimait cette partie de la ville. Elle y était l'inconnue aux cheveux blonds, sur laquelle les regards se tournaient, parfois moqueurs, parfois intrigués. Mais dans son regard à lui, il y avait quelque chose sur laquelle elle n'arrivait pas à poser le doigt. - N'allez pas me faire croire que vous ne voyez jamais de femmes ici. Elle jeta un coup d’œil aux alentours, aux hommes rougis par l'alcool qui l'avaient reluquée quand elle était entrée, ceux qui fixaient  l'inconnu près d'elle, et c'était vrai qu'entre les deux, le contraste était saisissant. Elle bu une gorgée de son verre, reportant son attention sur le mur de bouteilles en face d'elle. Puis son regard se reporta sur le spray qui était toujours sur le bar, entre eux deux, et elle l'attrapa d'une main lente. - Je peux le reprendre, ou vous voulez le garder en souvenir ? Elle n'attendit pas sa réponse, parce qu'elle n'en attendait pas vraiment une, et le rangea dans son sac, là où sa place était, là où elle pouvait l'atteindre en moins de deux s'il lui arrivait quelque chose en sortant. Ou ailleurs, peu importait. - Vous êtes toujours dans cet état-là ou il vous arrive d'avoir un visage normal ? Elle faisait référence à ses blessures, mais ne prit pas la peine de préciser. Il comprendrait, il n'avait pas l'air stupide.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (asher) the pretender   Dim 16 Oct - 20:02

Son comportement était plus qu'agaçant, elle avait toujours quelque chose à dire, ses réponses avaient le don de m'énerver. Je n'étais pas habitué à ce genre de discours. En temps normal, je ne parlais que très peu aux femmes et jusque là ça avait toujours été le meilleur plan. Cette blonde m'intriguait sans que je ne puisse expliquer pourquoi. Donc bien sûr je l'avais suivi dans ce bar mais elle n'était apparu devant moi que par coïncidence. Je préférais détourner le regard à sa remarque sur les femmes. Elle était bien la seule fréquentable à oser se pointer ici. Dans cet endroit on ne trouvait que des prostitués ou bien des femmes en quête de drogue ou celles qui passaient leur temps à boire. L'alcool et la vieillesse ne faisaient pas de miracle sur leurs corps. Je préférais côtoyer les poules des boxeurs, celles qui faisaient tout pour plaire où roi des rings. Si mais pas des comme vous. Je n'allais pas lui avouer qu'elle était plutôt jolie dans son genre. Je n'avais pas l'intention de me dévoiler, je n'étais pas très loquace comme mec. Je ne pouvais pas m'empêcher de rire en coin quand elle me parlait une fois de plus de ce spray complètement inutile. Je ne voyais pas l'intérêt de répondre. « Vous êtes toujours dans cet état-là ou il vous arrive d'avoir un visage normal ? » Je reposais mes yeux sur elle, bon dieu son regard était plus que déstabilisant. Cela dépend des jours. Je portais à mes lèvres mon verre et en bu une bonne partie avant d'ajouter fièrement Et toi, tu viens ici pour les frissons et l'aventure ou parce que tu es suicidaire ? D'un coup d'un seul je l'ai tutoyé, je n'étais pas du genre à faire des manières. Il était donc temps pour moi de parler normalement et sans faire attention à mes mots. Après tout, elle était sur mon territoire et je n'avais rien à lui prouver. Je jouais avec mon verre, mes yeux ne la quittaient plus.
Revenir en haut Aller en bas
Invité
Invité



MessageSujet: Re: (asher) the pretender   Lun 17 Oct - 19:27

Il avait les yeux noirs, une mer de ténèbres qu'elle avait du mal à fixer. Ou à ne pas regarder. Il était intriguant, plus que n'importe qui dans toute la ville sans doute. Il était le danger, l'inconnu, celui qui se mettait sur son chemin quand tout semblait les séparer. Elle voulait toujours le dernier mot, Ryan, elle était comme ça. Mais avec lui ça n'était plus juste ça, elle le sentait. Si elle parlait, c'était qu'il la mettait dans un état dont elle n'avait pas l'habitude. Mystérieux, impertinent, il n'avait pas sa langue dans sa poche, elle non plus. Et tant pis pour les étincelles. - Pas des comme moi… murmura-t-elle dans un rire. Elle n'avait aucune idée de ce que ça signifiait, ni même si elle voulait le savoir. Peut-être que oui, finalement. Elle qui cernait si bien les gens d'habitude, l'homme au spray restait encore un mystère pour elle. Et c'était frustrant. Elle lui posa la question qui lui brûlait les lèvres. Il avait le visage tuméfié, des petites cicatrices anciennes, d'autres plus récentes, des hématomes aussi. Elle se demandait s'il souffrait. Et surtout qui lui avait infligé ça. C'était peut-être pour ça, qu'il traînait la nuit dans les rues de Brooklyn, à la recherche de dames en détresse, ou pour cogner et se faire cogner. Elle le fixa un instant, incrédule, surprise, toujours intriguée. Elle voulait savoir, mais elle sentait qu'il ne lui dirait rien. Il était plus secret qu'elle encore, et c'était difficile. Elle le quitta des yeux pour hausser les épaules, sifflant une longue gorgée de son verre. - Peut-être un peu des deux, qui sait. Lui, il gardait son regard noir sur sa peau diaphane, elle le sentait qui transperçait son épiderme, jusqu'à l'os. Elle venait ici pour le frisson, peut-être. La simplicité, l'authenticité dans son monde de paillettes, celui des talons hauts et des robes moulantes, des conseils sur la mode et sur comment choisir son maillot de bain. C'était son monde à elle, ça. La superficialité, les apparences, le paraître. Mais ici, il n'en était rien. Elle n'était rien, ici, et ça la soulageait autant que ça l'envahissait d'une panique insoutenable. N'être rien, son pire cauchemar, inséminé dans son être depuis sa tendre enfance. Elle n'avait même pas été surprise qu'il la tutoie. Pourtant, elle ne le ferait pas à son tour. - Qui vous a fait ça ? Et ne me répondez pas "vous devriez voir l'autre gars", ma question est sérieuse. Vous devriez aller voir un médecin. Elle plissa les yeux sur son visage, un petit sourire aux lèvres. Pas de mauvaises intentions, pas d'ironie. Juste elle, sa curiosité naissante et lui, l'homme mystère qu'elle ferait plier sous ses questions, elle le savait.
Revenir en haut Aller en bas
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: (asher) the pretender   

Revenir en haut Aller en bas
 
(asher) the pretender
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: NO WORK ALL PLAY :: archives rp-
Sauter vers: