AccueilAccueil  CalendrierCalendrier  FAQFAQ  RechercherRechercher  MembresMembres  GroupesGroupes  S'enregistrerS'enregistrer  ConnexionConnexion  

Partagez | 
 

 À vaincre un sentiment malsain, on gagne un sentiment noble | Edward

Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Aller en bas 
AuteurMessage
avatar

messages : 35
pseudo : Promesse
face, © : Ryan Gosling
âge : Thirty five years old
statut : Single but in love
métiers/études : former prisoner, great offender

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: Oui

MessageSujet: À vaincre un sentiment malsain, on gagne un sentiment noble | Edward    Mar 1 Aoû - 12:12


Il faut que vous me sortiez de la tête. Vous ne pouvez pas être ma première et ma dernière pensée de la journée pour le restant de mes jours. C'est malsain.
Edward O'Callaghan
|img@Polivore /quo@aslaug|

─ patronyme complet: Edward O'Callaghan, un nom de famille, que ce jeune homme, a hérité de sa mère. Son père, un inconnu. Une ignorance totale. Même son prénom, n'est pas connu d'Edward. Il n'a jamais voulu de lui. L'unique information qu'il possède. ─ âge, date et lieu de naissance: 35 ans, depuis peu. Né le 6 juillet 1982 à Toronto, une ville magnifique, à ces yeux, mais où il vécu de trop, qu'il déteste, aujourd'hui. Cette ville magnifique, en apparence, mais qui recèle de bien sombre secret.  ─ métier, études et situation financière: Ces études, c'est dans le secteur de la biologie. Plusieurs années, à se concentrer, sur des problèmes de maths, des expériences de chimies, et autres, qui prennent la tête à bien des personnes, mais qui le fascinait, lui. Au point qu'aujourd'hui, il pourrait sans doute résoudre n'importe quel problème qui touche, même de loin, à ces matières. Mais n'en fera jamais son métier. Il n'a pas de métier. Un criminel. C'est ce qu'il est. Alors, depuis qu'il s'est échappé de taule, son métier, c'est d'échapper à la vigilance des flics qui lui collent au cul. Il était riche. Il avait même une petite fortune sur son compte. Mais ça à disparu, dès que les menottes se sont refermées sur ces poignets. Avant même que l'accusation puisse être fondée. Sa famille l'a privé de chaque centime qui lui revenait. Il n'a plus un sous. Mais il ne lui faudra pas longtemps pour rebondir. ─ statut civil: Seul,  pour toujours - ou pas - Il ne s'imagine pas d'une autre manière, mène une vie dangereuse, pour imaginer fonder une famille. Mais sa tête en décide d'une autre manière, n'a de pensée que pour une seule femme. Un unique amour, qu'il s'interdit, s'efforce d'oublier. Love me, I will destroy you. C'est ce qui l'anime, l'empêche de succomber. ─ à new-york depuis: Quelques années ? Quelques mois ? Il était là, puis il est reparti. C'est un voyageur. ─ caractère: Calculateur, jusqu'à la pointe des ongles, vous ne verrez jamais ce bel homme agir sur un coup de tête. Ce n'est pas dans ces habitudes. Alors a moins d'être pris au dépourvu, vous pouvez être sûr qu'il possède un plan A, un B, un C, et même un Z. Si son physique avantageux vous attire, mefiez vous de cet apollon, qui vous fera tourner la tête, car ces charmes l'aideront à vous manipuler. Une seule femme compte a ces yeux, alors mesdames, vous n'avez pas la moindre chance. Mais c'est bien pour faire chavirer des coeurs, qu'il est toujours à la pointe de la mode, habillé avec classe, élégance. Et derrière cette apparence sofistiquer se cache un homme dangereux, hautain. Un caractère détestable. Et une intelligence débordante.  ─ groupe: OUTSIDERS ─ avatar choisi: Ryan Gosling, ce vieux beau gosse


✯ ✯ ✯



1 ○ Son père, est un véritable étranger, pour lui. L'absence d'une présence masculine, lui a manqué toute sa vie. Du moins, celle de son père, biologique. Parce qu'il pouvait compter sur la présence d'Andrew, qui s'est toujours considéré comme son père, s'en l'être. Enfin, par la loi, il l'était. Adopté à l'âge de neuf ans, il est devenu un héritier légitime de la famille O'Neill. Son nom, aurait dû s'acclimater à cela. Mais aussi jeune était-il, le jeune garçon avait déjà un caractère d'acier, n'a jamais voulu ôter le nom de sa mère, à son appellation. Il est devenu Edward O'Neill O'Callaghan. Mais pas longtemps. Son véritable père, il n'a appris sa véritable identité que des années plus tard. 2 ○ Après la perte de sa mère, Edward n'a jamais pu faire une nuit complète. Ces nuits sont devenues des cauchemars à répétition, des réveils en sursaut. En sueur. Devenu insomniaque. Maigrichon. La paix retrouvait, il aurait dû retrouver le sommeil. Sauf qu'il n'a jamais trouvé la paix. Il ne cherche pas à la retrouver. Ses insomnies, lui ont offertes des heures de recherches précieuses. Trois, quatre heures de repos. C'est le minimum qu'il lui faut. 3 ○ En foyer d'accueil, plusieurs familles, ont voulu sa garde. Mais à chaque essai, il se montrait plus hostile encore. Il n'avait aucune envie de rester dans ce foyer, mais il n'avait pas envie de finir dans une famille, qui lui était inconnu. Qui ne pourrait jamais lui offrir l'amour, que sa mère lui avait donné. Il ne voulait pas que l'on remplace le souvenir de sa mère, par une autre. Ne voulait pas qu'une autre femme, vienne le bercer, pour le mettre au lit. Il était odieux. Faisait en sorte qu'on abandonne l'idée de prendre sa garde. Qu'on le ramène au foyer. 4 ○ Il s'est mué dans le silence, durant des mois. Face à la police. Face à sa famille. Face à n'importe qui. Sa mère était morte, et rien ne pouvait apaiser sa douleur. Juste le silence. La mélodie douce, qu'il entendait résonner à ces oreilles, mais qui n'était pourtant qu'un énième souvenir de sa mère. Aujourd'hui encore, le silence est son plus grand atout. 5 ○ Son cœur est noir. Il détruit tout ce qu'il touche. Il s'en est convaincu, à force de preuve. Sa mère est morte, à cause de lui. Alicja, n'a connu que la douleur, à cause de lui. Sa famille, n'a pas manqué de le châtier. Ce n'est pas un homme bon. Il n'a pas besoin de se l'entendre dire. Il connaît cette vérité. Agit comme tel. Fait en sorte qu'on ne l'approche plus. Qu'on ne l'aime plus. Qu'on le déteste. Il détruit, plus encore.


‘ welcome to new york ’


« L'homme se leurre si facilement qu'il lui suffit d'avoir entrevu le bonheur pour en être a jamais heureux par le souvenir. » A-t-il, un jour, entraperçu, ce bonheur ? Une question, qui restera en suspens. Une vie, encombrante, un passé, douloureux, qui a dicté ces actes, dans une haine totale. De bien grand philosophe, prétendent qu'un souvenir heureux, reste gravé, à jamais en nous. Et, qu'à chaque souvenir malheureux, l'être humain, s'efforce de l'éliminer de sa mémoire. De l'envoyer dans les nymphes de l'oubli. Edward pourrait, à lui seul, démontrer que cette théorie, est éphémère. Ou alors, peut-être est-il l'une de ces exceptions ? Car les souvenirs malheureux, de sa vie, même dès son plus jeune âge, incombe encore sa tête. Rythme sa vie. Ses actes. Un jour, la vie te sourira. Il aimerait, croire en ces paroles, répétées maintes fois, mais a tiré un trait sur le bonheur, depuis longtemps.

Souvenir heureux


L'oiseau chante, par la fenêtre entre ouverte, du motel sale, et délabré, dans lequel, il cache ses fesses, lui rappelant cette douleur, béante dans la poitrine. Le champ doux, des oiseaux, que sa mère, aimait à écouter, allongée à même l'herbe. Ces souvenirs, lointains, lorsqu'il avait à peine six ans, ne s'effacent pas. Comme marqué au fer rouge, dans sa mémoire. La peau, pâle, de sa mère, qui rougissait à perte de vue, dès qu'un rayon de soleil, perçait les nuages. L'herbe, qui chatouillait les pieds du jeune enfant qu'il était, alors qu'il accourait pour rejoindre sa mère. « Mam', où est papa ? » Cette question, il s'en rappelle, lui échappait, jour après jour. Et, jour après jour, sa mère s'évertuer à éviter la question. A lui offrir une réponse vague. Tu n'as pas besoin de savoir ça. Ton père n'existe pas, il n'a jamais rien fais pour nous. Oublie-le. Sauf que, le gringalet qu'il était, n'avait aucune envie d'oublier. La curiosité piquait à vif, il voulait toujours en apprendre plus. Aimait à s'imaginer un père, qui, un beau jour, sonnerait à la porte, pour le prendre dans ces bras. Le serrer. Pour ne plus jamais le lâcher. Ce n'était qu'un rêve. Un stupide espoir.

Huit ans, le début de la fin


Sa vie bascule. La sortie de l'école. 15 h 30, comme chaque jour. Sa mère aurait dû être là, à l'attendre, en bas des marches. Mais personnes n'est là. Malgré les objections de la maitresse, qu'il rentre dans la bâtisse, le garçon n'en fait qu'à sa tête. Attend sa mère, sur les marches de l'école. Elle finirait par arriver. Elle ne pouvait pas l'avoir oublier. Elle avait juste un contre temps. Et un contre temps, la jeune mère, en avait eu un. Au loin, sa mère entre dans son champ de vision. Edward ne bouge pas, quelque peu en colère, son caractère borné, il cherche à faire passer le message, pour qu'elle ne l'oublie plus. Affolée, elle arrive. Quelques mètres les sépares, et il découvre la tâche rouge, qui s'étend sur son ventre. Sur le pull blanc qu'elle porte. Elle s'écroule, et malgré les cris apeuré du jeune garçon, ne répond pas. Ne respire plus. A peine huit ans. Non, en faite, il ne les avait pas encore. Ne les aurait eu que lorsque les vacances d'été auraient débutés. Encore jeune, et il porterait à jamais, le souvenir, d'avoir vu le regard de sa mère, s'éteindre, alors que ces derniers mots lui étaient adressés, à lui. «I love you, Ed' » Son cri, déchira la petite ville paisible, dans laquelle il résidait.

La lettre


Passé de foyer en foyer, de famille, en famille. Trimbalé à droite, à gauche, c'est dans la famille O'Neill, qu'il atterri. Une famille riche, mais pas très aimante. Comme beaucoup de riche, à vrai dire. Le stéréotype banal. Une famille riche. Un successeur. Qu'ils n'arrivent pas à concevoir. Alors l'adoption semble la bonne solution. A Edward, cette famille semble être la bonne. Il ne veut pas l'amour d'une nouvelle mère. Elle ne lui en offre pas. Elle veut juste d'un héritier, d'une personne, pour accomplir la destinée de la famille. Ce qui l'intéresse, aussi, c'est sa nouvelle liberté. A 14 ans, il était libre. Libre de ces mouvements. Libre de chercher, de se renseigner. De trouver, l'assassin de sa mère. Il fourre son nez. Dans des affaires louches. Qui lui attire de mauvais coups, à plusieurs reprises. De se retrouver chez les flics, parfois - mais les flics, c'est son quotidien, à chaque avancée de sa vie - Mais il ne trouve rien, jamais. Aucune information. Aucun indice. Mais sa manière d'être, de répondre, est pire, à chaque jour qu'il passe, dans sa nouvelle famille. Alors, son père - adoptif - décide de changer de tactique. Décide, de lui offrir une lettre. Les larmes au yeux, Edward reconnaîtrait cette écriture, entre mille. Celle de sa mère. De sa défunte mère. Le cœur battant au rythme de sa lecture, il apprit, toutes les informations, qu'il avait à savoir, de son père. Son prénom : Roman. Son nom : Crawfield. Son âge, leur rencontre. Et bien d'autres informations. Les recommandations de sa mère, pour lui faire valoir, encore une fois, que son père n'était pas une personne recommandable. Que c'était un voyou. Et ces propres recherches, ne firent que confirmer chaque information, donnaient par sa mère. Son père était un voyou. Un malfrat. Plus jeune qu'elle, leader d'un gang à mauvaise réputation. Aujourd'hui encore, il se rappelle, avoir refermé l'écran de son ordinateur, avec animosité. Laissant le souvenir d'un père, qu'il avait toujours souhaité découvrir, bafoué par toutes ces informations. Jusqu'à sa majorité. Où une seconde lettre, parvient jusqu'au jeune homme. Une lettre, avec une écriture inconnu, cette fois-ci. Signé Roman. S'il avait toujours désiré connaître son père, cette lettre ne l'a poussé qu'un peu plus à croire sa mère. La haine, que son père décrivait, à chaque fois qu'il évoquait Adelaine. Cette haine, qu'il pouvait lire entre les lignes. Ces découvertes faisaient sens, pour le jeune homme. Et son père, devenait le principal suspect, d'une affaire, inachevé jusqu'à lors.

Descente en enfer


Peut-être aurait-il préféré ne rien savoir. Ne pas découvrir toutes ces informations. Ne pas faire le lien, entre toutes ces enfers. Dès lors, sa haine, fut décuplé dans ces veines. Incapable d'être garder sous couverture. Une haine tenace, vorace, envers son père. La descente en enfer, pour Edward. Les plus grands philosophes, disent que derrière chaque criminel, se cache une véritable action, une véritable douleur, qui les mène à l'irréparable. Pour Edward, ça aura été de découvrir que son père, était responsable de l'assassinat de sa mère. Pour quelle raison ? Lui avoir fait un gosse dans le dos. Remettre la faute, sur Edward, son père semblait doué, pour cela. Le jeune garçon a pu le constaté, au cours de la courte période qui l'amena à fréquenter Roman. Son côté manipulateur, calculateur, est né ce jour là. Alors qu'il s'efforçait, de deviner les moindres failles de son père. Sa haine, était devenue destructrice. Il n'avait plus aucun contrôle dessus. Et son père, n'avait aucune méfiance, envers lui. Il voyait en lui, une personne faible, comme sa mère. Mais Edward n'était pas faible. Sa haine décuplé sa force. Il ne fut pas surpris, d'apprendre la tragique perte de Roman Crawfield, dans les journaux. Mort par empoisonnement. Ce n'était pas digne de l'assassin, qu'il était. Mais c'était une idée magnifique, de son fils.

Au feu, les pompiers


Sa haine, toujours perceptible, c'était quelque peu calmé. Un temps, pour n'exploser que mieux. Son père, l'avait mené en enfer. Et il était bien incapable d'en sortir. Ces actions, qui lui semblaient honorable, ne l'était que pour lui. La haine, qui le poussait à agir, ne faisait que décuplé la haine, que les autres, ressentaient à son égard. Sa vie, partait en éclat, mais c'était sa vie. Et alors que les flammes, dansaient dans ces yeux, réchauffées sa peau, par leurs proximités, cette réalité, face à ce qu'était devenu sa vie, frappait le jeune homme de plein fouet. C'est son regard, à elle, à Alicja, qui fût terrible. Aucun doute n'était possible, quand à l'émotion qui faisait briller ces yeux. La haine. Elle aussi, détestait le jeune homme, à présent. Il n'avait pas besoin de ces mots, pour le comprendre. Cette vérité déchira son cœur. Assombri un peu plus son âme. C'était pour elle, que cette maison brûlait. Parce qu'il ne supportait pas, que son père, puisse avoir levé la main sur elle. Parce qu'il l'aimait. Parce qu'elle faisait battre son cœur. Regonfler son espoir. Donnait un sens à sa vie. Il voulait son bonheur, mais l'avait détruite. Elle ne voulait plus de lui. Il ne pouvait l'en blâmer. Les larmes, qui se succédaient sur les joues de la jeune femme, vrillait son cœur de mille coups de couteau. Malgré son silence, qui l'empêchait de perdre pieds, il ne supportait plus, la douleur de la jeune femme, sa peine.

Un envol vers d'autres horizon


Sa main, dans la sienne, il l'entraîne, vers une nouvelle vie. Vers un nouveau pays. Vers un nouveau départ. Loin de cette vie. Mais il l'aime. Cette vérité l'effraie. L'agace aussi. Parce que la jeune femme, n'est pas indifférente. Elle ne devrait pas être avec un homme comme lui. Mérite mieux. Son amour, pour la jeune femme, est malsain, il s'en rend compte, alors qu'ils succombent, s'offrent l'un à l'autre. Edward, assassine son père, l'entraîne au bout du monde, et elle lui offre son cœur, son corps ? Ca n'avait rien de saint. Rien de beau. Rien de magique. Il lui offre une nuit d'amour. Belle. Douce. Et disparaît. Le lendemain, au matin. Sans un mot, sans rien. Il sombrera, sans elle. Il en a conscience. Mais ne peut l'entraîner dans une vie comme la sienne. Ne peut assombrir son âme à elle.

Retour en fanfare


Ces méfaits, ne se sont pas arrêter là. Un criminel, ne s'arrête pas à son premier meurtre. A chaque nouveau, il prend un peu plus goût, à la délinquance. Edward était né, là-dedans. Possédait les gênes d'un père, déjà criminel, qui avait assassiné sa propre mère. Il ne pouvait pas rester en dehors de cela. La police ? Il arrivait à s'échapper, à tromper leur vigilance. A chaque fois. Jusqu'à l'imprévu. Jusqu'à ce qu'Elle se retrouve sur sa trace. Il ne s'était pas attendu, à devoir fuir la seule femme, qu'il avait jamais voulu dans sa vie. Pas une seconde fois. Et pourtant, c'était le cas. Il devait la fuir. Pour une raison différente, cette fois-ci. Parce qu'il était un suspect. Et elle, celle qui voulait le foutre derrière les barreaux. Et elle aura réussi. Ce jeu, cette chasse, entre eux, aura été longue, palpitante. Mais il ne lui aura pas échappé très longtemps. Les menottes se sont refermées sur ces poignets, l'amenant vers une sentence certaine. Le tribunal, puis le verdict. Des années, et des années de prison.

Une nouvelle liberté, pour une descente plus catastrophique


Derrière des barreaux, ou libre, Edward a toujours été un homme avec plein d'influence. Alors même en prison, il ne manque pas d'être mis au goût du jour. D'apprendre ce qui se trame à l'extérieur. Et si cette prison, avait assagi son tempérament, ces dernières nouvelles, quand à cette affaire en cours, qui ne concerne, personne d'autre, que son ancienne amante d'un soir, n'est qu'un plongeoir, faire ses anciens travers. Le verdict, quand à sa propre peine, ne l'avait pas gêner une seconde. Mais savoir, que quelqu'un cherche à s'en prendre à Alicja, lui fait voir noir. Son cœur bondit, face à l'excitation, qui l'attend. Un plan, pour s'évader. Un plan, pour se camoufler, au cours de sa cavale. Un plan, pour éliminer ce Jones. Et cela, en un temps record. Et dans une discrétion totale. Car s'il avait compris une chose, c'est qu'il ne pourrait jamais s'éloigner d'elle. Leurs chemins, finissaient toujours par se croiser, à nouveau. Par refaire naître, ce qui les lier. Cet amour, assaisonné par la haine. « Dégage de ma vie. » Encore une fois. Encore ces mots. Il n'était pas prêt, à dégager de sa vie. Le destin ne venait qu'à peine, de les remettre sur le même chemin. « Jamais, Love » Elle était déjà partie, n'avait pas entendu ces mots, pleins d'arrogance, mais lui, savait à quoi s'en tenir. Leurs chemins, peu importe le temps qu'il faudra, allaient de nouveau se croiser.


× × ×

pseudo|prénom: Promesse|Laure
âge|pays: 20 ans|France
fréquence de connexion: 5 jour sur 7, en moyenne on va dire   Même si je suis quasi là H24 depuis mon portable d'amour  
personnage: scénario
dernier commentaire:  

_________________

☆☆☆ ce sont des mots prononcés au hasard qui m'ont tout révélé.


#Team20+:
 


Dernière édition par Edward O'Callaghan le Mar 1 Aoû - 17:19, édité 5 fois
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
ask no questions, you'll hear no lies
avatar

messages : 1071
pseudo : vespertine (nawal)
face, © : Aidan Turner, ©Hepburns (av) perséphone (sign), Hathaways (gifs)
double compte : lew, neelam, dallon, kostya.
âge : thirty three.
statut : head over heels for april.
métiers/études : conductor for the new york philharmonic orchestra. cello player.
logement : a loft in brooklyn with his sister.
guilty pleasures : dancing on his own, rapping, reading french books, watching thrillers with a bag of popcorn.
bucket list : take a look at the next score.

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: open bar (april, maebh, salim)

MessageSujet: Re: À vaincre un sentiment malsain, on gagne un sentiment noble | Edward    Mar 1 Aoû - 12:22

welcooome tu fais un méga choix de scéna
bon courage pour ta fiche

_________________
she's a sunrise dressed like dusk
he's a moth drawn to a flame, he's going in, he's going all or nothing. they look so pretty from afar. like the gates of heaven are open now and my one true love has just waltzed right out
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1110-jed-ces-ecorchures
avatar

messages : 337
pseudo : BLINDNESS, manon
face, © : rooney perfect mara, av/captain
double compte : salim, aaron, juliet
âge : trente-quatre ans
statut : tried to find shelter in the arms of someone new (single lady, can't fall in love with someone else but him)
métiers/études : with the feds
logement : brooklyn
guilty pleasures : teenage series, shooting suspects, sarcastic comments
bucket list : stop doing shitty stuff, find someone to have sex with just to get edward mad

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: open; 40% (dallon, maebh, edward, lew, tc masquarade)

MessageSujet: Re: À vaincre un sentiment malsain, on gagne un sentiment noble | Edward    Mar 1 Aoû - 12:23

BIENVENUE I love you (officiellement ) et encore merciiiiiii de faire mon petit edward

_________________

who am i? we thought we could just roll and tumble, live from song to song, kiss to kiss. i won't stop loving you. i don't think i can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1501-and-i-m-living-off
avatar

messages : 1432
pseudo : Jessica (Lovee)
face, © : Holland Roden + abisror (avatar)
double compte : Cole, Nyle, Merri et Lisa
âge : 25 ans
statut : célibataire
métiers/études : étudiante

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: Oui

MessageSujet: Re: À vaincre un sentiment malsain, on gagne un sentiment noble | Edward    Mar 1 Aoû - 14:04

Bienvenue parmi nous et très bon choix de scénario I love you

_________________

Ghost in the mirror I knew your face once, but now it's unclear and I can't feel my body now. I separate from here and now. A drug and a dream, a lost connection, oh come back to me so I can feel alive again as soul and body try to mend.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 145
pseudo : neon lights, cate.
face, © : italia ricci, foolish blondie.
double compte : aubrey, addison.
âge : twenty-nine.
statut : engaged.
métiers/études : heiress.
guilty pleasures : matcha latte, ww2 documentaries, french history, wine, central park in the morning.

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp:

MessageSujet: Re: À vaincre un sentiment malsain, on gagne un sentiment noble | Edward    Mar 1 Aoû - 16:54

Ryan et ce scénario.
Bienvenue parmi nous. I love you

_________________
- You said we were too young to know what's right, We just need a little more time, We were only kids, Gotta go out and live our lives. -
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 35
pseudo : Promesse
face, © : Ryan Gosling
âge : Thirty five years old
statut : Single but in love
métiers/études : former prisoner, great offender

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: Oui

MessageSujet: Re: À vaincre un sentiment malsain, on gagne un sentiment noble | Edward    Mar 1 Aoû - 17:22

Haaan
Merci pour cet accueil

_________________

☆☆☆ ce sont des mots prononcés au hasard qui m'ont tout révélé.


#Team20+:
 
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur
avatar

messages : 337
pseudo : BLINDNESS, manon
face, © : rooney perfect mara, av/captain
double compte : salim, aaron, juliet
âge : trente-quatre ans
statut : tried to find shelter in the arms of someone new (single lady, can't fall in love with someone else but him)
métiers/études : with the feds
logement : brooklyn
guilty pleasures : teenage series, shooting suspects, sarcastic comments
bucket list : stop doing shitty stuff, find someone to have sex with just to get edward mad

- me and the city
carnet d'adresses:
disponibilité rp: open; 40% (dallon, maebh, edward, lew, tc masquarade)

MessageSujet: Re: À vaincre un sentiment malsain, on gagne un sentiment noble | Edward    Mar 1 Aoû - 17:43

(ouais je sais, j'avais dis que j'lisais ta fiche après mon rp mais j'ai pas pu )
OH.MY.GOD.
j'aime, je valide puissance trois mille t'as parfaitement saisi edward, la dualité, sa relation avec 'licha, ce jeu et la contradiction des sentiments. et j'adoooooooore ce que t'as fais de lui (oui je radote, je sais, osef) I love you
du coup c'est tout bon pour moi

_________________

who am i? we thought we could just roll and tumble, live from song to song, kiss to kiss. i won't stop loving you. i don't think i can.
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://thecityisyourdate.forumactif.org/t1501-and-i-m-living-off
Contenu sponsorisé



MessageSujet: Re: À vaincre un sentiment malsain, on gagne un sentiment noble | Edward    

Revenir en haut Aller en bas
 
À vaincre un sentiment malsain, on gagne un sentiment noble | Edward
Voir le sujet précédent Voir le sujet suivant Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Le sentiment d'insécurité
» Le sentiment de culpabilité
» Le sentiment d'abandon
» L'amour, un sentiment bizarre...
» Le sentiment de maternité

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
 :: KALEIDOSCOPE OF LOUD HEARBEATS :: hot child in the city :: real new yorkers-
Sauter vers: